Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

lundi 30 mars 2015

Nimportnawak, Revel qui vote FN

Mais quelle déception de voir un homme plein d'expérience comme Henri Revel se fourvoyer comme ça. Je n'ai pas bien compris sa motivation au 1er tour si ce n'est une impression d'envie de revanche contre celui qui lui a piqué la place à la maison blanche de St Laurent du Var.

Un peu comme un remake des précédentes cantonales: en 2011, un inconnu portant l'étiquette FN[1] tournait en tête le premier tour devant le maire de l'époque, Henri Revel, plombé par la division des voix de la droite laurentine, avec 3 candidats divers droite contre lui, tous les 3 aujourd'hui dans l'actuelle majorité. A l'époque, aucun des 3 candidats divers droite, n'ont appelé à voter Revel au second tour, et même l'une d'entre eux appelait explicitement à voter pour le FN pour faire tomber Revel. Du n'importe quoi !

Un prêté pour un rendu, comme dans la cours de récréation. Cette fois-ci, c'est le binôme Ségura/Siegel qui se retrouve avec 2 candidatures divers droites de binôme issus des anciennes équipes municipales défaites, et pour le second tour Revel qui loue les qualités d'un des 2 candidats FN. Comment font-ils pour tomber si bas, pour oublier ce que représente un vote pour le FN ? Ils et elles ne sont pas de simples électeurs.

Je pense qu'il y a une perte de valeur, de référentiel, chez ces personnalités politiques. On sait tous que le pouvoir corrompt, mais quant même, ça n'explique pas tout. Il y a de la haine profonde, dans les 2 camps, l'un contre l'autre. Comment fait-on pour gouverner en étant mu par ces sentiments ? Comment prétendre gouverner si ce sont les émotions qui guident les actions ? Je trouve ça un peu désespérant, mais peut être cela explique-t-il les tensions et les difficultés de l'actuelle majorité, construite autour du rejet et pour certains de la haine. C'est un ciment très friable, qui ne permet pas de bâtir grand chose. Et on peut arriver à des conclusions similaires pour l'ancienne équipe municipale, qui s’effrite dès qu'il n'y a plus le pouvoir.

Heureusement, tous ne sont pas comme ça...

Note

[1] Que l'on a jamais plus revu dans le coin, c'est dire son intérêt pour le canton...

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

Résultats 2ème tour de l'élection départementales 2015, canton Cagnes 2

Voici les résultats globaux

Binôme candidat Voix % canton
Mme SIEGEL Vanessa / M. SEGURA Joseph 9342 voix 58,62%
Mme MERLE DES ISLES Brigitte / M. PRADOS Lionel 6594 voix 41,38%

Contrairement au reste de la France, la participation à été en hausse de prêt de 2% à 51% avec une baisse de l’abstention et une hausse des votants et des votes blancs. Le FN a gagné environ 1000 voix entre les 2 tours soit grosso modo la moitié des voix faites par l'opposition de droite. Le binôme Ségura/Siegel s'en sort bien, comme le reste de la droite des Alpes Maritimes. Tant mieux pour eux, mais pas de quoi pavoiser, le FN est très haut, et le mode de scrutin les ayant exclus de l'élection, ils pourront continuer à jouer les victimes hors système, la meilleur place.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 23 mars 2015

Résultats 1er tour de l'élection départementales 2015, canton Cagnes 2 et St Laurent du Var

Voici les résultats de l'élection départementale pour le canton de Cagnes 2 (Cagnes, St Laurent du Var et la Gaude). Je met les scores du canton et ceux de la commune de St Laurent du Var sur la même ligne pour comparer.

Binôme candidat Parti Nbr voix canton % canton % St Laurent du Var
Mme SIEGEL Vanessa / M. SEGURA Joseph UMP 5672 35,57% 36,78%
Mme MERLE DES ISLES Brigitte / M. PRADOS Lionel FN 5651 35,43% 34,80%
Mme BRAGANTI Stéphanie / M. MARCHESE Antoine Vert / Gauche unie 1824 11,44% 10,05%
Mme DURA Jeanne / M. REVEL Henri Divers droite 1326 8,31% 9,76%
Mme NATIVI Martine / M. COLMARS Alexan FG 902 5,66% 5,21%
Mme FINZI Annie / M. MAYEN Léopold Divers droite 573 3,59% 3,40%

Il y a pas mal de lecture à faire de ces résultats:

Comme annoncé, le FN fait le plein des voix

Je suis toujours atterré par la propension des électeurs à voter pour des candidats juste pour une étiquette. "yen a marre alors on va leur foutre ça dans la gueule", tout en sachant pertinemment que l'extrême droite serait un désastre s'ils arrivaient au pouvoir. C'est désespérant, mais il faut dire que l'offre politique était assez médiocre.

Le binôme de tête en position difficile

Malgré les sourires du maire de St Laurent du Var hier soir, satisfait d'être en tête au premier tour, il est loin d'être élu. Les électeurs laurentins l'ont certes placé en tête du 1er tour, mais pas les autres. Les autres candidats divers droite font plus de 11% de voix qui sont pour bon nombre hostile au maire. Si une partie de ces électeurs reportent leurs voix sur le FN, histoire de le faire choir, ça va être très serré.

