Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 27 novembre 2016

Pourquoi Donald Trump a gagné et d'autres comme lui ne vont pas tarder

J'ai regardé cette émission de MSNBC avec Michael Moore, le réalisateur de documentaires engagé que j'apprécie beaucoup et c'est encore une fois brillant. Cet homme pointe du doigt des signaux, des indices qui étaient présent dès le mois de mars 2016 qui laissaient pressentir qu'il y avait un risque pour la campagne d'Hillary Clinton. Certes c'est toujours plus facile d'expliquer après, cependant, ces marqueurs n'ont été vus par personne, et rapporté comme ça, ils semblent pourtant gros.

Pour résumer, les américain voulaient autre chose, et se fichaient de qui incarnait cet autre chose. Il l'illustre en parlant de Berni Sanders, le candidat démocrate qui a perdu dans les primaires face à Hillary Clinton, qui a remporté un grand nombre d'états, même des états réputés "à droite" lui qui était catalogué par certains comme "socialiste"[1].

L'élite qui gouverne est tellement dans une bulle, déconnectée de la vraie vie et des vrais problèmes, que le peuple n'en veut plus, et souhaite les virer. Donald Trump avec son franc parlé est passé par là, en apparaissant hors "système". Alors qu'il est raciste, une part non négligeable de l’électorat noir a voté pour lui. Il illustre cette déconnexion entre l'élite et le peuple par la venue d'Obama dans sa ville natale, Flint, où il a bue de l'eau du robinet pour dire que tous les problèmes étaient résolus alors que la contamination continuait.

Sans être un grand devin, on perçoit exactement le même processus dans le reste de l'occident. En Allemagne, l'extrême droite monte dangereusement dans les sondages, en Autriche, on annonce qu'un populiste va gagner les prochaines élections présidentielles, en Pologne c'est déjà fait, au Royaume Unis, le brexit était plus un référendum contre le premier ministre. Le premier tour de la primaire de la droite a expulsé Srkz.

La tendance est profonde. Elle s'appuie sur un rejet massif des pouvoirs en place. Si en France, François Hollande se présente, il se prendra une déculotté comme Srkz. Bayrou est dans le même sac, s'il est candidat il ne passera probablement pas les 9%[2]. Marine Le Pen ne fera pas 18% comme son père, mais 40%, avec un raz de marrée aux législatives derrières. Le problème c'est que nos institutions ne sont pas prévue pour le tri-partisme. Les électeurs non plus n'ont pas l'habitude de choisir parmi un trio. Le premier tour de l'élection présidentielle permettait d'exprimer ses sensibilités dans sa famille politique et on était assuré de pouvoir toujours choisir un candidat de gauche ou de droite au second tour. C'est fini. Il y a maintenant une troisième mouvance qui bouleverse la donne.

Aux législatives c'est la même chose, il est probable que le soit disant front républicain n'existe plus en 2017 face aux candidats frontistes qui engrangeront les points de la présidentielle. La majorité absolue sera loin d'être sûr pour le camps vainqueur de la présidentielle[3], on peut même imaginer une cohabitation 2 mois après la présidentielle tellement les électeurs ont envie de tout foutre par terre.

Je suis assez pessimiste. Je vais aller voter à la primaire de la droite et j'irais ensuite à celle de la gauche pour essayer d'influer un peu, mais honnêtement le cœur n'y est pas.

Notes

[1] Tout est relatif, la gauche et la droite aux USA n'a pas grand chose à voir avec la France et un socialiste américain, pourrait facilement être catalogué de droite par chez nous.

[2] C'est pourquoi, il hésite en ce moment.

[3] Je suis moins certains que les analystes que la gauche est foutue, un Macron ou un Vals pourraient faire le plein des voix dans ce schéma de vote anti-système.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 25 novembre 2016

La France est-elle si mauvaise que l'on dit ?

Hier, juste avant le dernier débat de la droite et de la droite, j'ai écouté une passionnante émission sur France Culture qui disait en substance que la France est dans la moyenne des pays équivalents en richesse en matière d'emplois publics.

