Lorsqu'il y a une voie d'eau dans un bateau, il y a 2 attitudes:

  • Prendre les chaloupes et laisser couler le bateau avec sa cargaison.
  • Se relayer aux pompes pour maintenir le bateau à flot, le temps que les charpentiers procèdent aux réparations.

Bien entendu, c'est la taille de la voie d'eau qui devrait dicter la marche à suivre, et rien d'autre. Le MoDem prend l'eau, certain n'aiment pas avoir les pieds mouillés ou suer à la pompe, et ils préfèrent partir tout de suite, avant même de connaître l'étendu des dégâts.

François Bayrou dit que le navire est encore bon, même s'il est fragilisé. Il a jeté à la mer une partie de la cargaison[1] et mis dans une chaloupe une partie des soutiers[2] Mais il soutient que le MoDem sans dette peut redresser la barre et continuer sa route.

Pour ma part, si je ne suis pas super motivé pour jouer les shadocs, je pense aussi que ce navire peut encore porter de belles idées, faire émerger des gens de qualité. Le futur est sombre électoralement parlant, mais pas du point de vu des idées, et accessoirement c'est pour les idées que je me suis engagé en politique en 2005 derrière François Bayrou.

Le gouvernement reprend et propose de mettre en place plusieurs des aspects du programme de François Bayrou, sans même les altérer[3], ce qui change grandement par rapport au précédent gouvernement qui les détournait systématiquement[4]. Du coup, le vote pour Hollande est d'autant plus légitime, puisqu’en plus le PS gouverne sans les communistes, ce qui n'est pas plus mal.

Tout ça pour dire que je continuerai à soutenir François Bayrou, et accessoirement le Mouvement Démocrate, comme outil de ce dernier pour mettre en musique les idées.

Notes

[1] Son vote pour Hollande a coûté et coûtera très chers auprès de l’électorat de centre droit.

[2] Le MoDem licencie 20 des 26 salariers qui étaient en poste au siège.

[3] Budget de l'état gelé en valeur, dialogue social apaisé, ausse de la TVA, fédéralisme européen...

[4] Probablement pour vider les propositions de Bayrou de leur poids électoral.