Je ne sais pas trop comment les électeurs de gauche vont réagir, mais cela risque d'être eux qui sauvent la tête de Ségura et Siegel.

Candidature inutile de Revel

La motivation de sa campagne était pour le moins pas clair, à peine compréhensible pour les laurentins, alors on comprend facilement qu'elle ne soit perçu que comme une revanche pour les autres communes, d'autant qu'il n'a jamais fait le plein de voix sur la partie cagnoise du canton. Cette candidature était celle de trop, sans projet, juste sur son nom, bref sans aucun intérêt pour les électeurs ou le département.

La gauche en état de convalescence

Ce sont les électeurs de gauche qui choisiront sans doute les prochains conseillers départementaux de ce canton de Cagnes 2. Le score honorable des candidats verts sauvent les meubles, mais on est encore loin de l'étiage de la gauche sur ce canton qui devrait tourné autour de 25% (présidentielle) en additionnant toutes les gauches. On arrive péniblement à 16%, ce qui est en dessous du score aux précédentes cantonales. Domage pour eux.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 19 mars 2015

Cantines, François Bayrou est juste un génie politique

Je ne sais pas si c'est lui qui a eu l'idée, mais en tout cas, en faire la promotion est un coup de génie. Quant un abruti décide qu'au nom de la laïcité il faut donner la même chose à manger à tous les enfants, Bayrou répond qu'il faut introduire dans les cantines la possibilité du choix pour un repas végétarien à côté du repas standard.

C'est d'une simplicité biblique ! Tous les problèmes alimentaires liés à la religion portent sur les protéines, pas les légumes qui les accompagnent. C'est en plus une proposition raisonnable en terme de coût à mettre en œuvre, car faire un menu végétarien ne remplace que quelques éléments du menu, et pas la totalité.

Et comme le dit Bayrou, c'est un moyen de garder à la table de la cantine les jeunes, donc d’œuvrer au vivre ensemble au lieu de les rejeter à l'extérieur et de favoriser l'élévation de murs entre eux.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 17 mars 2015

Départementales dans le canton de Cagnes2

election.pngBon j'ai essayé de m'y intéresser un peu, j'ai écouté quelques vidéos des candidats sur le net, lu les tracts ou les professions de foi[1], mais sincèrement je suis assez désespéré par cette campagne dans ma commune.

Alors voici quelques commentaires en vrac:

  • Annie Finzi et Léopold Mayen: je connais un petit peu les 2 hommes, le titulaire et son suppléant mais pas les 2 femmes. C'est pour moi une candidature de revanche après la défaite des municipales, car quant on écoute Mayen, il ne parle quasiment que de son bilan comme ancien adjoint au maire, et il faut que celui qui fait l'interview lui arrache de parler de sa co-titulaire, ce qui est un peu choquant. Même si l'homme est sympa, je ne comprend pas sa candidature et sa profession de foi ne m'en donne pas plus à comprendre.


  • Jeanne Duras et Henri Revel: là la motivation de la candidature est clairement affichée, faire la promos des jeunes comme il dit. Donc aucune ambition de gagner, mais alors pourquoi diable est-il titulaire avec son ancienne suppléante ? Si c'est pour mettre le pied à l'étrier à d'autres, autant se mettre en retrait. Je crains hélas que cette candidature soit plus pour emmerder Ségura et par ricochet Estrosi[2] que pour autre chose, ce qui n'en fait pas une motivation très solide pour voter. Le plan semble être de participer au fractionnement des voix de droite pour permettre au FN d'arriver en tête au premier tour, comme lui avait gentiment fait les actuels membres de la majorité municipale lors du dernier scrutin cantonal en 2011[3]. Si on fait abstraction du caractère revanchard, c'est peut être le tract de Revel et Dura qui dit le moins de conneries.


  • Martine Nativi et Alexan Colmars, les communistes de service sont visiblement fans de Nelson Mandela, qui doit être ravis de se retrouver sur ce tract. Bon comme d'habitude avec les communistes il suffit de se servir pour financer les propositions, donc c'est irréaliste et sans intérêt.


  • Brigitte Merle des Isles et Lionel Prados, les représentants de Marine, qui nous font un tract sans la moindre personnalisation locale donc décorrélé des réalités[4]. Des propositions à la con et illégales, sans rapport avec les compétences du conseil départemental, dénonciation en vrac... un florilège susceptible d'énerver le moindre démocrate qui lirait ce tract, et je pense que c'est fait pour. A gerber !


  • Stéphanie Braganti et Antoine Marchese tout vert même sur les photos comme disent mes enfants. La profession de foi est intéressante, bien que non financée comme toujours avec la gauche, mais ça aurait été bien si leurs propositions tenaient un peu plus compte de la réalité de notre canton dans lequel une partie des compétences du conseil général sont aujourd'hui transférées à la Métropole Nice Cote d'Azur, comme le transport ou les déchets. Après ça fait du bien de ne plus voir la tête d'Orsatti dans une élection. Il devait tellement avoir peur de se prendre encore une veste, qu'il a passé son tour. S'il pouvait définitivement laisser la place aux autres, ce serait vraiment bien.


