Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Recherche

Votre recherche de homosexuel a donné 17 résultats.

jeudi 16 avril 2015

Loi sur le renseignement: je suis désespéré qu'une chose pareille arrive en France

Quant je lis l'actualité sur le projet de "loi renseignement", je suis désespéré de voir arriver un texte de loi aussi liberticide en sachant que nos élus sont des incompétents sur les sujets techniques et qu'ils vont en discuter, l’amender et le voter à 30 dans l’hémicycle. La France, le pays des droits de l'homme va se doter d'un texte que ne renieraient aucune dictature, qui va encore plus loin que le tant décrié Patriot act américain, qui donne aux services secrets français encore plus d'autorisation qu'à la NSA[1].

Pour mémoire:

1) Dès qu'un outil est mis en place, il sera utilisé de travers par certains, c'est la nature humaine[2]. Il faut donc prévoir les contre-pouvoirs dès l'origine. En l'occurrence c'est le juge qui est le garde fou.

2) Par le passé, des projets pleins de bons sentiments ont déjà dérapés au détriment des libertés individuelles. Par exemple, le fichage ADN, initialement créé pour les délinquants sexuels à petit à petit été étendu à tous les délits, jusqu'au vol de bicyclette et maintenant, vous êtes fiché via votre ADN dès que vous êtes arrêté, que vous soyez coupable ou pas[3].

3) La surveillance massive de la population qui est proposée dans ce projet pour "anticiper les comportements dangereux", rend tous les citoyens suspects. Et surtout, la définition de dangereux n'est pas donnée, donc demain, on peut être considéré comme dangereux si l'on est opposant au gouvernement, un(e) homosexuel, un(e) activiste, un(e) syndicaliste, un(e) journaliste, une startup qui dérange un grand groupe... Où va se situer la limite ? Une fois que les données sont dans les ordi, il y aura bien quelqu'un tenté de s'en servir[4].

4) Tous les fichiers existants aujourd'hui sont cloisonnés, seul le juge peut les décloisonner: la consommation via le compte bancaire, les localisations et les communications via le téléphone, les données de connexion via le fournisseur d'accès internet, les soins via la carte vital, les programmes tv via la box. Ce projet lève le décloisonnement, et rend le croisement de fichier très facile, et la constitution d'autres fichiers automatiquement.

5) Quid de la sécurité de ces boites noires que l'on veut installer chez les fournisseur d'accès internet et les opérateurs de téléphonie ? On va donner aux cyberterroristes qui y rentreront (car elle se feront hacker comme tout ordinateur), toutes les clées de la vie numérique de n'importe qui[5].

On n'a pas besoin de mettre sur écoute la totalité des citoyens pour être plus efficace, on a pas besoin de donner des pouvoirs exorbitants au 1er ministre pour nous protéger. Ce projet de loi ne concerne pas la protection des citoyens, mais leur flicage. Mais bien sûr tu n'as rien à cacher... comme tout le monde[6].

liberte_securite.jpg

Notes

[1] Certe, la NSA est allé au delà de ses prérogatives en surveillant les américains alors qu'elle n'était supposée surveiller que les étrangers.

[2] Comme ce parlementaire qui veut étendre la loi autorisant la fermeture de l'accès aux sites internet promouvant le terrorisme, entre autre, aux injures faites aux représentants du peuple https://twitter.com/framaka/status/....

[3] Voir mes précédents billets sur le sujet http://www.cedric-augustin.eu/index... et ce twitt d'un avocat https://twitter.com/eBlacksheep/sta....

[4] De toute façon, l’algorithme du gouvernement sera intrusif et inefficace.

[5] Une des branche de la société Thales, spécialisée en sécurité informatique vient de se faire hacker https://twitter.com/laurentchemla/s....

[6] N'en déplaise à Authueil qui parle d'une baudruche qui se dégonfle, il reste beaucoup trop d'incertitudes sur les dangers de ce projet de loi.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 25 mai 2013

La stabilité d'un ménage est bénéfique aux enfants

Le titre de ce billet formule une évidence, et dit comme ça, pas grand monde n'y adhérerait pas. C'est un des pilier de mon propos en 2006 en faveur du mariage des couples de même sexe: la stabilité. Mon argument d'alors que je continue de défendre est que la cellule familiale est la plus petite entité humaine qui reproduit l'ensemble de la société[1], dans ses relations économiques, de hiérarchie, de police et de solidarité. Cette micro société, comme la macro, se construit et évolue dans le temps.

