Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

vendredi 23 janvier 2015

En fait, ces salauds sont en train de gagner

Ils ne tuent pas la liberté, mais des gens
Ensuite nous tuons la liberté
Et après ils on gagnés

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 20 janvier 2015

De la toxicité des réseaux sociaux

Même si je les utilise abondamment, notamment Twitter, j'ai une grande méfiance à l'endroit des réseaux sociaux numériques. En effet ils ont un pouvoir de toxicité colossal dont leurs utilisateurs n'ont pas forcément conscience.

Environ 50 contacts naturels

Un individu normalement constitué, entre sa famille, ses amis, ses collègues de boulot et ses relations dans les réseaux associatifs possède de 30 à 80 contacts que l'on va qualifier de naturels. C'est dans cette fourchette de nombre de "liens" que va se retrouver une personne qui crée un nouveau compte sur facebook. J'utilise le mot de "lien" et non d'amis. Les mots ont un sens, inutile de cautionner le détournement qu'en fait facebook.

Ceux que l'on appel les connecteurs[1], sont ceux qui ont des réseaux naturels de plus de 300 liens, sans avoir besoin de chercher à établir de nouveaux liens. Ce sont des personnalités publiques: journalistes, politiques, personnalités du showbiz, notables...

Une fausse image d'hétérogénéité

A la base, le réseau naturel est hétérogène, puisque la famille ou les collègues ne partagent éventuellement que le même milieu social. Puis entrent en jeux les suggestions du réseau et les liens établis par centre d'intérêt. Tant que les centres d'intérêt ne sont pas politiques, les liens établis restent assez hétérogènes[2].

Les choses deviennent dangereuses avec la politique. Si l'on n'y prend garde, il est facile d'étendre le réseau en établissant des liens avec des gens qui se retrouvent tous sur les mêmes idées, les mêmes coups de gueule ou de cœur, les mêmes dénonciations ou enthousiasmes. Un message est partagé et propagé au sein d'un réseau de liens où tout le monde pense pareil, se renforçant au fil des partages. Les idées ne sont plus discutées, la critiques est faible, l'adhésion est générale, la légitimité renforcé par la redondance des partages.

Au sein de ce réseau de liens pensant tous plus ou moins la même chose, les idées ne sont pas en danger de contradiction et acquièrent force de vérité.

Des "amis" ou des clones ?

Le terreau y est propice pour y semer les théories du complot, en désignant les "autres", ne faisant pas parti du réseau, comme des adversaires. Le militant qui n'y prend garde, risque donc d'établir un réseau fermé autour de lui, alors même qu'il a le sentiment d'être sur le grand internet ouvert sur le monde.

Mais il n'est pas le seul, car tout internaute qui étend activement son réseau dit social[3] au delà de son réseau naturel, va prendre les mêmes risques de n'établir des liens qu'avec ceux qui partagent des centres d'intérêt similaires, car ce sont ceux-la qui interagissent positivement avec lui. Qui va se fatiguer à échanger avec quelqu'un qui n'est pas d'accord, alors qu'il y en a tellement qui le sont ?

La fiction est bien sûr entretenue par les algorithmes des réseaux sociaux qui filtres les messages et les personnes, semblant venir de toute part et qui en fait sont des clones des "liens" déjà établis et de ce qu'ils disent déjà. La diversité est aseptisée par les algorithmes de suggestion.

Remise en cause de tout, depuis son canapé

Dans ce réseau refermé sur lui même, une culture sans contre point se construit, simpliste et aguicheuse. Pour les jeunes ado déjà en opposition avec leurs parents, le réseau fermé est une féroce contre culture de celle dispensée par l'école, l'autre autorité contre laquelle ils s'opposent naturellement. C'est un parfait "prêt à penser" pour se sentir révolutionnaire, sans se fatiguer, sans avoir à faire la révolution intellectuelle que suppose l'adolescence.

Le rejet de toutes les références, autorités, valeurs y est aisé. Il suffit d'un simple clic pour en être. A l'âge où les ados croient se rebeller et ne sont en fait que des moutons qui vont tous dans le même sens, en même temps, les réseaux sociaux en font de fictifs rebelles, sans aucun adversaires, sans aucune contradiction. Les ados ne sont pas les seuls. Les révoltés du canapé ou du pouce n'ont pas de limite d'âge, il suffit d'une connexion internet.