  • Vanessa Siegel et Joseph Ségura, nos futurs conseillers départementaux s'ils arrivent à ne pas perdre face au FN. Ils ont le soutien de toute la nomenklatura UMP locale. Et pourtant, avec une investiture officielle, des communicants, des équipes municipales susceptibles de les soutenir, ils trouvent moyen de nous pondre une profession de foi truffée de promesses intenables, voir même stupides: des promesses pour ce seul canton, la vidéo protection qui n'est pas une compétence du CG[5]; financer la police avec quel argents, ce n'est pas non plus une compétence du CG; croisement des fichiers, c'est illégal sauf changement de la loi au parlement; 0% de hausse fiscale, c'est intenable les caisses sont vides; non remplacement de 2 départs à la retraite sur 3, comment ont fait tourner les services[6]; bourses pour les collégiens, avec quel argent; création de parcs naturels, où ça... Certains projets sont déjà en cours, c'est bien de les défendre, ça fera au moins ça de promesses tenues (caserne de pompier, piste cyclable).
Et alors ?

Ben rien. Alors que l'on dit partout que les électeurs sont prêt à voter pour les extrêmes par désespoir et perte totale de confiance dans les politiques et la parole politique, que font les candidats, ils racontent encore et toujours des bobards sur leur professions de foi. Sérieusement, comment veulent-ils donner envie d'aller voter ? Voilà comment la droite locale veut lutter contre le FN, en se divisant pour régler de vieux comptes et en racontant n'importe quoi. Je n'ai qu'un mot, Bravo !

Ça donnerait presque envie de voter pour les verts, histoire de les laisser dans leur merde, et pour faire d'une pierre 2 coups en faisant chier Orsatti s'ils faisaient plus que lui... et puis au second tour, il faudra aller repêcher le maire de St Laurent[7] et la conseillère municipale de la Gaude pour qu'ils ne coulent pas face à la vague de ras le bol portée par les candidats du FN. Super, j'en ai envie d'avance.

Bon je vais retourner filer un coup de main à mes potes du MoDem à Cagnes 1, qui eux au moins font des propositions qui tiennent la route et surtout sont finançables, ce qui redonne un peu fois en la politique. Au fait, si ça vous intéresse, ils font une réunion publique mercredi à la maison de la mer.

Notes

[1] Je sais, c'est le service minimum.

[2] Revel vient de quitter la majorité à la métropole en rejoignant Bettati, le dissident de droite, et en dénonçant la gestion d'Estrosi.

[3] Villardry, Hebert et Ségura s'étaient présenté contre Revel et aucun n'avait appelé à voter pour lui au second tour.

[4] Comme à chaque fois avec le FN, le tract est exactement le même dans tous les cantons de France.

[5] En fait pour être précis, elle ne devrait plus pouvoir l'être, car la clause de compétence générale devrait sauter prochainement, seule close permettant au CG06 de financer des choses qui ne le regarde pas.

[6] Je l'attend cette proposition à St Laurent, juste pour rire.

[7] Vive le cumule des mandats, que ceux qui espéraient qu'il serait différent des autres se rassurent, il est bien dans le moule.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 13 mars 2015

Ne sont-elles pas mignonnes ?

Mes collègues qui veulent qu'on les appelle mademoiselle et pas madame, arguant du fait que ce sont d’affreuses féministes qui ont fait supprimer le mademoiselle des formulaires administratifs français. Elles ont passé la trentaine, ont, ou pas, des enfants, mais ne se sont pas mariés et en sont fière.

J'avais déjà eu un débat il y a quelques temps avec certaines quant elles se plaignaient déjà que je les appelle mesdames et non mesdemoiselles. Mon argument, pour marqué les esprits, était "avez-vous besoins de marquer sur votre front que vous êtes sexuellement disponibles". Je sais, mon argument est sémantiquement faux, car Mademoiselle ne signifie pas cela, dans aucun dictionnaire. Oui, mais, dans l'imaginaire collectif, une demoiselle est une jeunette à marier ou une vieille fille qui n'a pas réussi à le faire.

Il y a des clichés, les ignorer en se retranchant derrière la définition du dictionnaire, n'est pas plus honnête que ma définition tendancieuse.


Sur le même sujet: Belle vs Cendrillon: deux visions de la femme idéale selon Disney via Slate.fr

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 12 mars 2015

Les joies du code: Quand j’essaie de communiquer avec le commercial

La communication n'est pas toujours une chose simple, la bonne communication est rare car il faut apprendre à se connaître. Et puis si on ajoute une caméra, alors là, on rentre dans les apparences, les attitudes convenues[1].

Source

Note

[1] Un peu comme le président avec ses frondeurs.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 9 mars 2015

J'ai une réponse à la crainte du FN

Les média nous en rabattent les oreilles, et maintenant le premier ministre. Il parait que l'extrême droite va faire un raz de marrée sur ces élections. C'est très probable, mais ce n'est pas des discours incantatoires qui vont permettre de changer le ras le bol des électeurs, leur perte totale de confiance dans la parole politique.

