Dans les projets que voulait porter Nathalie Audin au parlement il y a le renforcement des conséquences de dénonciations calomnieuses. En effet, vouloir promouvoir l'exemplarité en politique implique la contrepartie que toute fausse dénonciation doit coûter chers à celui qui la fait, car il est trop facile de balancer des accusations infondées pour casser une personnalité politique.

Il y a une volonté de lavage plus blanc que blanc. Une forme d'extrémisme au risque d'éliminer des gens d'une grande qualité qui ont vécu dans l'ancien monde et veulent bâtir le nouveau. N'y a-t-il donc aucun moyen de changer le système de l'intérieur ?

Ce que le MoDem a fait pour financer son fonctionnement, alors qu'il ne disposait de presque plus de financement publique, n'est plus souhaitable, mais correspondait aux bonnes pratiques de l'époque et était pratiqué par TOUS les partis politiques: les permanents du parti étaient à temps partiel au service des parlementaires de ce parti, puisque les missions d'un représentant du parti et d'un parlementaire se chevauchent. C'est encore aujourd'hui très, très largement pratiqué dans les collectivités territoriales, et avec beaucoup moins de respect de l'argent publique, pas plus loin que dans la 6ème circonscription pendant cette séquence électorale que nous venons de vivre.

Je vais donc attendre de savoir ce qui est réellement reproché aux parlementaires européen du MoDem, mais je m'attend à ce que ce soit insignifiant. En attendant, notre pays aura perdu pour de grand projet de reconstruction, deux très grandes personnalités que sont François Bayrou et Sylvie Goulard.

Je suis chagrin.