L'institution mariage qui consacre la création d'un foyer n'a de sens que dans la durée. Un couple envisage le mariage comme une volonté de stabilité de la relation en vue de construire le foyer sur du dur et pas du mouvant. C'est le sens même de l'institution mariage. Ceux qui ne sont pas dans une démarche de pérennité de leur relation n'ont que faire du mariage, pour eux ce n'est qu'une convention sociale, un bout de papier.

Il n'y a pas que les individus, l'état, et accessoirement les religions, considèrent également le mariage comme la construction d'un foyer, d'une cellule familiale pérenne. Il n'y a qu'à voir comment il est difficile de parler d'indépendance des individus d'un foyer à l'administration pour réaliser comme cette construction est ancrée dans le marbre. L'administration est incapable de gérer correctement 2 foyers pour un couple, impossible d'enregistrer les enfants sur la carte vitale des 2 adultes sans s'exposer à des problème de remboursement...

La modification de la loi en vue de permettre à des couples de même sexe de constituer des foyers stables n'est pas seulement un problème de droit, même s'il n'est pas anodin. En favorisant la stabilité de tels couple, la société y gagne bien sûr, mais aussi les membres de ces foyers et à fortiori les enfants qui y trouvent grandement leur compte. Dans son article sur Slate.fr, William Saletan reprend l'étude de Mark Regnerus pour tout d'abord en démonter les conclusions sur les problèmes de développement des enfants dans un couple homoparental[2], et analyse les données du point de vue de l'instabilité du couple, comme facteur de problème.

La conclusion de cette article, souligne que le problème principal des couples homosexuels qui élèvent des enfants concerne l'instabilité de ces couples, et non le fait que les 2 parents soient de même sexe. En ouvrant le mariage à des couples de même sexe, le législateur encourage la stabilité de ces couples, ce qui est tout bénef pour les enfants.

Notes

[1] Un peu comme la cellule biologique est la plus petite partie vivante d'un tout qui est le corps.

[2] Les conclusions sont selon lui bâties sur des comparaisons de données non comparable.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 10 janvier 2013

Les activistes contre le mariage pour tous

Dans le fatras d'email que je reçois, certains militants de diverses causes ont décidé que le mariage pour tous devait être combattu. Les voilà vent debout contre une mesure, certes symbolique, mais qui ne concerne que quelques millier de couples.

Ces réactions sont totalement has been et dénote une absence totale de mise en perspective. Ce qui fait la famille a profondément muté depuis 4 générations: la libération sexuelle, l'émancipation de la femme, la contraception, la société des loisirs, les écrans[1], le PACS, les familles recomposées, l'enfant roi...

Aujourd'hui, la législation rattrape les faits en proposant un cadre légale à des pratiques déjà largement rependues, les familles recomposées n'ayant pas attendu la loi pour exister. Et pour les quelques familles homosexuelles, qui ne sont qu'une minorité, ce n'est qu'un moyen de plus de vivre comme les autres, sans être stigmatisé comme le font les activistes contre le mariage pour tous. Encore une fois, on parle de quelques milliers de familles homoparentales par rapport à toutes les autres familles recomposées qui sont également concernées par ce projet. Comment voulez-vous que cela remette en cause notre modèle de société.

C'est désespérant de voir l'énergie qui est dépensée à propager des bêtises (pour rester poli). D'autant que plus que nous parlons de famille, un concept fondamental de notre société dont j'ai largement parlé dans mon texte de 2006 sur l'homoparentalité. Comment ne pas s’enthousiasmer pour des couples qui veulent bâtir un foyer et donc participer à la collectivité plutôt que de penser à leur seul nombril ? Pour moi, tout ce qui de près ou de loin favorise la stabilité d'un foyer est bénéfique à ses membres, en tout premier lieu les enfants qui l'habitent, et par extension à la société qui s’appuie sur les foyers qui la composent.

Il faut voir plus large, sortir du symbole pour penser à l'intérêt général.

Note

[1] Tous les écrans ont un impacte sur les familles, qu'ils soient passifs comme la télévision, ou actif comme les consoles, ordinateurs ou smartphones.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 5 novembre 2012

Le symbole du mot Mariage

Je rebondi aux billets d'Hervé Torchet et de l’Hérétique sur le mariage des couples de même sexe, avec lesquels je ne suis pas totalement en phase:

Tout d'abord il faut être très vigilent à ne pas mettre sous la même bannière tous les homosexuels, qui sont tout aussi divers que les hétérosexuels. Certains ne demandent rien, d'autres sont satisfait par les avancées en matière de droit du PACS[1], certains ne sont préoccupés que par la parentalité, et d'autres par l'égalité absolue des droits. Bref une mosaïque d'opinions et de revendications.

