Je connaissais de nom le médiateur de la République, Jean Paul Delevoye, mais j'ai découvert un discourt très riche, tellement riche que je n'arrivais pas à prendre des notes.

Je vous invite à rechercher sur le site national du MoDem son intervention. Quelques notes incomplêtes des idées évoquées :

Il a décrit l'évolution de notre société qui est passée de la citoyenneté au consumérisme, avec des mots fort comme l'esclavage moderne où les convictions sont remplacées par des émotions.

Il a parlé de la France qui est usée psychiquement. Les gens n'acceptent pas l'inconfort des question et préfèrent le confort des réponses. Ceci accentue le décalage des citoyens vis à vis de l'offre politique, avec 40% des citoyens qui expriment un sentiment d'abandon en écoutant un discourt politique. En 1995 chaque personne se retrouvait dans une idée politique. Aujourd'hui on est assiste brutalement à une chute de la citoyenneté au profit du consumérisme. C'est une fiction qui permet à chacun d'exiger que l'état permette de vivre aux dépends des autres.

Les nouvelles technologies sont en train de nous conduire vers une excitation permanente. Tous les outils de la socialisation ont explosés (école église). Toutes les espérances ont chuté (collectivisme avec le mur, libéral, religieux...). Il n'y a plus de régulation morale chez les jeunes. Ils se demande si ils sont capable de faire, car on est en train de cultiver le mépris de soi qui engendre le mépris de l'autre. Il n'y a jamais eut d'évaluation des conséquence des politique sociale.

Que doit-on payer ? Par exemple la gratuité qui était un formidable acquis est devenu un du :" tu es payé pour éduquer mon gamin". Comment mettre du moyen et du long terme dans des entreprise gouvernées pardes actionnaires ou lorsque les politiques se font à 2 ans ?