Non content d’aseptiser la diversité des idées, les réseaux sociaux canalisent et dissipent les rébellions qui s'expriment en click, retweet et partage. L'action citoyenne est tuée dans l’œuf, l'énergie de la révolte diluée.

À poil

Pour que les suggestions faites par les réseaux sociaux aient une chance d'être efficaces, il faut au préalable que l'internaute se soit mis à nu devant les algorithmes d'analyse de profil. Ce profilage a une finalité avant tout économique et seulement de manière très superficielle sociologique. Le réseau de liens que vont aider à construire les algorithmes de profilage n'est donc pas neutre. A un moment ou un autre, il faudra monétiser tout ça. Pour qu'un annonceur de croquettes pour chat paye pour avoir accès à votre profil, le réseau a intérêt à ce que les personnes et messages de fans du vendeur de croquettes soient en lien avec vous. Les suggestions de liens ne sont pas neutres, elles visent à accroître la monétisation de votre profil.

Ne jamais oublier, quant c'est gratuit, c'est que c'est vous le produit...


Les mots les plus utilisés par genre (en anglais)

Notes

[1] Terme utilisé par Thierry Crouzet dans son livre, le peuple des connecteurs, ou dans ses articles de blog.

[2] Sauf peut être chez les jeunes qui établissent des liens avant tout avec des jeunes ou les personnalités dont ils sont fans.

[3] Pour étendre son réseau, il suffit de s'inscrire dans des groupes et partir à la recherche de liens.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 16 janvier 2015

Recyclage de slogan

Dessin réalisé au bureau le lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo, suivi de son évolution... l'indignation quotidienne s'émousse vite, l'humour, même mauvais, reste plus longtemps.

Ce n'est pas le sang qui doit couler mais l'encre

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 15 janvier 2015

Donnez-moi du blues

Il y a quelques temps sur Arte, était diffusé un documentaire sur un des plus grand guitariste de blues et de rock "B.B. King The Life Of Riley" que par un concours de circonstance, j'ai eu la présence d'esprit d'enregistrer. Je me suis régalé à regarder ce documentaire qui retraçait sa longue vie d'artiste[1] et j'ai ressorti quelques disques que j'écoute en boucle depuis. J'ai eu la chance de voir sur scène[2] quant il passait aux arènes de Cimiez, et c'est un des musicien qui m'a le plus marqué.

Comme c'est un joueur éclectique, BB King a joué avec de nombreuses vedettes dont une dont je suis un grand fan, Tracy Chapman. Le duo est tout simplement... (j'ai pas les mots, mais j'adore)


Tracy Chapman - BB King - Thrill Is Gone

Pour ceux qui aiment, quelques liens vers d'autres vidéo ou versions:

Notes

[1] Qui n'est pas terminé, à 89 ans il est toujours en tournée.

[2] Merci maman

[3] Ok je me répète, mais bon, comme je sais qu'elle passe de temps en temps sur ce blog, autant lui dire ;)

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 11 janvier 2015

Une minute de silence pour quoi faire ?

Jeudi soir, j'ai été atterré par la propension de certains au sein de l'éducation nationale à être en dessous de tout, justement au moment où il faudrait se sortir un peu de la routine.

Jeudi midi, le chef de l'état a décrété une minute de silence dans les établissements scolaires[1]. Cela me semblait à propos, vu l'émotion suscité par le massacre survenue à Charlie Hebdo et les symboles de la démocratie comme la liberté d'expression attaqués à cette occasion. Il semblait raisonnable de penser que c'était du devoir de l'école républicaine d'expliquer aux plus jeunes en quoi, ce massacre n'était pas juste un massacre.

J'ai donc demandé à mes enfants le soir à table ce qui s'était passé dans leur établissement scolaire (l'une est au collège et l'autre au lycée). Les lycéens de plusieurs classes ont été réunis dans une salle et il y a eu la projection d'un film sur les caricaturistes. Conséquence, mon fils a retenu que c'était des gens brillants qui ont été assassinés. Dans la classe de ma fille, les enseignants ont fait cours normalement et les enfants ont été invités à descendre dans la cours pour observer 1 min de silence en brandissant des pancartes "Je suis Charlie"[2]. Ma fille a retenu que des gens importants avaient été tués.