Une partie des homosexuels qui réclament le mariage, ne se contentent pas seulement des droits qu'il concède, mais aussi du symbole qu'il représente. Pour eux, le PACS, au delà de ses limitations en matière de parentalité, ne peut être satisfaisant.

En effet, la chose publique est faite de symboles, souvent plus importants que les faits ou que ce que le pragmatisme voudrait. Dissocier le mariage et l'union civile, pose un problème de symbole. Notons au passage que c'est justement pour cela que François Bayrou les dissocie, afin de ne pas altérer le symbole porté par le mot "mariage".

Or donc, pour préserver le symbole dans son sens actuel, certains proposent de restreindre le mot mariage à la cérémonie religieuse et union civile au passage devant le maire. Étant un fervent mécréant, je me permet de demander pourquoi, moi qui ne suis pas passé devant un curé[2], mon engagement pour la vie n'aurait pas la même symbolique ? Et puisque l'on en est aux symboles, pourquoi ne parle-t-on pas de mariage devant le maire et d'union religieuse devant les prêcheurs ?

Notes

[1] Rappelons que les droits ouverts par le PACS convergent de plus en plus avec ceux du mariage, que ce soit la gauche ou la droite au pouvoir, mais en général discrètement.

[2] Remplacer par rabbin, imam ou autre prêcheur de félicité éternelle.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 2 août 2012

Derniers twitts de juillet

Voici mes twitts et retwitts de juillet

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 5 avril 2012

Foutez-les en prison !

Je découvre les propos de Nathalie Arthaud, candidate de lutte ouvrière, tenus lors d'un forum organisé par ELLE, qui envisage la prison pour les "patrons" qui ne respecteraient pas l'égalité homme/femme.

Lors du même Forum, Eva Joly a proposé qu'"aucune aide publique ne soit accordée aux entreprises qui n'assurent pas l'égalité salariale effective".

Tout ceci m'a rappelé une discussion avec mes collègues de travail lors de mon stage au service des eaux de la ville de San Francisco. Cette ville est connu mondialement pour son pont au dessus de l'entrée de la rade, son île d'Alcatraz et son Cable Car[1]. Elle est aussi connue pour son quartier Castro, qui rassemble une des plus visible communauté gay des USA.

La mairie de San Francisco a décidé[2] d'imposer aux entreprises qui passent des marchés avec elle, qu'elles reconnaissent les couples homosexuels et leur donnent les mêmes droits qu'aux couples hétérosexuels, notamment en matière d'assurance maladie.

Pour comprendre l'impact de cette décision, il faut savoir qu'à l'époque[3], les entreprises payaient l'assurance maladie à leur salariés à temps plein[4] ET à leur conjoint, même si ce dernier ne travaille pas dans l'entreprise. Cet avantage social est d'une importance considérable pour bon nombre de familles.

Compte tenu de la grosse communauté gay qui y vit, on comprend la décision de la mairie de San Francisco. Cependant, la conséquence a été immédiate et simple, et pas dans le sens escompté:

  • Les entreprises locales qui ne voulaient pas se conformer à cette obligation, passent par des intermédiaires qui s'y conforment. Concrètement, une entreprise avec 1 seul salarié, qui prend une commission au passage, et signe les contrats.
  • Les entreprises nationales ou internationales qui ne veulent pas changer leur fonctionnement, sont exclues des marché publiques et la ville est obligé de ne plus prendre le mieux disant dans ses appels d'offre.


Dans le laboratoire dans lequel je travaillais, le problème se posait pour les filtres et les flacons, achetés près de 30% plus chers, car via des intermédiaires.

Cet exemple montre à mon sens la difficulté de telles mesures, et les risques de perversions qu'elles peuvent introduire. Ce sont de fausses bonnes idées lorsqu'elles sont aussi faciles à contourner.

Notes

[1] Un tram centenaire qui gravit les collines de la ville en étant tracté par un cable sous la chaussée.

[2] Du moins, cela était le cas lorsque j'y étais en 1998.

[3] Depuis Barack Obama, cela n'est plus la même chose, puisqu'il a mis en place une assurance maladie pseudo universelle (je ne rentre pas dans les détails).