En effet, chez la plus part de nos voisins, une partie des emplois qui sont du ressort de l'état et qui sont en France confiés à des fonctionnaires, sont externalisés à des structures qui n'emploient pas de fonctionnaires. Conséquence, dans les comparaisons, la France semble avoir pléthore de fonctionnaires. Si on comptabilise ces emplois, nos voisins européens ou le Canada ont grosso-modo le même nombre de personnes et la même masse salariale pour faire la même chose. La France n'est même pas le plus mauvais élève.

Le commentateur expliquait donc que le projet de François Fillon, d'externaliser tous ces emplois vers le secteur privé était une fausse bonne idée. Car pour qu'une entreprise entre sur un marché, il faut qu'elle fasse du profit. Donc en plus de payer le travail qui devra de toute façon être financé, il faudra aussi que l'argent publique paye le profit des sous-traitants. A périmètre constant, c'est une perte net pour les finances de l’État.

Mais bon, François Fillon fait campagne pour séduire les électeurs de droite qui adore ce genre de simplifications foireuses, du moment que l'on peu casser du sucre sur le dos des fonctionnaires, c'est gagnant à tous les coups.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 23 octobre 2016

Changer de mode de scrutin à l'élection présidentielle

Le fiston m'a fait suivre cette vidéo qui explique les biais de notre mode de scrutin (et des autres) et qui propose un autre mode de scrutin, le scrutin par jugement majoritaire.

Lien vers le billet de blog complémentaire qui complète la vidéo et une autre source sur différents modes de scrutin.

Cette méthode est séduisante, mais trop compliquée à mettre en œuvre à mon avis sans avoir recours au vote électronique. Je ne suis pas certain non plus que le public soit capable de s'emparer de ce mode de scrutin. Quand je vois la capacité de certain à comprendre ne serait-ce que comment voter, j'ai des doutes sur leur manière de remplir une grille comportant 7 choix pour chaque candidat. Cela s'apparenterait trop à cocher des cases d'une grille de loto ;)

Par contre, la version mois fine de ce mode de scrutin, le vote par approbation me semble beaucoup plus réaliste à mettre en place. J'ai par contre des craintes quant au résultat dans un pays qui rejette massivement ses élites et cherche un vote contestataire. Il faudrait d'abord proposer ce mode de scrutin à des élections locales pour que les citoyens apprennent à s'en servir.

Une certitude pour moi, c'est que ces types de scrutins, dézingueraient la prééminence des 2 grands partis et donc ils n'ont aucune chance de voir le jour tellement le PS et LR auraient peur de tout perdre.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 18 octobre 2016

Parlons un peu primaire, de la droite, du centre, des écologistes et de la gauche

election.pngCe n'est pas un mais plusieurs électeurs de gauche de mon entourage que j'entends me dire qu'ils se posent la question d'aller voter à la primaire de la droite pour s'assurer de l'élimination de Srkz. Déjà que toutes ces primaires sont une aberration dans la 5ème république puisque c'est un détournement de l'esprit des institutions en transformant une élection à 2 tours en une élection à 4 tours. Mais bon, puisque tout le monde se pose la question de savoir s'il faut y participer, forcément je me la suis posé.

En fait les gens qui vont se déplacer pour ces primaires, quelle qu'elles soient, ne veulent pas seulement exprimer leur choix, mais aussi influer sur le choix des autres en leur enlevant certains candidats du panel de choix. Moi par exemple, même si je suis contre, je voterai pour dézinguer l'ex-président, vous savez celui qui raconte nimporte quoi comme ses conneries sur les gaulois, et qui traîne des casseroles judiciaires bientôt plus grosses que lui, sans compter qu'il veut expliquer aux autres comment gérer la France en ayant presque doublé la dette de la France et allègrement dépasser le plafond de campagne. Genre les règles c'est pour les autres !

Mon aversion pour ce type me motivera à me déplacer pour cette primaire de la droite et de la droite.

Après, je me demande si pour rééquilibrer je ne voterai pas aussi aux autres primaires. Même si je ne suis pas encarté écologiste, je pourrais l'être (en fait j'ai même failli à une époque) et donc m'exprimer pour le candidat écologiste en versant une obole pour soutenir leur campagne a du sens une fois que l'on a décidé de franchir le pas.