Voilà ce que l'école républicaine a fait passer comme message à mes enfants ! J'étais effondré et en colère. J'ai donc passé 1h à table a parler de ce qu'était la liberté d'expression, les fondamentalistes de tout poil de différentes époques et religions, la différence entre les pays démocratiques et les pays sous dictature...

J'attendais des enseignants de mon fils qui est au lycée qu'ils organisent des débats autour des caricatures pour les comprendre car l'on sait qu'elles ne sont pas forcément accessible aux gens ayant une faible culture ou une culture en devenir. Qu'ils interpellent les adolescents sur ce qu'ils savaient de la liberté d'expression. Qu'ils les fassent parler pour qu'ils s'emparent de ce sujet extrêmement complexe. Bref qu'on leur donne de la matière à réfléchir et à comprendre pourquoi toute une nation réagit à cette tuerie particulière.

J'attendais des enseignants de ma fille qui est au collège, que l'on rappel les fondamentaux laïc de notre société qui autorise n'importe qui de se moquer de n'importe quoi du moment qu'il respecte la loi. Qu'on montre bien la différence entre ces assassins et la religion musulmane. Bref les bases du vivre ensemble dans le respect de la différence, sans avoir besoin de tuer ceux qui sont différents ou pensent différemment.

Rien de cela n'a été fait.

Le lendemain matin, j'ai entendu sur France Inter, le témoignage d'une enseignante qui elle avait fait le job[3], et qui avait découvert que beaucoup de ses élèves étaient incapables de comprendre les caricatures, qu'ils en avaient "une perception impressionniste" et ne faisaient que piocher quelques bribes dans le dessin, et le comprenaient à l'envers de son sens. Elle était émue et émouvante. Pour pouvoir faire passer un message de tolérance, encore faut-il que ces caricatures puissent être comprises, et ce témoignage illustrait le fait qu'il y avait matière à en discuter avec les élèves.

Quelques liens vers des textes parlants de profs qui ont fait le job, et qui n'en sont pas sorti indemnes:

Notes

[1] et les administrations

[2] Ou en l'écrivant sur leur poignet.

[3] Il y en a beaucoup heureusement.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 9 janvier 2015

La machine à créer des fous

Dans un reportage de Soir 3, nous a été présenté le parcours de l'un des présumé fou furieux auteur du massacre de Charlie hebdo. Et une chose m'a interpellé, c'est le fait qu'il ai fait 18 mois de prison. Non pas pour un délit comme du vol ou un trafic, non, pour avoir voulu partir faire la guerre en Iraq. Le gars, n'a rien fait, mais avait l’intention de faire et il se retrouve en prison, en vertu d'une loi liberticide qui permet d'emprisonner préventivement des gens.

Comment réagiriez-vous si on vous mettait en prison alors que vous n'avez rien fait ? Déjà, un individus intellectuellement stable le prendrait très, très mal, alors imaginez juste une minute ce qu'il peut se passer dans la tête d'un mec suffisamment à côté de la plaque pour être volontaire pour faire la guerre. On imagine facilement la colère sourde et l'envie de revanche que le mec va cultiver au fond de lui. Car de quoi sert de mettre un type comme ça dans une prison que l'on sait être un parfait cadre de réinsertion.

Grâce à cette loi, combien de candidats au départ ont été transformés en fous avides de vengeance contre un système injuste ?

Fin alternative par Hervé Bourhis via Mediapart

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 7 janvier 2015

Saloparts d'extrémistes

Difficile de transcrire l'émotion ressentie à l'annonce de cet attentat contre le journal Charlie Hebdo et contre ses journalistes et caricaturistes.

J'ai envie d'insulter ces trous du cul, ces connards incultes et stupides qui massacrent des gens qui n'ont pas les mêmes idées qu'eux.