Les menteurs, aidés des communicants, ont totalement vidé de leurs sens tous les discours et la parole politique. Il serait peut être temps d’arrêter de faire des promesses irréalistes, qui débouchent forcément sur de la rancœurs et de la défiance.

La réponse, la seule me semble-t-il, est de commencer par faire des propositions réalistes durant les campagnes électorales. Ne pas promettre la lune quant on sait qu'il n'y a plus un radis en caisse, que les compétences du département réduisent comme peau de chagrin[1] et que changer les choses se heurte forcément à l'inertie de l'habitude.

Bref, la réponse c'est ce que Valérie et Philippe ont tenté de faire. Être réaliste. Et ça donne ça

Des centristes pour Cagnes

Ce soir, c'est leur première réunion publique à Cagnes à l'espace centre à 19h30. Venez vérifier par vous même que l'on peut parler de politique de manière constructive autour de projets réalistes.

Note

[1] Grignoté par la métropole et la réforme territoriale à venir qui va faire monter en puissance la Région.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 6 mars 2015

Notre démocratie glisse-t-elle vers une gérontocratie

La sagesse vient avec l'âge parait-il[1] et donc il est classique que les responsabilités échoient aux aînés, que ce soit en entreprise ou dans la vie publique. Cependant, si on y regarde de plus prêt, il y a un glissement inquiétant.

Ce sont les vieux qui votent

Les jeunes votent beaucoup moins que les personnes âgées. Un candidat qui veut s'assurer d'être élu va s'adresser en priorité aux aînés, avec les thématiques qui les concernent: la sécurité, la santé et tout ce qui fait peur, car la vieillesse est l'âge de la crainte[2].

En vieillissant, non seulement les craintes deviennent le cœur des préoccupations, ce qui conduit à devenir plus réceptif à la dialectique de l'extrême droite, mais il y a aussi des opinions politiques qui se figent. En se figeant, ces opinions politiques s'accrochent plus aux étiquettes des partis qu'à ce qu'ils véhiculent comme projet de société, aux personnes candidates qu'à ce quelles disent.

Les élus sont des retraités ou des cumulards

Si on fait abstraction des têtes d'affiche[3], qui peut être élus aujourd'hui, payé environ le smic[4] et être disponible pour aller sur le terrain, participer aux commissions, gérer les agents de la collectivité ? Il faut soit être rentier, retraité, ou cumuler les fonctions. Du coup quel "jeune" va se lancer en politique s'il a charge de famille, un crédit immobilier ? Et je ne parle même pas d'une éventuelle carrière dans son entreprise.

Les jeunes politiques sont tous des apparatchiks comme on dit, salariés de la sphère politique: salariés de collectivités locales, employés par un parti politique ou un syndicat, attachés parlementaire... Ils sont tous dépendant des élus en place et de leurs intérêts. Comment voulez-vous qu'ils ne reproduisent pas la même politique et les même dérives[5]. Aucun moyen de faire rentrer du sang frais, de changer les pratiques et surtout faire émerger des idées nouvelles.

Professionnalisation

On assiste donc à une professionnalisation des élus. Pour être élu, il faut déjà être élus, car les électeurs, surtout les aînés, votent pour les têtes qu'ils connaissent. Sauf qu'un salaire d'élu c'est souvent inférieur à celui d'un cadre d'entreprise ou d'une profession libérale, donc, ne serait-ce que pour avoir le même train de vie, les élus cumulent. Pourquoi s'en priveraient-ils puisque les électeurs le valident par leur vote ?

Et puis soyons réaliste, quant vous avez passé un ou plusieurs mandats à vous impliquer dans une collectivité, le retour à votre activité professionnel n'est pas des plus simple, sauf dans quelques professions libérales ou pour certains fonctionnaires. Toutes les fonctions d'élus ne permettent pas de se constituer un carnet d'adresse professionnellement exploitable. Ceci renvoi au statut de l'élu qui a un espèce d'emplois précaire, une sorte de CDD qui n'ouvre pas droit au chômage[6], car être élu, ce n'est pas un emplois mais une fonction avec une indemnité et non un salaire.

Alors forcément, ça décourage les entrants en politique et motive ceux qui y sont à y rester, à n'importe quel prix. Même si pour la plus part, la place n'est pas grassement payée, quant on est payé pour faire ce que l'on aime[7], on veut continuer. C'est comme ça que les "barons" locaux tiennent les petits élus: une place dans un syndicat mixte, une investiture, une circonscription gagnable. Et inversement pour ceux qui ne sont pas sage, un candidat dissident pour faire perdre dans des triangulaires, une investiture qui ne vient pas, des budgets qui ne se débloquent pas...

Les seuls qui peuvent perdre facilement leur mandats sont les retraités. Les autres sont économiquement dépendants donc corruptibles et corvéables dans un système sans contre pouvoir comme le sont nos collectivités territoriales, spécialement dans les Alpes maritimes, avec la métropole et le conseil général.