[4] Les salariés à temps partiel n'ont en général pas l'assurance maladie prise en charge par l'entreprise, ce qui représente une double peine.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 1 janvier 2012

Homoparentalité et mariage

Je disais il n'y a pas très longtemps à François Bayrou, qu'il m'était assez désagréable finalement d'être en accord sur tout avec lui, surtout lorsque l'on se considère comme moi comme un esprit critique. Il a réfléchi quelques seconde et m'a répondu "Ça énerve".

Mais je viens de retomber sur un sujet de désaccord que j'ai avec lui: le mariage des couples homosexuels.

Il a évolué depuis 2005, et même beaucoup évolué, en passant progressivement d'un constat de problème à une prise de position sans ambiguïté. Dans ses discours et ses propos lors de la campagne de 2007, il reconnaissait l'inégalité dont était victimes les couples homosexuels[1] et surtout il reconnaissait l'hypocrisie qui consiste à permettre l'adoption par un(e) célibataire, mais pas par le conjoint/la conjointe pacsé(e) de l'enfant de son ami(e), et encore moins pour un couple homosexuel sans enfant. Mais sa position restait technique et fiscale.

En prenant clairement position pour une égalité totale des droits et donc par extension à la possibilité à l'adoption, il ne laisse plus de marge à l'interprétation. Il ne reste plus que le symbole du mot "mariage" qui diffère entre le mariage entre un homme et une femme et le contrat d'union civile pour des couples de même sexe qu'il propose.

Cette différence est à la fois pas grand chose et beaucoup. Pas grand chose dans la mesure où cela permet d'atteindre le but rechercher pour les couples homosexuels, à savoir une reconnaissance totale d'un foyer avec ce que cela implique comme droits et devoirs. C'est encore beaucoup, car justement ce sont souvent les symboles qui marquent la société et sur laquelle nous nous retrouvons.

Je pense cependant que comme le PACS en son temps a été une étape pour faire accepter les couples de même sexe, et a permis justement de les faire disparaître, ce qui est une des demandes des homosexuels, ce contrat d'union civile, peut être la dernière étape vers un mariage pour tous, comme cela se fait dans d'autres pays européens.

François Bayrou dans TÊTU: «Accepter la différence, ça vaut dans les deux sens»

Note

[1] Héritage, logement, fiscalité...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 25 juin 2011

Les écrits restent... parfois encore trop d'actualité

Comme je n'ai pas envie de radoter, je le fais trop souvent, en ce jour de marche des fiertés, je vous propose un lien vers un de mes écrit de juin 2006[1]

Mariage des couples homosexuels, homoparentalité et adoption

Inclus dans le billet : Mariage et adoption pour les couples de même sexe

Notes

[1] et oui ça date, mais ce texte n'a pas pris beaucoup de rides hélas.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 13 septembre 2010

Les députés européens analysent la situation des couples homosexuels en Europe

drapeau_europe.pngLors de Session plénière du 6 au 9 septembre 2010 les députés européens ont examinés le problème de la disparité du droit entre les différents états de l'Union Européenne, au regard des couples de même sexe.

En effet, certains pays autorisent le mariage des couples de même sexe, d'autres une union civile, d'autre enfin ne reconnaissent rien, mettant ces couples dans une impasse lorsqu'ils voyage au sein de l'UE.

La phrase la plus importante, est celle de la commissaire européenne à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté, Viviane Reding : "Si vous vivez dans un pays qui reconnaît le mariage ou l'union civile des homosexuels, vous avez le droit, et c'est un droit fondamental, d'amener ce statut et celui de votre partenaire dans un autre pays.". En effet c'est à la commission de prendre l'initiative de nouveaux textes.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 24 novembre 2009

François Bayrou continue d'évoluer au sujet du droit des couples homosexuels

Ce matin, François Bayrou dans les réponses aux auditeur de France Inter est revenu sur sa position au sujet du mariage et de l'adoption des couples de même sexe.

Depuis 2005 et mon entrée à l'UDF, j'observe l'évolution de François Bayrou sur ce sujet. Il y a 2 ans, lors d'une discussion avec Quitterie sur le sujet, elle m'avait appris qu'il y avait un lobby intense des sénateurs contre le mariage et l'adoption par les homosexuels, lobby qui faisait pendant à celui de centre égaux.

Maintenant, François Bayrou soutient l'égalité complète des droits entre les couples hétérosexuels et homosexuels, l'adoption sans tenir compte des orientations sexuelles, l'adoption simple pour le conjoint qui élève un enfant qui n'est pas biologiquement le sien, le PACS à la mairie et pas au tribunal.

On va dire qu'il ne reste plus qu'une seule barrière, symbolique : le mot mariage. Il ne souhaite pas l'appliquer aux couples de même sexe.