Dans ce drame, je me réjouie d'une chose, c'est qu'il y a quelques temps, Charlie Hebdo n'était connu que des français et quelques rares étrangers. Les caricatures vues habituellement par une toute petite minorité de la population française et encore plus minuscule minorité étrangère, ces caricatures font la une sur internet et feront la une d’innombrables média tout autour du monde.

Que ces dégénérés du bulbe qui massacre au nom d'idées (foireuses, mais ça c'est leur problème tant qu'ils ne les imposent pas aux autres) se prennent ça dans la gueule: un bon effet Streisand et une population solidaire de ses média.

Et ce n'est pas la peur qui surgit dans la population, c'est la grogne et l'envie de leur foutre sur la gueule. Les gens n'ont pas peur des bombes et descendent dans la rue, partout en France et même à Berlin. Messieurs les rabougris de la cervelle, vous venez de rappeler au français pourquoi il y a des soldats français qui se battent au Mali, en Syrie ou il y a encore peu en Afghanistan: pour lutter contre l’obscurantisme !

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 5 janvier 2015

Souvenir: Nice Jazz Festival

Séquence c'était mieux avant. En ajoutant de nouvelles vidéo sur mon compte Dailymotion, je suis retombé sur 2 extraits que j'avais filmé avec un smartphone naz[1] en 2009 du Nice Jazz Festival, du temps où il se déroulait encore à Cimiez, vous vous souvenez, quant on se pourrissait les pantalons dans l'herbe, que les fumées de merguez ou de socca venaient jusqu'à la scène, et que l'on était obligé de danser tellement on avait de crampe. Il y avait 3 scènes[2] et les gens se baladaient tout le temps de l'une à l'autre. Vers 23h30, tout le monde convergeaient vers la petite scène et l'on tombait sur des groupes peu connus. Je me souviens de moments de grâce, juste avant la fermeture.

Bon bref, c'était bien, j'étais jeune à l'époque, et je ne connaissais pas le prix du billet car c'est ma mère qui m'invitait (merci maman). Ce festival a changé d'identité en quittant les arènes de Cimiez, et personnellement je n'aime pas sa nouvelle identité. C'est pas grave, il parait qu'il y en a d'autres de bien.

Le son est pourri dans ces enregistrements, mais ça le fait quant même.

 


Nice Jazz Festival - Tracy Chapman

 


Nice Jazz Festival - Alain Clark

Notes

[1] Déjà il était sous windows, c'est vous dire comment il était naz, et je l'avais choisi car il bruissait que l'on pourrait installer dessus le tout nouveau Androïd, ce qui ne s'est jamais vérifié.

[2] En fait cette année là, les arènes étaient en chantier, il n'y en avait plus que 2, c'était le début de la fin...

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 3 janvier 2015

Les billets les plus lus de l'année 2014

Histoire de me convaincre que personne n'en a rien à cirer de la politique, voici les 10 pages les plus lues de ce blog pour l'année 2014:

Page Pages vues %
1. Remplacement de l'écran de mon Nexus 5 26 424
36,90 %
2. Passage en Android 4.0.4 de mon smartphone Sony Xperia X10 8 798 12,28 %
3. Astuce : nettoyer une tache d'huile de vidange sur une dale de ciment 4 476 6,25 %
4. Greffe d'oranger 2 854 3,99 %
5. Nouvelle mise à jour de mon Xperia X10 en version 4.1.2 2 821
3,94 %
6. Page d'accueil 2 084 2,91 %
7. Petit jeu des pronostics pour les élections municipales à St Laurent du Var 1 475 2,06 %
8. Quelques champignons 1 352 1,89 %
9. J'ai compris comment Facebook gagne de l'argent 1 257 1,76 %
10. Chasse au trésor pour l'anniversaire de ma fille 701 0,98 %
  Nombre total de pages vues 71 617  

Dans les 25 pages les plus consultées en 2014, seule la page des pronostiques pour l'élection municipale est une page politique. Toutes les autres parlent de bricolage, de nourriture ou de loisir. Voilà, voilà...

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 30 décembre 2014

Petit lifting discret du blog

C'est très discret, mais je viens de procéder à quelques modifications sur l'affichage de ce blog.

