"C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien.
Mais l'important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage." La Haine (1995), écrit par Mathieu Kassovitz

Ou sous une autre forme plus explicite:

"C’est l’histoire d’un état qui s'endette. Les gouvernements, à chaque élection répètent sans cesse pour rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien."
Je vous laisse finir...