Notes

[1] Malheureusement pas pour tout le monde...

[2] C'est normal qu'en vieillissant l'on ai plus peur que quant on est jeune, surtout dans une société qui accélère.

[3] Qui gagnent très bien leur vie, parfois même trop bien.

[4] C'est l'ordre de grandeur de ce que touche un adjoint d'une petite ville.

[5] Cumul des mandats et fonction, clientélisme...

[6] Il y a bien une allocation différentielle de fin de mandat qui dure 6 mois.

[7] Car en général ceux qui font de la politique aiment ça, si, si !

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 5 mars 2015

Les joies du code: Quand je vais voir comment les utilisateurs travaillent avec la solution

Quant vous imaginez des outils de la mort qui tue et que vous découvrez ce qui en est fait, en général ça fait un choc. Il est temps de se remettre en question...

Source

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 27 février 2015

Deux personnes biens s'en sont allés

La vie est ce qu'elle est et s'en va comme elle vient. Mais cela n'empêche pas d'être un peut triste quant des gens s'en vont.

Cette semaine, c'est un militant du MoDem des Alpes Maritime, André qui s'en est allé. Un homme avec une grande culture politique qui replaçait volontiers les choses en contexte. Comme beaucoup de gens qui donne de leur temps dans les associations, il était particulièrement généreux de sa personne. J'aimais bien sa compagnie quant après un tractage ou une réunion on se retrouvait autour d'une pizza ou d'un verre. Ce n'est qu'un problème de tuyaux hélas qui l'emporte, ce qui chagrine toujours un peu, car il était un jeune retraité.

Rien à voir avec André, une autre personne qui a marqué des millions de fans s'en est allé, Leonard Nimoy l'acteur qui jouait Spock dans Star Trek. Et comme je suis un Trekker, forcément, même si je ne le connaissais pas au delà de son rôle, c'est difficile de ne pas avoir une petite pensée.

Je pense que je vais me regarder un Star Trek en pensant à eux...

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 26 février 2015

Le management par objectif

Le management par objectif tel que beaucoup d'entreprises l'appréhendent

Source

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 19 février 2015

Disparition du département au profit de la métropole

L'élection des nouveaux conseillers départementaux qui remplacent les conseillers généraux se fait dans le cadre de la réforme territoriale. Parmi les choses les plus importantes que cette réforme introduit, on notera:

  • La parité absolue au conseil départemental, puisque l'on élit un binôme. Il y aura donc au lendemain de l'élection exactement le même nombre de femme que d'homme élus. C'est la première élection française parfaitement paritaire homme/femme.
  • Le redécoupage des cantons qui comportent maintenant à peu près le même nombre d'électeurs, entre 35 et 45 000 dans notre département, ce qui chamboule complètement le poids électoral des territoires ruraux, beaucoup moins représentés que par le passé. Ce redécoupage ne s'encombre pas de suivre les contours des communes, puisque l'on élit des représentants au département et pas forcément des représentants du canton.
  • Une partie des compétences du conseil départemental (ex conseil général) disparaissent au profit de la région ou de la métropole.

C'est ce dernier point qui m'interroge. En effet, avec la création de la métropole Nice Côte d'Azur, une partie des compétences de l'actuel conseil général lui ont été transférées, comme par exemple les routes ou les ports. Le conseil départemental qui sera élu en 2015 continuera a avoir la gestion des routes et des ports pour le reste du département en dehors de la métropole, ce qui est un peu étrange. Les candidats issus de cantons métropolitain n'ont pas à traiter de ces sujets à leurs électeurs, puisqu'ils ne sont plus dans les compétences du conseil départemental, mais peuvent en parler au sujet des communes qui ne les élisent pas !

Quant on parle de mille feuille administratif, cette réforme territoriale n'améliore rien. Par exemple à St Laurent du Var, quant le Var inonde les plages, on n'arrive pas à trouver quelle collectivité territoriale doit intervenir: le département gère le fleuve, la métropole l'embouchure et la ville la plage. Même chose avec la digue: le département refait une digue pour y faire passer des vélos alors que tout le monde pensait que des voitures y passeraient, sauf que les routes étant de la responsabilité de la métropole, le département ne le fera pas, car sa responsabilité s'arrête au fleuve. Pendant ce temps là, les travaux n'ont toujours pas commencés...

Donc ce qui devrait se dessiner à terme c'est la disparition du département, au profit des communautés de communes (donc la métropole) et la Région. C'est donc probablement la seule élection des conseillers départementaux que nous vivrons ainsi, sauf si la prochaine majorité en 2017 cède au lobbying des élus locaux qui veulent des places pour pouvoir cumuler. Aller motiver les électeurs pour voter pour des conseillers départementaux qui ne siégeront qu'un mandat avant qu'une nouvelle réforme fasse disparaître leur mandat. C'est pas gagné.