Largeur maximum

En lisant un intéressant article sur la lisibilité du texte (Readability: the Optimal Line Length), il m'est apparu que du fait de la taille très variable des écrans, avoir un affichage dit élastique n'était pas forcément la meilleur chose. En effet, jusqu'à maintenant, j'utilisais le modèle Giacomo qui utilise la totalité de la largeur de la fenêtre du navigateur. Du coup sur un grand écran, le texte devient peu lisible, car les lignes de texte sont trop longues. La taille optimale pour un texte est de 50 à 70 caractères de large, là c'est un petit peu plus large en allant jusqu'à 88.

Donc dans cette évolution du blog, la taille est maintenant bloquée à un maximum autour de 1200 pixels.

Une pincée de responsive

Mais le corolaire des grand écrans, sont les petits écrans des téléphone ou petites tablettes. Le blog évolue également pour être plus lisible sur les écran de moins de 576 pixel de large, avec les colonnes latérales qui se déplacent en pied de page pour garder le cœur du texte lisible, et une légère augmentation de la taille du texte.

Voilà, ça ne se voit pas, mais j'y ai quant même passé plusieurs heures. Si vous notez des problèmes d'affichage, n'hésitez pas à m'en faire part.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 25 décembre 2014

Herbe de Noël

Petite ballade à Valberg pour ce Noël et la neige n'est pas au rendez-vous, alors nous partons nous balader et une espèce de lumière magique illumine la montagne et ces herbes que l'on ne voit pas d'habitude à cette époque de l'année, normalement recouvertes par une couche de neige.

Alors j'ai joué avec mon extension numérique[1] et j'ai essayé de capturer un petit peu de cette lumière sur ces herbes sèches.

Bonnes fêtes de fin d'année à tous (cliquez sur les vignettes pour les voir en grand).

valberg_20141225_herbe_de_noel.jpg

valberg_20141225_herbe_de_noel2.jpg

valberg_20141225_herbe_de_noel3.jpg

valberg_20141225_herbe_de_noel4.jpg

Note

[1] Mon téléphone quoi ;)

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 22 décembre 2014

Bien commun, auto régulation et état policier

Le contexte: une place ouverte entre les différents bâtiments d'un ensemble architectural. La place n'est pas accessible aux véhicules, sauf les livreurs, du moins en théorie. Ci dessous, la retranscription de la discussion avec un collègue, quelques minutes après un échange musclé avec un "voisin":

  • Collègue: elle avait l'air tendu ta conversation dehors
  • Moi: vi
  • Moi: c'est au sujet du parking sur la place
  • Moi: j'ai demandé au gars pourquoi il ne mettait pas son scooter sur les places de parking faites pour, et il m'a répondu qu'il en avait rien à foutre
  • Collègue: lol
  • Moi: une expression de l'égoïsme dans toute sa splendeur
  • Collègue: après ça la discussion est close a mon avis
  • Moi: et donc il attend qu'un flic vienne le lui dire
  • Moi: j'imagine que le même râle contre les radars, mais quant on lui propose de s'auto-réguler pour garder sa liberté, il refuse
  • Collègue: la cela devait être trop philosophique pour lui :)
  • Moi: conséquence, le syndic va mettre en place un truc à la con qui va faire chier tout le monde à cause de quelques blaireaux qui refuse d'accepter la notion de bien commun. Il n'a pas réussi a trouver un seul argument valide, donc sa seule réponse était "mais vous êtes qui vous ?"
  • Collègue: bon après tout le monde le fait
  • Moi: non justement
  • Moi: il y a 2 scooters uniquement qui le font tous les jours, les autres sont sur les parking. Et il y a que 2 ou 3 voitures qui ne sont pas des livreurs qui le fond. Donc sur l'ensemble des gens qui travaillent ici, ça fait 5 blaireaux. C'est justement pas tout le monde, mais c'est 5 là te donnent l'impression que tout le monde le fait, c'est ça qui est désastreux.
  • Collègue: question con, en quoi il gène son scooter?
  • Moi: Effectivement question con
  • Moi: Le cadre de vie de nos bureaux suppose une place ouverte pour donner de l'air. C'est l'architecte qui l'a voulue. Si cette place devient un parking, en vertu de quoi les places sont attribuées ? Et pourquoi sacrifier la place ?
  • Moi: tant que l'on y est on vire les pelouses et les plantes pour pouvoir garer plus de véhicules, et puis on ajoute un nouveau bâtiment, collé aux fenêtres des autres, et ainsi de suite...
  • Moi: le bien collectif c'est cet espace. Se l'accaparer est donc un vol du bien collectif. Mais bon je dois réfléchir trop. Ces concepts sont trop abstraits pour la majorité qui ne pense qu'à son nombril.
  • Collègue: pas si con que ça ma question finalement ;)
  • Collègue: a mon avis c'est cause perdu
  • Moi: Ce qui m'intéresserait c'est de savoir si tu avais vraiment besoin de ma réponse pour te convaincre, ou si tu pouvais aboutir à la même conclusion sans que je te la souffle ?
  • Collègue: disons que c'est pas un truc qui m'a interpellé
  • Moi: d'où le problème
  • Collègue: faudrait déjà mettre un panneau interdit de stationner
  • Moi: on m'a dit qu'ils se déchirait en conseil syndical, et que certain membres faisant partie du conseil syndical (des patrons de boites) étaient de ceux qui se garaient. Donc effectivement, c'est pas gagné...