D'un point de vue pratique, cela implique de modifier le droit partout où est fait référence au mariage pour y ajouter le PACS. Il eut été plus simple de changer la définition de mariage pour ne pas avoir à changer tout le droit. Mais je pense, que les couples homosexuels pourront accepter cette dernière petite disparité le jour où tout le reste sera réglé. La politique est aussi affaire de symboles et Bayrou n'en est pas encore prêt à abandonner ce dernier symbole. Entre nous, s'il ne restait que ça, je pense que celui ou celle qui lui succèdera s'en chargerait...

Ce sujet est traité lors des 3 dernières minutes.

Sur le sujet :

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 24 septembre 2007

Fédération internet

Le Forum des Démocrates a été l'occasion pour beaucoup d'internautes qui ne se connaissaient que par leur pseudo de mettre des visages sur ces pseudos. Internet est réellement au coeur de notre mouvement politique. Le MoDem n'a pas d'adhérents qui ne disposent pas d'une adresse email et d'un accès à internet. C'est une révolution par rapport à l'UDF par exemple dont près de la moitié des adhérents ne disposaient pas d'une adresse email[1].

Il y a une demande qui a été portée par les jeunes UDF depuis longtemps et qui est de plus en plus d'actualité : la création d'une fédération internet au sein du parti. Par essence, une telle fédération pose des problèmes de statuts qui doivent être anticipés car il n'y a plus de rattachement géographique, donc plus de terroir électorale. Il y a donc des difficultés à définir qui en fait partie, et pour faire quoi. On pense tout de suite aux expatriés, mais pourquoi ne pas voir plus loin.

Une organisation qui fonctionne déjà comme pourrait le faire une fédération internet est celle des adhérents de l'Europe. En effet, à Bruxelles, dans les bagages des élus au conseil de l'Europe, mais aussi pour leurs études, en stage ou pour leur boulot, près de 50 militants de l'UDF par le passé et maintenant pour le MoDem, militent activement depuis la capitale Belge. Ils ne distribuent pas des tracts sur les marchés, mais étudient, synthétisent, rendent compte du travail colossale fourni par les instances européennes sur des milliers de sujets. Ils sont également des référents, voir des experts sur certains de ces sujets. Aujourd'hui, ces militants de l'Europe ont un statut un peu particulier, puisqu'ils font partie de 2 fédérations à la fois, celle virtuelle des européens et une fédération physique.

On pourrait donc imaginer une ou plusieurs fédérations internet qui seraient spécialisées sur des thématiques ou des objectifs très précis, voir limités dans le temps. Des structures ayant vocation à rassembler des expertises pour mettre en place, analyser ou répondre à une ou plusieurs questions. De supers ateliers thématiques qui auraient en plus des représentants et un droit de vote dans les instances du parti.

Et là vous me voyez venir avec mes gros sabots... non, vous ne voyez pas... aller je vous souffle... courant, écologie... juste pour vous donner un exemple. On créer et organise une structure non localisée, totalement intégrée dans le parti, qui dispose de représentants dans les instances, reconnus comme experts et référents pour l'ensemble du parti sur une thématique. Cet article a donné comme exemple l'Europe, maintenant le développement durable, mais il y a existe déjà une structure sur les problématiques LGBT[2] sous forme d'une association (Edit : le même raisonnement peut être appliqué à la structure jeune d'ailleurs). A vous d'imaginer des structures d'experts utiles au parti.

Je n'ai pas eut l'opportunité de lui en parler comme je le fait ici, mais à l'issu de sont discours de rentrée, François Bayrou me répondait qu'il y aurait une fédération internet, qu'elle devrait même déjà exister depuis longtemps.

Notes

[1] Bon ok, c'était il y a plus d'un an et les choses bougent vite dans ce domaine.

[2] LGBT : Lesbienne, Gay, Bi et Trans, bref ce qui tourne autour de l'identité homosexuel (pour faire court).

Tag : modem-organisation - Référence à ce billet sur e-soutiens

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 20 mars 2007

Une nouvelle analyse de Jules

Jules de Diner's Room revient encore une fois sur le mariage des couples de même sexe dans le droit français. Le texte est long mais montre qu'il ne manque vraiment pas grand chose pour qu'enfin les couples homosexuels puissent se marier.