Et politiquement quel est l'enjeu de cette disparition dans notre département:

  • Les Alpes Maritimes sont une chasse gardée de l'UMP, qui n'a qu'une seule opposition, le FN.
  • La région est beaucoup plus équilibrée électoralement, bien qu'à droite, permettant une gouvernance à gauche.
  • Même chose pour Marseille, l'autre métropole de la région PACA.

La métropole Nice Côte d'Azur ne peut faire contre-poids à la Région et Marseille qu'en phagocytant tout le département des Alpes Maritimes, pour réduire au minimum les compétences de la Régions. Sauf que les autres communautés d'aglo n'ont pas vraiment envies de se faire manger (carte des intercommunalité des Alpes Maritimes).

Et puis je suis toujours dubitatif sur la démocratie au sein de la métropole. En effet, quelque soit la taille de la métropole, le maire de Nice qui n'est élu que par les niçois, est mécaniquement le patron de la métropole (Nice à elle seule représente 1/3[1] des habitants du départements). Comme il est en plus le patron de l'UMP, celui qui décide des investitures pour le département, il a donc le pouvoir sur toutes les communes de la métropole, sans aucun contre pouvoir, pas même celui des urnes. Il gouverne donc des gens qui ne l'éliront jamais et vis à vis desquels il n'a aucun compte à rendre. C'est une conception de la démocratie assez dérangeante.

Note

[1] J'avais noté par erreur 2/3. C'est 350000 pour Nice intra-muros pour environ 1.2 millions d'habitants dans le département.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 16 février 2015

Clash Ghetti/Segurra à la mairie de St Laurent du Var

Comme je le disais dans mon précédent billet, je n'ai pas assisté aux premières minutes du dernier conseil municipal durant lesquelles, l'ancien 1er adjoint, Michel Ghetti s'en ai pris violemment au maire, justifiant sa démission de ses mandats par des différents sur la gouvernance de la commune.

L'article de Nice-matin sur le sujet étant parfaitement clair, je vous le met en intégralité, inutile de paraphraser:

Nice-matin du 13/02/2015 clash Ghetti/Segurra

On notera l’a-propos de la publicité dans la page qui annonce "Un problème ? une solution" par exemple en cuisine (pour la tambouille électorale), en coiffure (pour les crêpages de chignon), pour faire du nettoyage (dans les services) et pour le maintien à domicile (des élus retraités) ;)

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 12 février 2015

Le liveTweet du Conseil municipal de St Laurent du Var du 12/02/2015

Ce soir il parait que l'ancien premier adjoint Ghetti s'est lâché contre le maire et a vidé son sac pendant 10min en début de conseil pour justifier sa démission qui ne serait pas motivée par les raisons que l'on croit (officiellement c'est sûr, mais même officieusement). Je n'était pas là, donc je ne fait que rapporter ce que j'ai entendu à la fin du conseil. Ça explique aussi les twitt enthousiastes de Coanus qui a fait le même copier/coller à chaque prise de parole de Ghetti, même quant il allait dans le même sens que le maire ou ses adjoints.

Pour le reste, pas grand chose à se mettre sous la dent ce soir: Revel continue de dire que c'était pareil quant il y était, Prados cherche des polémiques sans être capable de les lancer, Moschetti fait le sage de la classe en posant des questions que sur des sujets techniques et Orsatti nous afflige de ses habituels énervements contre le maire qu'il cherche à entrainer dans ses querelles inutiles sur des sujets futiles.

Côté majorité, il n'y a que Lizée qui semblait tenir la route ce soir. Le maire a réussi à ne pas s’énerver face à Orsatti, mais quant il ne lisait pas ses fiches, il ne disait rien d'intéressant. J'ai quant même noté que contrairement à l'époque Revel, le maire donne volontiers la parole aux conseillers municipaux "sans grade", ceux de la fosse, ce qui est intéressant.

Lire la suite...

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 2 février 2015

Rouler à vélo, même pas en rêve !

C'est en substance ce que me répond mon fils quant je lui propose de prendre mon vélo pour aller au bahut, le jour où il a un rendez-vous et que le trajet en bus est plus qu'aléatoire[1].

Et pendant ce temps là, moi le premier, les adultes pleurnichent pour que des pistes cyclables soient construites. Alors certes, si on regarde les pistes cyclables actuelles dans les Alpes maritimes, cela ne donne pas vraiment envie de se déplacer à vélo. Mais de là à m'envoyer bouler quant je lui propose d'utiliser un outil de liberté comme le vélo. J'étais triste pour lui.

<séquence vieux chnoque>
De mon temps, avoir un vélo était une source de liberté colossale. J'ai commencé à circuler à vélo à 8 ans pour aller à l'école A 10 ans j'ai eu mon premier vélo de course, et j'allai de Cannes[2] à Mandelieu pour voir mon père (près de 11km). Je partais en vadrouille avec un pote les mercredi après midi. Nous allions à Super Cannes jusqu'à l'observatoire en suant sang et eau pour monter et après on se faisait la course en descente vers Golf Juan ou le Cannet selon les jours.

Le samedi[3] j'allais faire des courses au marcher Forville pour acheter du poisson[4] que je préparai avec des tomates.