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 20 décembre 2014

Le prix du pétrole en chute libre

En ce moment, le prix du pétrole n'en fini plus de chuter, avec près de 40% de baisse par rapport à l'été dernier. Je me suis posé la question des raisons, et des bribes d'info en vrac me laissent à penser que ce n'est pas un hasard:

  • Les États Unis ont massivement mis sur le marché du gaz de schiste, provoquant une baisse des prix sur le gaz issu du pétrole.
  • Les même USA et l'Europe sont engagés dans un bras de fer avec la Russie d'une part, un des principal producteur de gaz, et d'autre part avec certains pays "arabes" au sujet de la crise syrienne.
  • La Russie est au bord de l’effondrement monétaire à cause de la chute du prix du baril.

Donc si on croise ces informations, on pourrait très bien imaginer que le gaz soit une arme économique pour mettre à genoux la Russie et certains autre producteurs de Pétrole comme l'Iran. Sans parler des zones de chaos comme la Libye ou l'Iraq, où le pétrole représente une manne financière importante pour les groupes armés[1] qui y détiennent une partie du pouvoir.

Si jamais c'est vrai, je me demande comment se fait-il qu'une arme aussi puissante n'ait pas été utilisée plus tôt ? Peut être n'est-ce qu'un concours de circonstances...

Note

[1] Le mot n'est pas forcément le plus juste, disons plutôt les milices et chefs de guerre locaux, parfois associés à des groupes terroristes.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 18 décembre 2014

Le liveTweet du Conseil municipal de St Laurent du Var du 18/12/2014

Ce soir il y avait du lourd au conseil municipal avec Patrick Villardry qui devient 1er adjoint et la présentation du budget primitif, suivi d'environ 40 délibérations.

Comme d'habitude, je suis arrivé 1h après le début du conseil, vers 18h30, au milieu de la présentation du budget (la délibération 2), donc je n'ai pas assisté au vote pour la nomination du 1er adjoint qui a reçu toutes les voix de la majorité (pas de dissidence), et j'ai pris la présentation du budget en cours.

Ce budget primitif n'est qu'un projet de budget qui de toute façon sera modifié à plusieurs reprises, donc ce ne sont que des orientations en théorie grossières. Apparemment, il n'y a pas de rupture avec la précédente majorité, donc on pourrait en déduire que les grandes orientations sont les même. A suivre.

Lire la suite...

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 16 décembre 2014

Pfff, c'est compliqué les réglementations

On a tellement l'habitude de dire que le maire est un dictateur dans sa mairie, que l'on en oublie parfois qu'il y a des règles, jusqu'au maire lui même. Tenez par exemple au soir du second tour de l'élection municipale, tout le monde félicite la liste vainqueur et vas y que je te donne du monsieur (ou madame) le maire à la tête de liste; Sauf que ce n'est que l'élection de la liste qui vient de se jouer, le ou la 1er magistrat ne sera réellement investi qu'à l'issu du premier conseil municipal qui vote pour mettre en place le ou la maire.

