Mes précédents billets sur le sujet du nucléaire civile étaient pour le moins peu tranchés (ici et ). François Bayrou a tenu en substances les propos suivant lors de son dernier passage sur France Inter: les spécialistes me disent que l'on peut le rendre sûr et cela permet de transformer nos déchet actuels en combustible nucléaire de demain, donc je ne suis pas opposé aux centrale de nouvelle génération (je caricature un peu son propos).

Je ne l'aurais pas dit ainsi, et les précautions de langage de François Bayrou ne m'ont pas semblé apporter de la clarté, mais je suis globalement assez d'accord sur la conséquence.

Mon point de vu:

  • Le remplacement de la production énergétique d'origine nucléaire par des sources alternatives, peut prendre des décennies. Avec une électricité produite à près de 70% par des centrales nucléaire et une consommation d'électricité qui ne cesse de croître, tous les efforts de réduction de la consommation et la mise en œuvre de nouvelles sources prendra du temps, plus d'une génération.
  • Une partie importante des centrales actuelles arrivent ou ont déjà largement dépassé le terme de leur cycle de vie programmé. Même rallongé de 10 ans, elles ne pourront pas pourvoir à la fourniture d'énergie, ne serait-ce que durant les 20 prochaines années. Nous allons donc entrer en déficit d'énergie très, très vite.

Conclusion, sauf à ce qu'une nouvelle révolution technologique intervienne dans moins de 10 ans, notre pays risque de devoir construire une ou plusieurs nouvelles centrales, juste pour maintenir la quantité d'énergie que nous consommons actuellement. Je rappel que les énormes gains réalisés par les industriels et dans les technologies énergivores, ont tous été compensés par un accroissement de la consommation globale. Donc s'il est réaliste de penser que nous pouvons commencer à stopper la croissance de consommation, il sera plus dur et plus long de passer dans un processus décroissant.

Du coup, si l'on ne peut se passer de construire de nouvelles centrale, la question se pose légitimement de savoir si l'on créé une centrale nucléaire classique, une centrale consommant de l'énergie fossile[1] ou une centrale nucléaire de nouvelle génération (surgénérateur) qui présente, entre autre, l'avantage de pouvoir utiliser les déchets des centrales classiques comme combustible ?

Et tout ce que je viens de dire n'est pas incompatible avec un projet de sortie progressive du nucléaire, c'est juste une histoire de calendrier. François Hollande me semble être dans cette même logique, qui consiste à dire que l'objectif est la sortie, mais pas à n'importe quel prix.

Notes

[1] Pour moi, les fermes d'éolienne ou les centrales à énergie dite propres, ne suffiront pas et ne concerne pour l'instant que le delta à la marge, pas le coeur de la production énergétique. Mais cela pourra changer.