Cela sera un peu plus dur pour la gauche, car déjà on ne sais pas s'il y aura des candidats, vu que le président sortant verrouille le truc. Et puis voterais-je pour soutenir un candidat social démocrate (centro-compatible pour le dire autrement) ou justement contre, pour qu'il ne fasse pas de l'ombre à un éventuel candidat centro-compatible de droite.

Pour compléter (et motiver les centristes hésitants), une intéressante lecture des sondages qui parle du vote des électeurs FN à la primaire de la droite: Voter Juppé à la primaire quand on est de gauche ? Une fausse bonne idée

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 28 septembre 2016

Live twitt du 28/09/2016 du Conseil municipal de St Laurent du Var

Ce soir c'est la première fois depuis le début du mandat de Ségura que j'arrive à suivre un conseil municipal en entier. Je ne vous promet pas que j'arriverai à remettre ça à tous les coups, mais je vais essayer que cela arrive plus souvent.

Bon ce soir Orsatti était absent, donc les débats, même s'ils se sont un peu enflamés sur certains sujets sont restés très courtois. Le sujet récurent a porté sur le passage du Var et de la prison aux Iscles, 2 sujets pourtant pas à l'ordre du jour.

Bonne lecture.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 6 septembre 2016

Un arrêté anti-burkini inapplicable

Je ne suis pas fan, mais alors pas du tout des femmes en burka et autres vêtements identitaires qui insulte la liberté et la féminité des femmes. Je parlais récemment du malaise que j'avais à envisager une éventuelle collègue qui porterait un voile dans un précédent billet. Bref, tout ça pour dire que je ne vais pas défendre le port du burkini, qui est juste une conséquence de la bêtise de sociétés dans lesquelles les hommes ont peur des femmes et ne sont pas capable de se tenir.

Cependant, cependant, en tant que démocrate et laïc, je suis un peu gêné aux entournures par les arrêtés municipaux qui visent à interdire ce vêtement. En effet, comme le dit si justement le maire d'Antibes, Jean Léoneti, comment interdire sur le sable une tenue qui est tolérée sur le bitume ? Que je sache, n'importe qui peut aller sur la plage en costume cravate si ça lui chante. Il n'est dit nul part que l'on doit se balader dévêtu sur la plage.

Et je suis aller lire l'arrêté anti burkini émis par ma commune de St Laurent du Var, et j'ai cru m'étouffer en le lisant l'un des attendu:

Considérant les attentats terroristes depuis 2015 en France et plus particulièrement ceux commis à Nice le 14 juillet dernier et le 26 juillet 2016 à St-Etienne-du-Rouvray, revendiqués par l'Etat Islamique et visant les symboles de la République Française et le culte religieux catholique,

Donc on légifère sur la tenue de femmes parce qu'elles sont des musulmanes et que des blaireaux ont fait un attentat au nom de la même religion. Non seulement les femmes sont encore visées alors que ce sont les hommes qui leur imposent de porter de tels vêtements, mais surtout, comment dans un état laïc peut-on invoquer des raisons religieuses pour produire un texte de loi ?

Si on lit le reste de l'arrêté, il devient donc interdit de porter un vêtement qui ne soit pas laïc sur la plage. Allez définir un vêtement laïc, juste comme ça pour rire. Porter un tshirt qui cause de religion devient illégal, faire un pic-nic après la communion du petit pourrait être perçu comme tendancieux, porter une kippa à la plage le jour de saba est formellement interdit. Pour ceux qui mettent des vêtements pour se protéger du soleil, la confusion avec le burkini pourrait être fatale à la baignade. Et si une version mini du burkini est commercialisée avec des petit bout de peau visibles mais pas trop, est-ce encore un vêtement non laïc ? Faut-il que ce vêtement soit dénoncé par un imam, un prêtre ou un rabbin pour gagner son statut de laïc ? Le burkini étant une tenue de bain, peut-on le porter dans la rue sans outrager la décence, car si je ne m'abuse, on ne doit pas se promener en maillot de bain en ville. Je me perd en conjectures...

Certes le port du burkini est un problème, comme l'est le port de la burka, mais pourrait-on avoir des juristes qui assistent nos élus pour qu'ils pondent des textes qui tiennent la route ?

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 6 août 2016

Ballade Americaine: Montréal partie 2

Quelques remarques et anecdotes en vrac, pour faire suite au précédent billet sur Montréal.