Un juriste a estimé que quelques lignes dans une loi suffisait à clore le débat sur le sujet du mariage et de l'homoparentalité.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 16 février 2007

CADOS Café : homosexualité et politiques, enjeux et stratégies

J'étais hier soir invité par le Collectif Azuréen pour les Droits des Orientations Sexuelles (CADOS) pour participer à un débat sur l'homosexualité et la politique, et je m'y suis rendu en temps que militant UDF. Cette réunion s'est tenu en pleine réunion France-Afrique à Cannes, et nous n'étions pas très nombreux, environ une douzaine de personnes.

Je ne vais pas vous en faire un compte rendu pour 2 raisons : la première je n'ai pas pris de notes et la seconde car je voudrais ne parler que de quelques points qui m'ont intéressés.

Partis et vote des homosexuels

Il y a eut un tour des positions des différents partis sur le mariage et sur l'adoption pour les couples de même sexe. Pour résumer, les partis de gauche et d'extrême gauche sont pour[1], l'UDF n'a pas de position officielle, voire même des positions contradictoires (je détaillerais plus bas), l'UMP et l'extrême droite sont contre.

Il a semblé évident que les homosexuels ne voteront pas pour les déclarations des partis sur le mariage et l'adoption, mais sur le projet de société. Je pense que c'est plutôt l'électorat hétérosexuel qui pourrait être amené à tenir compte des positions des partis dans son vote, notamment dans une posture de rejet pour les électeurs âgés.

Genre

Lors de cette soirée j'ai été interrogé sur la position de l'UDF sur la question du genre. Sur le coup je n'ai pas compris, ce qui montre que c'est un problème qui n'est pas connu par le commun des mortel, même pour celui qui fait un peu attention au sujet comme moi. En fait, c'est la question des trans-sexuel qui sont considérés par l'administration comme des malades relevant de la psychiatrie. Au delà du parcours du combattant administratif qu'il faut suivre pour faire valider un changement de genre, un problème qui ne m'avait absolument pas effleuré, est le fait que l'adoption est aussi interdite aux trans : une personne trans qui souhaite adopter verra son dossier rejeté car son changement de genre figure sur son extrait d'acte de naissance. Comme être trans est considéré comme une maladie psychiatrique, c'est donc incompatible avec l'adoption[2].

Position de l'UDF

Je reviens sur la position de l'UDF, ou plutôt la non position[3]. En effet l'UDF, contrairement à d'autres partis comme ceux de gauche, ne défini que rarement des positions de parti. On l'a vu par exemple avec la motion de censure qui n'a pas été votés par tous les parlementaires[4]. A l'université d'été 2006, lorsque j'avais demandé pourquoi ce sujet n'était pas débattu, on m'avait répondu "parce que nous ne sommes pas d'accord"[5]. Ce sur quoi Jean Christophe Lagarde avait renchéri, que ce n'était pas une excuse et qu'il faudrait le faire[6].

Pour faire court :

  • Certains UDF sont pour : les jeunes UDF, quelques députés ou sénateurs (liste inconnue, ou du moins non publique), les militants de Centr'égaux et votre serviteur. De mémoire je croix que Jean Christophe Lagarde est pour.
  • Une majorité est mitigée et préfère parler d'union civile et d'adoption simple : le président et candidat, François Bayrou, Marielle de Sarnez, quelques députés ou sénateurs (liste inconnue). Je pense pouvoir dire Rudy Salles, député de Nice en est.
  • Une minorité active est contre : ceux qui ont signé une pétition à la con pour exiger qu'un enfant soit élevé par un père et une mère[7].

Autant vous dire que lorsque vous discutez avec des militants Vert, ce n'est pas forcément spontané pour eux d'intégrer que je parle en mon nom et non en celui de mon parti.

Loby

J'ai posé la question de comment influer sur les politiques ? Parmi les réponses je note la nécessité de s'impliquer dans les associations européennes et de sortir du cadre franco français. En effet, le droit européen étant supra national, agir au niveau européen permet de forcer la main des parlements nationaux.

Pour ma part, je croix sincèrement qu'il faut agir au sein des partis politiques aussi. En effet, lorsque j'ai présenté à Rudy Salles ma contribution sur le sujet du mariage et de l'homoparentalité, cela a été l'occasion pour lui de s'interroger sur un sujet auquel il ne s'intéressait pas forcément. Aujourd'hui il soutient que le sujet doit être débattu à l'assemblée et que la situation du droit est insatisfaisante au regard de la parentalité des homosexuels[8]. Si tous les parlementaires faisaient déjà ce pas là, il serait extrêmement plus simple de faire avancer la législation.

