Voici un échange avec un collègue il y a quelques mois, suite au très bon texte publié par l'ex secrétaire d’État chargée du développement et de la francophonie, Annick Girardin: Cher Monde du Travail

JM: Je kiff ma langue maternelle mouaaa !!
JM: Ne pas confondre la langue de Shakespeare avec ceci : http://fr.wikipedia.org/wiki/Globis...
JM: et tu me rejoindras (peut-être ? sans doute ?) sur le fait que le globish est l'antichambre de ceci http://fr.wikipedia.org/wiki/Novlan...
CA: pas tout à fait
CA: la novlangue est une démarche pour reformater les esprit, alors que le globish, qui est plus réel, est une paresse intellectuelle recouverte d'une couche de snobisme
CA: la novlangue n'est utilisée qu'en politique, et certes elle gagne du terrain, mais c'est du terrain regagnable avec le temps
CA: le globish au contraire n'est utilisé que par les entreprises et par extension par les publicitaires, et comme il flatte les bas instincts, il est adopté facilement contrairement à la novlangue qui est laborieuse à implanter
JM: novlangue=démarche + Globish=paresse = même résultat : on oublie la finesse, les traits d'esprits, la culture puis la révolte
CA: je ne suis pas d'accord avec cette dernière assertion
JM: l'un c'est un outil et l'autre une auto mutilation
JM: Parles en à Voltaire
CA: je le fréquente pas des masse en ce moment
JM: Moi si, j'ai des absences