Et bien c'est la même chose qui arrive pour le premier adjoint. C'est le maire qui l'a choisi et soumis au vote de l'assemblée communale, et donc lorsque ce dernier démissionne et doit être remplacé, le maire propose, mais c'est le conseil municipale qui dispose.

Pour être honnête, moi aussi j'ai fait le même raccourci que le maire de St Laurent du Var en parlant du futur 1er adjoint Patrick Villardry alors que ce dernier n'est pour l'instant, et jusqu'au conseil municipal de jeudi, QUE adjoint.

Du coup il bruisse dans la politiquosphère laurentine que les "femmes" de l'équipe de Joseph Ségurra auraient d'autres préférences comme 1er adjoint. Je ne pense pas que ces rumeurs aboutissent à un clash au sein de la majorité, mais je ne serait pas surpris d'apprendre qu'il y ait d'intenses négociations pour une redistribution des délégations, la place comme conseiller métropolitain ou pour la candidature aux élections départementales.

La suite jeudi au conseil municipal, auquel encore une fois je ne pourrais être qu'en 2ème partie.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 13 décembre 2014

Les joies du code: quand le chef veut faire le point a 5 heures le vendredi

Source

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 11 décembre 2014

Sarkozy l'opportuniste

J'aime beaucoup l’analyse très lucide de Luc Ferry sur l'avantage qu'a Srkz sur ses adversaires grâce à sa capacité à surfer sur les différents courants de la droite, en toute incohérence.


Luc Ferry : Sarkozy, l’opportunisme !

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 9 décembre 2014

Marché dominical: le maire de St Laurent du Var n'est pas un libéral

Un modèle libéral

Je n'avais pas beaucoup de doute, mais j'en ai la confirmation avec la décision envisagée de mettre fin au marché dominical dans sa forme actuelle, pour le déplacer et en faire un marché "provençal".

En cela, Joseph Segurra est comme son prédécesseur, Henri Revel, un interventionniste et non un libéral[1]. En effet, il me semble que ce n'est pas à la mairie de décider quels sont les activités commerciales qui s’installent sur son territoire, tant quelles respectent les règles (d'urbanisme, de police, d’imposition...). Tout au plus une collectivité territoriale peut-elle être facilitateur, histoire d'orienter un peu, mais en aucun cas c'est son rôle de choisir les activités des commerçants.

Le marché du dimanche est une illustration d'un modèle libéral. En effet, la mairie fixe des règles d'attribution d'un espace, perçoit une taxe pour la collectivité, fait la police et ensuite les commerçants se débrouillent, que le meilleur gagne pour séduire le client. Et c'est la même chose pour les commerces en centre ville, chacun est libre d'ouvrir la boutique qu'il veut en espérant trouver sa clientèle. Je serais surpris que les commerçants du centre ville voient d'un bon œil que la mairie vienne leur dire ce qu'il doivent vendre.

C'est quoi un marché provençal ?

Car c'est bien ce que veut faire le maire en choisissant un marché "provençal". Je met des guillemets car j'aimerais bien savoir ce que recouvre le mot marché provençal. Si c'est pour vendre des attrapes touristes, comme on en voit l'été dans les villes balnéaires du Var (santons, tissus dit provençaux, sachets de lavande, du miel, des fromages de chèvre et des jouets en bois d'olivier), les laurentins seront bien avancés. Si c'est pour favoriser les maraichers comme au marché Forville de Cannes[2], il n'est pas besoin de virer le marché actuel, il suffit juste de l'orienter en changeant en douceur les règles d'attribution des emplacements[3].

Et je passe sur le manque de tact épouvantable de la mairie qui balance aux forains un courrier les informant qu'il sont virés dans quelques mois. Il faut être bien naïf pour croire que rien ne se passerait. Maintenant les forains sont braqués et suspicieux vis à vis de la mairie. Allez faire évoluer les choses en douceur maintenant !

La vraie raison

Je pense que les vraies raisons n'ont rien à voir avec un "marché provençal". Ce marché n'est pas assez "franchouillard" aux yeux de certains. Et comme il ne rapporte pas assez à la ville[4], depuis longtemps, déjà du temps de Revel, c'était dans les cartons de le réduire. L'équipe précédente avait commencé à réduire sa surface pour retrouver une partie du parking devant le point du Jour et récupérer la route le long du Var. L'évolution avait au moins le mérite de se faire "délicatement".