Une intervenante a souligné qu'il fallait que cette cause ne soit pas exclusivement portée par des homosexuels. Ok, je suis hétero et cela ne m'empêche pas de lutter contre les inégalités vécues par les homos. Pour faire simple, je considère que la lute contre ce type d'inégalité est tellement facile, qu'elle ne devrait pas être nécessaire : 5 lignes dans un texte de lois et la très grande majorité des inégalités son abolies de fait, sans que ça coute 1 centime à la collectivité. On fait cette modif et on dépense son énergie à réduire les autres inégalité plus difficiles à traiter (emplois, éducation, santé...).

Pour en savoir plus

Notes

[1] Les représentant des Verts présents se placent dans la gauche.

[2] C'est à se demander à quoi cela sert-il d'assumer son genre, si ce n'est pour être épanouie, donc psychiatriquement sain.

[3] Il faut bien que j'amortisse mon travail préparatoire.

[4] On appelle ça un parti libre ou un beau bordel, selon que l'on est dedans ou dehors.

[5] Comme s'il fallait être d'accord pour débattre.

[6] Avec les élections, je crains que l'on n'en recausera qu'après.

[7] Vous noterez la bêtise des signataires qui excluent de fait les familles monoparentales.

[8] Sans présumer de sa position, mais au moins ouvrir le débat.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 11 février 2007

Dimanche+ avec François Bayrou

Je retranscris quelque phrase de François Bayrou face à Laurence Ferrari dans l'émission Dimanche+, avec quelques uns de mes commentaires en notes ou en italique. Veuillez noter que vu l'heure tardive, les fôtes sont sous copyright, si vous voulez utiliser cette retranscription, merci de me fournir les corrections.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 5 février 2007

François Bayrou au salon Linux

Les élections présidentielles sont le moment des loby. On l'a vu avec les associations homosexuelles au printemps, le pacte écologique en début d'année, les visites dans les DOM et toutes les corporations qui interrogent les candidats sur leurs positions, afin de les interpeler sur leur problèmes spécifiques et d'informer leurs membres des positions de chacun des candidats.

Concernant le logiciel libre, l'APRIL[1] et quelques autres associations ont demandé à chacun des candidats de répondre à un questionnaire dont voici le sommaire :

  1. Principe du brevet logiciel
  2. État du système des brevets
  3. Avenir du système de brevets
  4. Principe des mesures techniques et de la protection juridique associée
  5. International (Déclaration de genève et OMPI)
  6. Interopérabilité
  7. Directive 2001/29CE et loi DADVSI
  8. Projet de directive IPRED II
  9. Vente liée ordinateur/logiciels
  10. Recours collectif
  11. Informatique dite "de confiance"
  12. Administration électronique
  13. Campagne d'information et neutralité scolaire
  14. Enseignement de l'informatique et logiciels libres dans l'éducation

Les sujets abordés sont vastes et très techniques. Compte tenu de l'emploi du temps des candidats, je ne sais pas comment François Bayrou qui a reçu une copie sur le stand de l'APRIL au salon Linux va faire pour y répondre. Je le sais attaché à répondre lui même à ce genre d'interrogation et non comme certains à le faire faire par leurs lieutenants.

Référence :

Déclaration d'utilisation de logiciels libres

Notes

[1] APRIL : <a href="http://www.april.org/">Association pour la recherche en informatique libre</a>

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 3 novembre 2006

Homoparentalité et union civile dans l'interview de François Bayrou

Dans un précédent billet je vous parlais de mon intérêt pour le problème des inégalités que vivent les couples homosexuels en terme de citoyenneté et surtout de parentalité. Dans son interview donné à Politic’Show François Bayrou est revenu en détail sur ce sujet pendant environ 10min dans le morceau suivant (les 10 dernières minutes sur les 21min de l’extrait).

On notera dans cet interview que François Bayrou est pour l’effacement progressif des différences entre couples hétérosexuels et homosexuels avec une barrière symbolique forte qu’il ne souhaite pas faire tomber, celle du mariage qu’il préfère réserver à la partie sacrée de l’union et met en avant le principe d’union civile.

Son propos est clairement pragmatique :

  • Il y a déjà des couples de même sexe qui élèvent des enfants dans l’insécurité légale, donc il faut ouvrir l’adoption simple à ces couples pour protéger ces familles.
  • Les célibataires peuvent adopter mais pas les couples de même sexe.
  • Le PACS existe mais ne donne pas les mêmes droits et ne se fait pas devant le maire, il faut donc une union civile identique pour tous les couples.
  • On ne peut pas soupçonner des couples de même sexe d’élever moins bien leurs enfants que des parents seuls ou des couples traditionnels.

