mouvement_democrate.jpgJe continu ma réflexion sur l'avenir du MoDem. Donc je disais que le MoDem est mort, du moins celui que nous avons connu depuis 3 ans. Après la gifle électorale comme disent certains, l'hémorragie de militant continue, de même que les non renouvellements de carte. C'est comme dans tous les partis me direz-vous, il n'empêche que cela n'aide pas à se projeter dans l'avenir. Malgré tout il y a toujours des militants, dont certains s'interrogent.

Première tranche du chantier : créer un outil

Revenons une minute sur la raison d'être du MoDem :

  1. soutenir un projet de société défendu lors de l'élection présidentielle de 2007 par François Bayrou.
  2. obtenir des élus.
  3. faire émerger de nouvelles têtes, de nouveaux leaders.

On peu raisonnablement dire que l'objectif a été poursuivi et pas trop mal atteint, même si certain diront que c'est insuffisant. Donc pour moi, la première tranche de travaux de MoDem, est faite. Vous pouvez me dire qu'elle n'est pas assez ceci, ou trop cela, mais elle est là.

Deuxième tranche : utiliser l'outil

Maintenant nous sommes à la veille de la 2ème tranche, à savoir utiliser l'outil MoDem pour faire gagner ses idées. Les journalistes nous rabâchent depuis des années que le MoDem n'est qu'une écurie présidentielle pour Bayrou. C'était évidement complètement faux, mais maintenant cela est en passe de devenir vrai.

Les militants et cadres du Mouvement Démocrate sont aujourd'hui face à un choix :

  • conserver le MoDem comme un think tank[1] et pousser Bayrou à sortir du MoDem, dissociant la campagne présidentielle et le parti politique. Cela a du sens si l'on considère que l'élection présidentielle est la rencontre d'un(e) homme/femme avec les électeurs, et non d'un parti avec les électeurs. C'est aussi une démarche qui a été souvent soufflée en 2006/2007 à Bayrou vis à vis de l'UDF.
  • transformer le MoDem en écurie présidentielle, au service d'un seul objectif, l'élection de Bayrou. La justification étant que s'il est élu, il sera le plus fort pour porter le projet fondateur du MoDem.

Pour ma part, je ne pense pas que le MoDem soit suffisamment discipliné pour devenir un Think Tank, et puis ce n'est pas la raison de mon engagement dans ce parti politique. Mon projet politique ne pourra existé qu'avec l'élection de François Bayrou, du moins au niveau national[2]. Donc je ne vois qu'un seul avenir pour le MoDem, se focaliser sur l'élection présidentielle avant sa dissolution dans une entité plus grande au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle.

Notes

[1] Groupe de réflexion et d'influence.

[2] et pourquoi pas europeen.