Quant on aime l'héroic fantasy[1], il est difficile de faire l'impasse sur le dernier film de Peter Jackson, The Hobbit: un voyage inattendu.

Fans inconditionnels du seigneur des anneaux, mon épouse et moi même attendions avec une grande impatience que mes enfants aient enfin l'âge de pouvoir découvrir cet univers. Nous avions offert au fiston le livre de Bilbon[2] et rendu accessible dans la bibliothèque la trilogie de l'anneau, tout en étant conscient que ces ouvrages sont difficiles d'accès. En effet, si les aventures de bilbon tiennent dans un seul cours roman, la trilogie elle est un ouvrage long, qui détaille l'univers. Il faut avoir envie de le lire pour subir les longues descriptions des univers ou les poèmes, des nains ou des Elfes.

Même si aujourd'hui les enfants[3] regardent n'importe quoi à la télé, il me semble que ces films de Peter Jackson ne sont pas destinés aux enfants. L'univers de Bilbon et du seigneur des anneaux qui a été inventé par Tolkien[4] est un univers complexe, avec des personnages complexes et difficilement accessibles aux enfants qui fonctionnent avec des schémas manichéens. Le plus complexe de ces personnages étant Golum, qui occupe un rôle central dans les 2 œuvres. Il est à noter qu'il a beaucoup impressionné mon fils, ce qui n'est pas étonnant, car la schizophrénie n'est pas un truc d'enfant, ni même d'adolescent.

Mais je ne vous cacherai pas que nous nous sommes régalés avec ce premier opus de Bilbon. Clairement, l'objectif est de faire le lien avec la trilogie. On a un sentiment de déjà vu, voulu par les auteurs du film. On y retrouve bien sûr les personnages, mais aussi les décors grandioses de la NouvelleZélande. L'introduction étant délibérément un clone de celle du seigneur des anneaux.

Une différence importante dans cette continuité, est l'utilisation de la 3D. On sent, parfoit presque un peu trop, que les cadrages et certaines scènes sont conçues pour profiter de la technologie, avec par exemple des premiers plan inutiles hormis pour les effets de relief. Mais bon, c'est du chipotage, car ça le fait super bien.

Nous sommes rentré à la maison avec une furieuse envie de revoir la trilogie de l'anneau, histoire de patienter jusqu'en décembre 2013 pour le 2ème opus[5]. Le coffret 12 DVD en version longue[6], n'a qu'à bien se tenir, au premier weekend pluvieux il va y avoir des séances dantesques sur grand écran à la maison !

Notes

[1] L'heroic fantasy, ou fantastique médiéval est un type littéraire ou cinématographique qui se déroule dans un univers médiéval avec de la magie et des créatures fantastiques.

[2] Il y a eu plusieurs traduction du nom du héros, tantôt Bilbo, tantôt Bilbon.

[3] Ceux des autres, pas les miens !

[4] Tolkien était un linguiste qui a voulu inventé une mythologie à l'Angleterre. Il a mis plusieurs décennies à construire ces univers.

[5] et mis 2014 pour le 3ème.

[6] En version longue chacun des épisodes du Seigneur des anneaux fait entre 3h40 et 3h50, plus autant de bonus.