Vélo

Je l'ai déjà dit dans le premier billet, mais quand on fait du vélo dans cette ville, pour un français, la première chose qui impressionne, c'est la grande attention que portent les automobilistes aux piétons et aux cyclistes. Quant on s'arrête un peu n'importe comment sur le côté, les voitures font de même en attendant de savoir ce que l'on fait. Donc quant on fait du vélo dans cette ville, on ne s'arrête pas n'importe comment comme tout français qui se respecte, sinon ça agace les automobilistes. Logique.

Accessibilité

J'ai été surpris de ne voir aucune maisons de plein pied. Elles sont toutes avec quelques marches pour entrer, ce qui semble logique si on imagine qu'il y a pas mal de neige en hivers dans le coin (et pas qu'en hiver nous a-t-on dit). Mais du coup, les personnes à mobilité réduite doivent être bien en peine pour se loger ou aller voir des pôtes qui n'habitent pas dans un logement adapté. Quant j'ai posé la question à des québecois, ils n'y avaient pas pensé, et m'ont répondu que les maisons étaient aménagées si nécessaire.

Escaliers extérieurs

On nous a expliqué les escaliers extérieurs que l'on retrouvent dans plein de quartiers de Montréal. C'est un moyen de ne pas chauffer des pièces inutiles. Cela s'est généralisé dans les années 40, puis a été interdit, puis depuis quelques années, à nouveau autorisé, mais uniquement dans les quartiers en ayant déjà. Car il est vrai que ça donne une vraie identité à ces rues. Par contre, en terme d'accessibilité, on oublie. Même 100% valide, ces escaliers doivent être dangereux quant arrive la neige, alors je n'imagine pas avec des béquilles !

Canicule

Quand nous sommes arrivé, il faisait chaud, un peu comme à Nice en Juillet, entre 25 et 30°. Nous n'avons pas fait attention, mais en écoutant la radio ou les gens autour de nous, on a compris que c'était "caniculaire". Du coup on a compris à postériori pourquoi il y avait une couette sur les lits dans l'appartement, ce qui nous avait semblé incongru en arrivant.

Je me souviens

Quand nous sommes arrivé, une des première question que j'ai posé au chauffeur de taxi était la signification de la maxime présente sur toutes les plaques de voiture:

Je me souviens

Finalement j'ai eu l'explication à la fin de mon séjour. C'est une référence à la phrase (je cite de tête): Je me souviens que je suis né sous le Lys et que j'ai grandi sous la rose, ce qui se traduit par "né sous le royaume de France et prospère sous la couronne d’Angleterre". Un marqueur de la double identité du Québec.

montreal_je_me_souviens.jpg

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

Ballade Americaine: Montréal partie 1

Cette année, le plan des vacances consiste en la visite de quelques métropoles nord américaines. Première étape, Montréal.

drapeau Canadien

C'est la ville idéale pour les touristes francophones ne parlant pas encore bien anglais, ce qui est le cas de mes enfants. C'est l'Amérique, comme dans les films, mais qui cause la langue de Molière, sans sous-titre ou doublure à 2 balles.

Premières impressions

De petits immeuble à 3 niveaux à perte de vue, avec les escaliers à l'extérieur. Des rues larges et à angle droit. Des arbres et de la végétation partout. Une coolitude des conducteurs exemplaire: les piétons et vélo sont VRAIMENT prioritaires.

Les premiers jours sont un peu frustrants car le cerveau est embrumé à cause du décalage horaire. Le soir, on est hs dès 20h et on se réveille épuisé le matin vers 5h, avec qu'une seule envie, rester comater dans le lit. Toutes mes tentatives d'écriture se sont soldées par un échec... j'attends de retrouver mes neurones pour prendre le clavier.

Le quartier le Plateau Mont Royal

montreal_rue_du_plateau.jpgNous louons un appartement dans une de ces maison à 3 niveaux. Au rez de chaussez un commerce, et 2 appartements au dessus. Sur l'arrière, des escaliers permettent de profiter du toit de la maison d'à côté pour avoir de tranquilles petites terrasses pour chaque appartement. Cet appart se trouve dans le quartier du plateau, qui surplombe la ville. Très cool pour descendre à vélo vers la vielle ville, moins pour en revenir forcément ;)

C'est un très chouette quartier résidentiel, plein de vie, avec des rues commerçantes et des commerces à 10 min à pieds. Comme dans tout Montréal, il y a les vélos urbains Bixi en libre service un peu partout, pour environ $5/jour et la première 1/2h gratuite autant de fois que l'on veut. Il y a quelques belles pistes cyclables, mais comme de toute façon les automobilistes sont cool, on ne se sent pas du tout en danger sur les routes qui sont très larges. Nous nous déplaçons donc essentiellement à vélo et à pied du coup.

Premier soir

Comme nous avons atterri en fin de journée, un peu cassés par le voyage, la ballade dans le quartier a été limitée, juste histoire de se mettre dans le bain. Nous étions plus attirés par le lit que la découverte. Nous sommes quand même allés faire un tour au super marché du coin, pour prendre quelques spécialités américaines pour le petit dej. On a pas encore le taux de change en tête (4€ = $5,20) mais on a l'impression que les $ canadiens filent vite.

Deuxième jour

montreal_village.jpgLe réveil a été laborieux, et le départ aussi. Nous voilà chevauchant nos vélos en direction du centre ville: le quartierr latin et le village puis le vieux Montréal historique pour découvrir quelques monuments et le vieux port. Nez en l'air, vers les gratte ciels anciens ou récents, magasinage dans les rues commerçantes, casse-croute au homard du St Laurent sur le port. montreal_bixi.jpgPour finir la journée, un petit cinéma dans la banlieue populaire du nord ouest pour voir un autre aspect de la ville, puis retour de nuit à vélo au travers des quartiers chics. On est arrivé bien décalqué à l'appart, histoire de bien dormir.

Troisième jour

montreal_musee_maccord.jpgIl fallait se remettre des émotions de la veille, donc ballade autour de l'appartement, pour profiter de l'endroit très sympa. Repas dans un super restaurant végétarien, sieste dans le parc du mont Royal. Descente en centre vile pour faire le musé McCord avec les expositions permanentes sur les quartiers de Montréal et les peuples autochtones au travers de leurs tenues vestimentaires.

Quatrième jour

Ma chérie devant recevoir sa carte bancaire par DHL, elle est restée toute la journée à l'attendre en vain à l'appartement. Avec les enfants nous sommes partis magasiner dans le quartier et paf, on est tombé sur une boutique de geekerie et autres gadgets de fan. Impossible d'en repartir sans quelques souvenirs: ma puce au sujet de Hunger Games, le fiston du Seigneur des anneaux et moi de StarTrek.

On ne peut pas venir au Quebec sans manger une poutine. Rien à voir avec la poutine niçoise (alvin de poissons). C'est une préparation à base de frites dans une sauce sucrée fumée à la viande avec des morceaux de fromage. Personnellement je suis pas super fan, mais ça cale bien. Pour digérer, direction le parc du mont Royal et ascension des 232m d'altitude de "la montagne" pour profiter de la vue panoramique sur la ville. Le fiston en a profité pour chasser quelques pokemons dans le parc.

montreal_panoramique_mot_royal.jpg

Bon c'est pas pour critiquer, mais les spécialités locales sont pauvres en légumes et crudités, donc direction le super marché pour se faire un repas un peu plus "méditerranéen", car certains membres de la famille surveillent leur ligne (pour plaire aux petites anglaises, peut être).

Cinquième jour

La surprise ! Ma très chère épouse a gardé le plan de cette journée secrète, ce qui a fait bien bisqué les enfants. Départ en métro puis bus vers le sud de Montréal, avec comme seule instruction de prendre du change (ce qu'ils n'ont pas fait, mais bon, si les ados faisaient ce qu'il leur était dit, ça se saurait). Nous grignotons dans un resto le long du St Laurent, et direction les Rafting de Montréal, pour descendre les rapides du St Laurent, sur la partie non aménagée du fleuve. De la berge on voit quelques vaguelettes au loin, car le fleuve est très large, mais quant on est au milieu, ce sont des vagues jusqu'à 1m, de quoi se faire des sensations (et passer par dessus bord). C'est d’ailleurs amusant de voir des surfeurs à Montréal, qui jouent sur les remous du fleuve dans cette zone des rapides.