Un bon copain, militant dans les associations LGBT me faisait le commentaire suivant sur cette partie de l'interview :

il est très clair et depuis longtemps que Bayrou représente une forme de droite qui n'est pas dans le conservatisme forcené. Ce mec est capable d'idées neuves et clairement, c'est le premier homme de premier rang à droite à avoir une position qui se rapproche un peu de l'égalité des droits. il va falloir qu'il fasse encore quelques efforts pour comprendre que deux régimes différents demeureront toujours une forme de discrimination étatique, mais je le crois de bonne foi. peut-être d'ici 10 ou 15 ans aura-t-il fait le chemin restant (et je ne parle même pas de la reconnaissance et de la dépsychiatrisation des trans). en tout cas, il a bien travaillé la question. il n'arrive pas encore à avancer jusqu'à la fin des discriminations, mais au moins il ne dit pas trop de conneries sur le sujet

Personnellement je suis ravis de ces positions claires sur le sujet que je pourrais facilement défendre face à ceux qui ont des doutes. Il reste des progrès à faire vers la complète égalité mais c'est déjà une avancée significative. Surtout, c'est une démarche pédagogique à destination des électeurs et pas juste une position à l'emporte pièce.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 29 septembre 2006

Mariage et adoption pour les couples de même sexe

J'ai commencé en début d'année une contribution pour l'UDF concernant le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe (voir le pdf joint). Ce document a été envoyé à Fançois Bayrou peu avant la marche des fiertés au mois de juin.

Le président de l'UDF a évolué sur le sujet depuis les présidentielles de 2002 et vient de faire un pas de plus vers la simplification de la vie des couples de même sexe et l'ouverture d'une porte en matière d'homoparentalité (voir le communiqué sur le site Centr'Egaux et les réactions sur le blog de Quitterie Delmas). Conjointement avec la réforme de l'adoption et notamment la création d'un statut du "beau parent", les couples homosexuel ou les familles recomposées vont pouvoir s'engager dans la construction de famille avec des statu légaux dans l'intérêt des enfants.

Ce n'est évidement pas suffisant car il reste des disparités de droits et devoirs en terme de parentalité entre les couples hétérosexuels et homosexuels, mais c'est clairement un pas dans le bon sens.

Mise à jour le 04/10/2006 :

Je cite l'article du monde du 01/10/2006 : {{ le président de l'UDF franchit un nouveau pas : lors d'un face-à-face avec les lecteurs du Progrès, publié le 28 septembre, il s'est dit favorable à une "union civile" célébrée en mairie pour les homosexuels et à l'ouverture de l'adoption aux couples de même sexe.

François Bayrou devient ainsi, à droite, le premier candidat déclaré à l'élection présidentielle à défendre clairement l'inscription dans la loi des familles homoparentales.}}


Liens sur le sujet :


Copie du mail envoyé à François Bayrou le 16/06/2006 accompagnant le document pdf ci dessous :

Monsieur Bayrou,

Le 24 Juin prochain aura lieu la marche des fiertés (ex Gay pride). A cette occasion, les associations LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) ont ou vont interroger chacun des partis politiques sur leur position concernant entre autre le mariage des couples de même sexe, l'homoparentalité et l'adoption. En tant que président de l'UDF vous serez amené à répondre sur le positionnement de notre parti.

Comme sur ce sujet, l'UDF est loin d'être unanime et surtout que le débat n'a pas encore vraiment eut lieu si ce n'est partiellement au sein des jeunes UDF, j'ai rédigé une contribution au projet politique de l'UDF, en vue de fournir des éléments à ce débat. Cette contribution n'a pas encore été débattue au sein de ma fédération des Alpes maritimes et je vous la soumet pour le moment à titre individuel pour vous fournir du matériel de réflexion.

Vous avez entrouvert la porte au débat lors du congrès de Lyon, et je souhaiterais que l'UDF poursuive. Un ami homosexuel, militant actif LGBT, à qui j'ai fait relire mon texte, a été positivement très intéressé par l'extrait de votre discours sur le sujet et surpris qu'il n'ai pas été repris dans les réseaux LGBT.

Je profite de ce courrier pour vous remercier de tout ce que vous faite pour l'UDF et pour la France, et vous prie, monsieur le président, de recevoir mes salutations les meilleures et mon soutien le plus sincère.

Cédric AUGUSTIN - UDF06 Responsable de la 6ème circonscription

Contribution au projet de l'UDF : Mariage des couples homosexuels, homoparentalité et adoption

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux