• Le gouvernement de Srkz nous a habitué aux déclaration à l'emporte pièce sur tout et n'importe quoi, dans sa frénésie de communication à tout va. Claude Guéant semble être en pointe dans cette frénésie, avec comme cause aggravante, une vision de la société emprunte de racisme. Il déclarait que "les deux tiers des échecs scolaires, c'est l'échec d'enfants d'immigrés". C'est faux comme le dénonce Bayrou et ce billet de MarianneRepublique : Echec scolaire des enfants d’immigrés : Bayrou a raison contre Guéant
  • Les végétaux produisent de l'énergie avec de faible rendement mais en très grande quantité. Alors pourquoi ne pas utiliser certaine micro algues pour cela ? Production d'énergie à partir de micro-algues marine : le défi de l'industrialisation. A noter l'intéressant échange sur le mur de Yann Wehrling de Facebook faisant la promotion de ce lien, dont j'extraie quelques commentaires :
    • Francois Artopoeus Un consortium nommé BFS aurait mis au point un procédé industriel visant à produire du carburant à partir d'algues se développant dans un système greffé à une unité industrielle très polluante, recyclant le CO2 de cette dernière pour la convertir en simili-pétrole. A priori ils ont déjà installé un système sur une cimenterie en Espagne. D'après leurs dires, leur système permet de réaliser en quelques heures ce que la nature fait en plusieurs milliers d'années. Cela n'est pas la panacée, mais si leur système est viable, il permettrait de recycler le carbone dans l'air pour le réutiliser comme combustible, plutot que de continuer à extraire du carbone fossilisé.
    • Bruno Lardoux Si je suis pour de véritables énergies alternatives, ce n'est pas pour nous embarrasser de suies et de scories supplémentaires. En ce sens, la valorisation des déchets sous forme de méthanisation est des plus intéressantes, sachant que le méthane peut être utilisé à autre chose que la combustion.
    • Orange Pressé ?@Bruno : Pour une fois, je suis d'accord Joel. Nous ne pouvons faire l'impasse sur ce genre de technologie. Dans bon nombre de pays, ces usines polluantes sont nécessaires au pays. Qu'on réduise leur impact par ce biais est un moindre mal.
    • Henri Lelièvre Les micro-algues posent le problème de la prolifération potentielle et d'un mauvais rendement (car dans la nature une grande partie de la photosynthèse est utilisée pour autre chose que pour produire de l'énergie). La solution est plutôt l...a photosynthèse artificielle: On copie les mécanismes naturels et on produit de l'hydrogène par photosynthèse et elle est stockée sur place comme dans une pile à combustible. L’électricité est ensuite produite à la demande en produisant de l'eau. Ca nécessite de l'eau, du cobalt et du graphène (éléments abondants et peu couteux) comme le montre le prototype du MIT. Si on met le paquet c'est une technologie passable à l’échelle industrielle d'ici 10 ans. Centrales thermiques et nucléaires seraient ainsi dépassées.
    • Yann Wehrling En matière d'énergie et de recherche, une seule solution ne donnera rien. Le mix de plusieurs pistes, bien plus.