Après ces aventures aquatiques, nous sommes rentré à Vélo par les berges du St Laurent et d'un des canal jusqu'au centre ville. On a laissé les enfants sécher à l'appart, et nous avons flâné à vélo, pour notre dernière soirée dans cette ville.

Bon voilà, il nous reste encore quelques jours au Canada, mais ce sera pour un prochain billet.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 1 août 2016

Le temps des vacances

Et hop, dans l'avion pour un autre continent. C'est la période des vacances, celle où l'on prend son temps et on débranche un peu. Ca va être dur cette année, je part la tête bourrée...

Je vais tacher de vous ramener quelques images ou anecdotes.

A bientôt,
Cedric.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 30 juillet 2016

Caisse de résonance nauséabonde

Voilà 2 semaines que je n'écoute plus les informations le matin. Je mets Rire et Chansons, un morceau de musique, voir rien du tout. Je regarde le diaporama de ma famille qui défile sur le cadre photo numérique en prenant mon petit déjeuner.

Les média se repaissent de l'horreur, l'amplifient, la font prospérer, la justifient même. Des trous du cul en déshérence qui ont toujours existé et probablement pas capables de grand chose, ont enfin une raison de vivre, ou de mourir. Il leur suffit de piocher dans le catalogue de l'horreur qu'Hollywood ou Daesh leur ont concocté. Et les média leurs donnent les dernières onces de courage qui leur manquerait en temps normal.

Nous devons nous garder de leur donner de l'importance, de vivre à l'unisson à chacune des horreurs jusqu'à ce que nous en perdions toute sensibilité. Nos voisines ou voisins ont toujours besoin d'un petit coup de main ou d'un sourire, notre famille s'appuie toujours sur nous, nous avons toujours des responsabilités.

Si les média cherchent bien, il y aura tous les jours une horreur à raconter, un prétexte à nous émouvoir, car à défaut d'information, il faut toucher l’émotionnel. Mais la vie continue, la vraie vie pas celle fantasmée par les écrans. Protégeons-nous de l'hystérie médiatique. Restons ancré dans la réalité, avec les vrais gens, les raison qui nous font nous lever le matin.

Je ne veux pas sacrifier les valeurs et les croyances qui font mon engagement: ne pas mettre à mal la démocratie à l'aune du tout sécuritaire, la liberté de parole à la bien pensence, la liberté de culte et la laïcité à la généralisation hâtive, le vivre ensemble à la suspicion stérile.

Le ridicule de certains de nos édiles politique me désespère. Dès que pointe une élection, on les dirait incapable d'utiliser leur cerveau pour autre chose que les concours de celui qui pisse le plus loin. Et les média savent qu'ils racontent des conneries, mais ils les répètent quant même. Pauvre de nous...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 18 juillet 2016

Il est urgent de garder son calme et de rester dans la mesure de ses propos

A la suite de l’atrocité qui s'est produite il y a quelques jours sur la promenade des Anglais à Nice, nous nous sommes interrogé avec Fabien Bénard le président départemental du MoDem 06 sur la pertinence d'une réaction. Certains au MoDem06 pensaient préférable de se taire, d'autre de communiquer pour évoquer la retenue que nous avons choisie d'avoir. En effet, la douleur, la colère, la frustration ont conduit de nombreuses personnes à s'exprimer à tors et à travers sur ce drame, à la recherche de boucs émissaires qui n'existent probablement pas.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 8 juillet 2016

Le Groupe Enjoy - Spectacle de rue - Toulouse

C'est ma fille qui me les a fait découvrir. Ils sont juste excellents.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 26 juin 2016

Incurie budgétaire française, vertu allemande : les statistiques tronquées

Très intéressante analyse des chiffres statistiques entre la France et l'Allemagne. Un autre regard qui manque dans le flot de pensée unique sur l'exemplarité allemande.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 14 juin 2016

Attentats du jour

Dans le cadre de sa politique de la terreur, l'état islamique revendique l'attaque de la supérette 8 à 8 de St Laurent du Var et annonce que d'autres actes de lutte contre les impies sont déjà planifiés contre le fleuriste et la station service, incarnations du mal absolu.


Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 7 juin 2016

Etre parent

Et dire que l'on a presque tous fait ça...


Louis C.K.: être parent

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 3 juin 2016

Le préhempte de certains mots sur le web

Je suis tombé sur une maxime que j'ai beaucoup aimé sur twitter:

Le changement commence par une idée, mais l'idée s'impose dans le débat.

Et je suis donc parti à la recherche d'une illustration pour accompagner ce propos. J'ai tapé dans google les mots clés suivants: débat idée changement. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir un grand nombre de photos ou d'illustration en lien avec le FN, environ 1/10 (cela fluctue en fct des jours et si vous êtes authentifié dans google).

Les autres organisations politiques françaises sont quasiment inexistantes sur ces mots clés qui pourtant devraient faire partie du vocabulaire de n'importe quel parti. C'est un peut triste en fait de voir les images associées à ces mots.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 25 mai 2016

Transmettre la culture à l'âge du numérique

J'ai suivi un MOOC (cours en ligne) sur le web de données et le web sémantique. Ce domaine est plutôt réservé aux techos du web, afin de permettre à des machines de mieux communiquer entre elles et pouvoir nous apporter de meilleurs services en donnant du sens aux données que l'on trouve sur le web. Je ne pense pas que beaucoup de lecteurs de ce blog soient directement intéressés.

Cependant, l'un des enseignant de ce MOOC, Fabien Gandon, a donné une très intéressante conférence, accessible aux non initiés, qui permet de comprendre les enjeux du web de données notamment appliqué à la culture. Ce qui me lisent, savent que c'est un sujet que j'ai déjà abordé sous différents angles sur ce blog.


Conférence Transmettre la culture à l'âge du numérique" - Fabien Gandon

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 18 mai 2016

Live twitt du 18/05/2016 du Conseil municipal de St Laurent du Var

Aujourd'hui je suis arrivé à la fin de la délibération 2, l'approbation du compte administratif. Ce vote est normalement une formalité sans enjeux politique, puisque comme son nom l'indique c'est administratif et non politique. Bien sûr, on y retrouve les éléments du budget, donc forcément l'opposition s'exprime sur le sujet.

Ce soir il n'y avait qu'un absent, Israël. Orsatti a visiblement noté que ce qui a été retenu de son absence du précédent conseil municipal était le calme, et il n'a pas arrêté de souligner qu'il était très calme. C'est le maire qui s'est emporté sur le sujet des dépenses engagées par la mairie pour la venue de Bruno Lemaire en meeting dans le cadre de la campagne de la primaire de la droite.

Comme d'habitude, les femmes de l'opposition sont restées atones, sauf une petite question sans intérêt de HAMOUDI sur la date de livraison du skatepark alors que le 1er adjoint venait tout juste d'expliquer en réponse à Moschetti que c'était toujours en cours d'étude.

Pour le FN, Prados qui était aussi absent que les femmes de l'opposition, s'est réveillé pour dire une connerie et essayer sans succès d'énerver tout le monde en lançant une polémique au moment de clore les débats. Il a été poliment mouché par le maire qui visiblement voulait éviter que les débats s'éternisent.

Ce soir le conseil était studieux et plutôt calme. J'ai eu quelques échanges en direct avec l'adjoint Berettoni sur twitter. Pour les lire en contexte, cliquez dessus et dépliez la conversation, car ils arrivent dans le fil après mes propos.

Comme d'hab, ce live twitt se lit de bas en haut.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 14 mai 2016

Tracy Chapman, You're the One

Je cherchais quelques live de Tracy Chapman sur Youtube et je suis tombé sur ces enregistrements de fans. Le premier a été filmé en même temps que moi, le gars était juste un peu plus loins derrière moi. Ses images sont pourries mais le son l'est un peu moins que sur mon enregistrement. Le second enregistrement date de la même époque, à quelques jours de distance dans un autre festival.

Ok, dans les 2 cas le son n'est pas très bon, mais que voulez-vous, les fans adorent les variantes de leurs chansons préférées, et je suis un fan de Tracy Chapman.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 11 mai 2016

Coluche, qui c'est qui a un avis ?

Années 80, les déçus du socialisme. Non, de non que c'est triste que ce soit toujours autant d'actualité...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

- page 1 de 81