Bref, j'étais libre, et j'ai toujours eu un vélo, même quant à 14 ans j'ai eu mon premier CIAO.
</séquence vieux chnoque>

Aujourd'hui, ma fille m'explique que dans son collège, ils ne sont que 2 à venir à vélo sur plus de 600 élèves, et que les autres élèves se moquent d'eux lorsqu'ils quittent l'établissement. Donc voilà, j'apprends au détour d'une conversation avec ma fille, que circuler en vélo c'est mal vu par la jeune génération. Ils préfèrent passer 2h par jour dans un bus plutôt que d'utiliser un vélo. Je me demande si la notion de liberté a un sens pour eux à part la non entrave à l'usage d'un écran...

Notes

[1] Connaître l'heure de passage d'un bus est une science non exacte, avec des marges d'erreur allant jusqu'à la 1/2 heure, ce qui ne facilite pas la ponctualité.

[2] J'ai vécu à Cannes toute mon enfance.

[3] ou le dimanche je ne me souviens plus.

[4] De la saupe, la fausse dorade, qui ne coûtait pas grand chose.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 29 janvier 2015

Ces eunuques de la foi

Ces eunuques de la croix ont une telle peur des femmes
Que notre histoire en a été expurgée
Leur bouquin n'a plus qu'des vierges et des catins
A se demander si Jésus n'était pas gay

Où sont passé les femmes, celles que l'on désire, celles que l'on chéri et avec lesquelles on déplace des montagnes ?
Quel est ce monde asexué où l'on s’entre-tue sans l'amour d'une femme ?

Ces poilus de la foi ont une telle peur des femmes
Qu'elles sont enfermées dans des prisons de tissus
Et même violées quant elles rêvent de démocratie
A se demander s'ils n'ont jamais eu de mère

Où sont passé les femmes, celles que l'on désire, celles que l'on chéri et avec lesquelles on déplace des montagnes ?
Quel est ce monde désorienté où l'on s’entre-tue sans l'amour d'une femme ?

Ces analphabètes ont une telle peur des femmes
Qu'ils leur ferment les écoles à la Kalachnikov
Et interdisent l'intelligence féminine
A se demander qui éduquera leurs enfants

Où sont passé les femmes, celles que l'on désire, celles que l'on chéri et avec lesquelles on déplace des montagnes ?
Quel est ce monde déglingué où l'on s’entre-tue sans l'amour d'une femme ?

Ils ont peur des femmes
Ces abrutis savent
Qu'un homme amoureux
Se fiche de leur dieu


J'ai écrit ce texte en février 2013 à la façon d'une chanson, pour l'instant jamais mise en musique, pour dénoncer les violences faites aux femmes.
Exceptionnellement ce texte n'est pas libre de droit et est sous copyright ©, vous ne pouvez pas le réutiliser ou le modifier d'aucune façon sans mon autorisation préalable.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 26 janvier 2015

L'Incrédulité de saint Thomas

Je viens de découvrir[1] pour la première fois cette œuvre, L'incrédulité de Saint Thomas par Le Caravage et j'ai eu un choc, tellement cette image est forte.

Cette peinture est précurseur de ce que le cinéma d'aujourd'hui, avec ces effets spéciaux, nous a habitué à voir, en nous montrant de manière extrêmement réaliste une scène totalement improbable. Et pourtant, l'image n'a rien perdue de sa force, même si nous pourrions être blasé à l'époque du tout image.

Certes, au même titre que les caricatures, il faut un peu de culture pour comprendre ce qui est représenté sur cette peinture: Jésus revenu parmi les vivants, qui montre à Thomas qui ne le crois pas, la plaie que lui a fait le soldat. Toucher pour le croire. On a presque envie de lui dire "mais arrête, tu es ridicule". Pourtant ce corps tout blanc qui ne saigne pas est presque suspect[2]. Et puis nous sommes comme les deux autres curieux, on a comme eux, envie de voir, voyeurs que nous sommes. Trop fort le mec, et c'était en 1603 !

L'Incrédulité de saint Thomas (Le Caravage)

Notes

[1] En fait c'est le fiston qui recherchait une peinture comme support pour un devoir de français, et je suis resté en arrêt devant lorsque je l'ai aperçu du coin de l'oeil.

[2] Ma fille, fan de twilight en ce moment, me dirait que c'est comme les vampires.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 23 janvier 2015

En fait, ces salauds sont en train de gagner

Ils ne tuent pas la liberté, mais des gens
Ensuite nous tuons la liberté
Et après ils on gagnés

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 20 janvier 2015

De la toxicité des réseaux sociaux

Même si je les utilise abondamment, notamment Twitter, j'ai une grande méfiance à l'endroit des réseaux sociaux numériques. En effet ils ont un pouvoir de toxicité colossal dont leurs utilisateurs n'ont pas forcément conscience.

Environ 50 contacts naturels

Un individu normalement constitué, entre sa famille, ses amis, ses collègues de boulot et ses relations dans les réseaux associatifs possède de 30 à 80 contacts que l'on va qualifier de naturels. C'est dans cette fourchette de nombre de "liens" que va se retrouver une personne qui crée un nouveau compte sur facebook. J'utilise le mot de "lien" et non d'amis. Les mots ont un sens, inutile de cautionner le détournement qu'en fait facebook.

