L'actualité braque encore ses projecteurs sur une histoire de plagiat détestable, même si j'aimerai bien changer un peu de sujet. Après l'affaire du ministre en charge de la lutte contre la fraude fiscale qui est un fraudeur patenté, nous avons une des plus haute autorité religieuse qui se répand en aveux de plagiat après avoir mentis sans la moindre hésitation.

Lire l'article du Huffington Post: Après ses aveux de plagiat, Gilles Bernheim, Grand rabbin de France, est soupçonné de ne pas être agrégé de philosophie

Pour résumer, ce monsieur clame à la publication de son ouvrage qu'il avait une grande envie d'écrire. Ce livre s'avère avoir été écrit par un nègre avec du copier/coller de plusieurs auteurs. Non content d'avoir été mis au jour, il s'enfonce dans le mensonge en disant que c'est un des autre auteur qui est le plagiaire. Il avoue, s'excuse, mais pour couronner le tout, il s'avère qu'il aurait aussi menti sur son parcourt universitaire.

Donc voilà ce que se permet le guide spirituel de million de français. Ce n'est pas un petit scribouillard comme moi qui cause sur son blog, c'est une référence, une autorité morale, tenu, comme tout responsable d'un culte, à un devoir d'exemplarité. Dans quel monde vivent ces élites qui ne se rendent même plus compte de l'incongruité de leurs actes ?

Le temps est orageux pour les menteurs. Il va falloir qu'ils apprennent à faire avec l'ère numérique qui ne perd pas la mémoire et propage les informations bien au delà de leur petit microcosme. Peut être le net, malgré tous ses travers, pourrait les aider à revenir sur la même terre que nous ?

Mensonge politique, mensonge spirituel... à qui le tour ? Ça va être difficile d'inviter les électeurs à voter. Le tous pourri gagne du terrain, j'en ai la nausée.