Il peuvent toujours croire qu'ils terrasseront la France, mais ils oublient un peu vite les français. Si Daesh veut s'en prendre à la culture, à la musique, aux bistrots, au sport, ils peuvent toujours essayer, mais nous les combattrons à coup de livre et journaux libres, de concert de toutes les musique DU MONDE, de bon restos, de verres entre amis et bonne bouteilles, et au sein des millions d'associations sportives à travers la France.

La vie continue, ne serait-ce qu'en mémoire de ceux qui ne l'ont plus.


John Oliver sur les attentats de Paris (VOSTFR)