Je crains cependant que ce soit une vision cours termiste. En effet, je pense que si ce marché n'existait plus, les commerces du centre ville fermeraient aussi le dimanche matin. Le monde attire le monde, et les laurentins sortent car il y a quelque chose. D'autant plus que ce marché n'est pas un concurrent direct des commerces du centre ville[5], mais plutôt de Cap 3000, qui, et ça tombe bien, n'est pas ouvert ce jour là. Que les choses sont bien faites...

Petit souvenir du marché...

Notes

[1] Comme beaucoup de gens à l'UMP, qui utilisent ce mot juste pour l'image qu'il porte et pas pour son sens.

[2] Par contre il faut se rappeler que les laurentins n'ont pas le même pouvoir d'achat que les cannois ;)

[3] Un peu moins chers pour les vendeurs de produits frais et un peu plus chers pour les vendeur de fringues. En 2 ans, le marché changerait de physionomie.

[4] Le nettoyage du parking après le marché mobilise des agents pendant plusieurs heures.

[5] Du moins de la grande majorité.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 4 décembre 2014

Juste à temps pour Noël

Vous en rêviez tous, et bien voici le fusil mitrailleur Hello Kitty :

Traduction du texte du twitt: Juste à temps pour Noël, un fusil Hello Kitty ! C'est le bon moment d'utiliser l'expression "seulement en Amérique" ?

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 2 décembre 2014

Le premier adjoint quitte le navire laurentin

Pas forcément une très bonne nouvelle que l’intello de la bande s'en aille et soit remplacé par les gros bras, aussi amicaux soient-ils. Donc Michel Ghetti après avoir abandonné une partie de ses délégations il y a 3 mois, démissionne définitivement de son mandat d'élu à la métropole et rend ses dernières délégations pour n'être plus que simple conseiller municipal.

Lire l'article dithyrambique de NiceMatin

Je reste songeur[1]. On a perçu, lorsqu'il a rendu une partie de ses délégation en septembre, qu'il y avait un problème au sein de la majorité. Il répondaient à des reproches que seuls les initiés pouvaient comprendre (et donc pas moi). Aujourd'hui encore, les raisons invoquées sont faiblardes: quant on aime la politique, être au manettes est quant même un peu l'aboutissement d'un engagement, et j'ai du mal à comprendre comment une mission au sein du conseil de surveillance de Nicematin peut être plus motivante, sans parler de l'aspect financier.

On entend aussi Segura parler d'homme de confiance, plus que de compétence, ce qui n'est pas forcément bon signe. Son prédécesseur, Henri Revel, s'est perdu justement en ne s'entourant que de personnes en qui il avaient confiance, au détriment des compétences. L'histoire se répéterait-elle ? Peut-être, mais en 8 mois c'est un peu court.

Car même si Patrick Villardry a "un cœur gros comme ça", son credo c'est les relations humaines et l'action, pas les dossiers et les réglementations[2]. Alors certes Ghetti étaient saoulant en conseil municipal à nous lire doctement les textes légaux au lieu de nous parler d'orientation politique des décisions, mais on avait espoir qu'au moins lui les comprenait. Une de mes crainte que j'avais évoqué après la victoire de Joseph Ségura, commence à se dessiner, c'est la prise de pouvoir par les techniciens de la mairie au détriment des politiques.

Joseph Segura s'est déjà couché comme je le craignais devant Estrosi[3], ses premiers mois de mandat ayant consisté à se faire bien voir par ce dernier. J'attends de voir ce qu'il reste de sa gouvernance politique, mais cette démission n'est pas pour rassurer.

Notes

[1] Et je ne suis pas le seul quant on lit le billet d'Olivier Briol ou certains commentaires sous l'article de Nicematin.

[2] Comme l'illustrent ses déboires judiciaires passés.

[3] Pour mémoire, mon soutien à Revel était essentiellement motivé par sa capacité à s’opposer à Estrosi au niveau de la métropole.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

- page 1 de 75