Ceux que l'on appel les connecteurs[1], sont ceux qui ont des réseaux naturels de plus de 300 liens, sans avoir besoin de chercher à établir de nouveaux liens. Ce sont des personnalités publiques: journalistes, politiques, personnalités du showbiz, notables...

Une fausse image d'hétérogénéité

A la base, le réseau naturel est hétérogène, puisque la famille ou les collègues ne partagent éventuellement que le même milieu social. Puis entrent en jeux les suggestions du réseau et les liens établis par centre d'intérêt. Tant que les centres d'intérêt ne sont pas politiques, les liens établis restent assez hétérogènes[2].

Les choses deviennent dangereuses avec la politique. Si l'on n'y prend garde, il est facile d'étendre le réseau en établissant des liens avec des gens qui se retrouvent tous sur les mêmes idées, les mêmes coups de gueule ou de cœur, les mêmes dénonciations ou enthousiasmes. Un message est partagé et propagé au sein d'un réseau de liens où tout le monde pense pareil, se renforçant au fil des partages. Les idées ne sont plus discutées, la critiques est faible, l'adhésion est générale, la légitimité renforcé par la redondance des partages.

Au sein de ce réseau de liens pensant tous plus ou moins la même chose, les idées ne sont pas en danger de contradiction et acquièrent force de vérité.

Des "amis" ou des clones ?

Le terreau y est propice pour y semer les théories du complot, en désignant les "autres", ne faisant pas parti du réseau, comme des adversaires. Le militant qui n'y prend garde, risque donc d'établir un réseau fermé autour de lui, alors même qu'il a le sentiment d'être sur le grand internet ouvert sur le monde.

Mais il n'est pas le seul, car tout internaute qui étend activement son réseau dit social[3] au delà de son réseau naturel, va prendre les mêmes risques de n'établir des liens qu'avec ceux qui partagent des centres d'intérêt similaires, car ce sont ceux-la qui interagissent positivement avec lui. Qui va se fatiguer à échanger avec quelqu'un qui n'est pas d'accord, alors qu'il y en a tellement qui le sont ?

La fiction est bien sûr entretenue par les algorithmes des réseaux sociaux qui filtres les messages et les personnes, semblant venir de toute part et qui en fait sont des clones des "liens" déjà établis et de ce qu'ils disent déjà. La diversité est aseptisée par les algorithmes de suggestion.

Remise en cause de tout, depuis son canapé

Dans ce réseau refermé sur lui même, une culture sans contre point se construit, simpliste et aguicheuse. Pour les jeunes ado déjà en opposition avec leurs parents, le réseau fermé est une féroce contre culture de celle dispensée par l'école, l'autre autorité contre laquelle ils s'opposent naturellement. C'est un parfait "prêt à penser" pour se sentir révolutionnaire, sans se fatiguer, sans avoir à faire la révolution intellectuelle que suppose l'adolescence.

Le rejet de toutes les références, autorités, valeurs y est aisé. Il suffit d'un simple clic pour en être. A l'âge où les ados croient se rebeller et ne sont en fait que des moutons qui vont tous dans le même sens, en même temps, les réseaux sociaux en font de fictifs rebelles, sans aucun adversaires, sans aucune contradiction. Les ados ne sont pas les seuls. Les révoltés du canapé ou du pouce n'ont pas de limite d'âge, il suffit d'une connexion internet.

Non content d’aseptiser la diversité des idées, les réseaux sociaux canalisent et dissipent les rébellions qui s'expriment en click, retweet et partage. L'action citoyenne est tuée dans l’œuf, l'énergie de la révolte diluée.

À poil

Pour que les suggestions faites par les réseaux sociaux aient une chance d'être efficaces, il faut au préalable que l'internaute se soit mis à nu devant les algorithmes d'analyse de profil. Ce profilage a une finalité avant tout économique et seulement de manière très superficielle sociologique. Le réseau de liens que vont aider à construire les algorithmes de profilage n'est donc pas neutre. A un moment ou un autre, il faudra monétiser tout ça. Pour qu'un annonceur de croquettes pour chat paye pour avoir accès à votre profil, le réseau a intérêt à ce que les personnes et messages de fans du vendeur de croquettes soient en lien avec vous. Les suggestions de liens ne sont pas neutres, elles visent à accroître la monétisation de votre profil.

Ne jamais oublier, quant c'est gratuit, c'est que c'est vous le produit...


Les mots les plus utilisés par genre (en anglais)

Notes

[1] Terme utilisé par Thierry Crouzet dans son livre, le peuple des connecteurs, ou dans ses articles de blog.

[2] Sauf peut être chez les jeunes qui établissent des liens avant tout avec des jeunes ou les personnalités dont ils sont fans.

[3] Pour étendre son réseau, il suffit de s'inscrire dans des groupes et partir à la recherche de liens.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

- page 1 de 76