Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Écrire

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 14 mai 2012

J'suis plus étanche

J'suis plus étanche
Ya les neurones qui collent plus
L'café me fait plus d'effet
Va falloir changer de dope
Pour continuer à fonctionner

Comme un marin sur la planche
Condamné, le sabre sur la nuque
Le dernier pas avant de sombrer
Tic tac, le crocro marque le tempo
L'temps s'étiole avant de m'abandonner

Jm'effondre en tranches
Les morceaux s'éparpillent partout
Se répandant en 1000 piécettes
Jonchant le sol d'improbables scories
Bientôt ne restent plus
Que des auréoles rouillées

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 26 mars 2012

Phrase du jour

"Writing is thinking. To write well is to think clearly. That's why it's so hard." David Mc CULLOUGH

Écrire c'est réfléchir. Pour bien écrire, il faut penser clairement. C'est pour cela que c'est si difficile.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

vendredi 20 août 2010

Le web serait mort

clavardage.jpgCelait fait un moment que l'on entend cette affirmation selon laquelle les blogs sont en train de mourir et avec eux, une certaine idée de l'utilisation de l'internet[1] que les blogs incarnaient, aboutissement d'une évolution du "web" ou "World Wide Web" dit dans la langue de molière "la toile", au sens réseaux de pages HTML reliées entre elles par des liens.

Rue89 propose une article qui commente l'assertion d'après, à savoir la mort du web au profit des applications sur internet : « Le Web est mort » ? Bizarre, son cadavre bouge encore.

Pour ma part je n'arrive pas à adhérer à cette assertion. C'est le même genre de propos que ceux qui disaient que le livre serait tué par le cinéma, ou l'écriture manuscrite par la machine à écrire. Les applications qui s'appuient sur internet, ne remplacent que certains usages du web, usages issus d'un détournement de la fonction initiale du web pour répondre à des frustrations des créateurs ou des internautes face à des outils immatures, incompatibles entre eux, verrouillés par des éditeurs qui ne voyaient que leurs intérêts et pas ceux de leurs utilisateurs. Le web et sa technologie l'HTML, grâce à son universalité et son indépendance vis à vis des éditeurs, a été la solution provisoire de développement d'outils qui auraient depuis toujours dus être créés avec des application et pas des pages web.

Le web redevient ce qu'il était au début, un réseau de page HTML, avec du textes et des images et le plus important, des liens vers d'autres pages. Il n'existe aucun autre outil qui le fait aussi bien et ce n'est pas prêt de changer.

  • Les textes qui naitrons pour les e-book par exemple, sont conçu pour être déconnecté du réseau, et par là même, devront être organisés autrement. Le lien n'aura pas le même sens que sur le web, même si techniquement cela se ressemble. Lorsque l'e-book est connecté au réseau, il n'est plus qu'un navigateur web, on est revenu au web, mais ce n'est pas ça qui présente un intérêt dans les tablettes.
  • Les applications de réseau social remplacent une part de ce que les commentaires des blogs se sont vu déléguer le rôle, faute de mieux.
  • Les flux RSS restent des point d'entrée vers le web; Que ce soit une application ou un navigateur qui les gère, ne change rien au fait que cela aboutis à des page web.
  • ...

Au final, comme cela s'est fait dans les années 90 dans les entreprises qui se sont recentrées sur leur cœur de métier au lieu de se diversifier, le net fournis maintenant de plus en plus d'outils spécialisés, comme à ses débuts d'aileurs, après une transition dans l'idée du navigateur web, outil universel. La grosse différence avec les tous début du net, c'est que ces différents outils utilisent aujourd'hui tous le même protocole (HTTP) et le plus important communiquent tous entre eux.

Notes

[1] Internet au sens réseau, support technique.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

mercredi 21 juillet 2010

Et si tu ne bloguais plus, tu ferais quoi ?

Me voilà pris dans une chaine que relai FrédéricLN : Et si tu ne bloguais plus, tu ferais quoi ?

Comme la plus part, je ne me suis pas posé la question, mais je pense que les congés qui approchent vont me donner les moyen d'essayer de développer la réponse, car je risque d'être loin d'une connexion internet pour pas mal de temps.

Si ce blog n'était pas là, je voudrais essayer de bâtir quelque chose. Le mot œuvre me fait un peu peur car ce serait prétentieux mais c'est un peu l'idée. J'ai toujours rêvé du temps où j'étais étudiant, de faire une thèse. Prendre un sujet et aller au fond, l'explorer et le retourner dans tous les sens pour en faire émerger quelque chose. Le blog est l'antinomie de la thèse, car il est une expression du présent là ou la thèse plonge profondément dans le passé pour proposer une piste dans le futur.

Je me dis qu'à défaut de thèse, j'essaierai peut être d'écrire une histoire, idéalement déconnectée de l'actualité, une construction intellectuelle intemporelle, comme une nouvelle de science fiction ou un scénario de BD. J'emporte mon ordinateur à cette fin durant mes prochains congés.

Dans le même genre d'idée, j'avais aussi imaginé la création d'un programme informatique, et comme par hasard, ce programme aurait pu être l'outil pour la création du livre numérique de demain.

Bref, cela reste des projets autour de l'écriture, car depuis que j'ai découvert avec ce blog ce que ça apportait, je ne souhaite qu'une chose, trouver le temps d'écrire.

Je passe le relai de cette chaine à Fabien, Aliocha et Toréador

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

mercredi 31 octobre 2007

La flamme et le papillon

Devenir un personnage publique, quelqu'un qui est écouté, auquel l'on fait référence, avoir sa tête qui dépasse un tout petit peu de la foule, exister un petit peu plus. C'est un des moteur, pas le seul heureusement, de certains militants, de certains candidats, de certains élus.

Qu'il est amusant de jeter un oeil distrait au ballet des personnalités lors de manifestations publiques, les places réservées, les passes droit, les primeurs, l'ordre de passage au micro, la place sur l'estrade, la tenue de circonstance, la présence sur la photo, les remerciements imposés...

Qu'il est amusant d'observer à la dérobade ces messieurs et mesdames tout le monde dans un groupe qui soudain ont un auditoire, des regards posés sur eux, leur idée qui est écoutée, la sensation de peser sur le débat. La griserie d'exister un peu plus. Un instant. Le temps d'une poignée de main, d'un flash ou d'une phrase au micro. L'affirmation de sa propre importance, comme si elle avait besoin d'être confirmée, comme si elle n'existait pas de retour à la maison, de retour au boulot.

Qu'il est amusant de parcourir ces blogs égocentriques, remplis de je et de nous qui étalent des opinions en attendant d'hypothétiques lecteurs supposés leur donner de l'importance, quelques miettes de notoriété dans le monde virtuel à défaut de monde réel.

En fait non ce n'est pas amusant, c'est juste humain. La politique et ses réunions, ses débats participatifs, ses forums ou ses blogs sur internet, ses élections précédées par la cohortes d'oreilles soudain attentives, sont autant de flammes dans la grisaille qui attirent tous ces papillons qui veulent croire que l'on va les respecter, les entendre. Ces gens qui espèrent et ont la foi dans ces valeurs de la chose publique.

Hélas combien se sont roussis les ailes et ne veulent plus y revenir ? Combien ont été écoutés mais pas entendus, considérés mais pas respectés ?

Les militants, ceux qui durent, sont de drôles de papillons, qui volent juste à la limite, pour ressentir la chaleur sans se faire happer dans les turbulences de la flamme, qui veulent changer les choses, mais par petites touches, persévérantes, avec le temps. Ils ont compris que la politique brûle et qu'il n'est pas donné à tout le monde de voler au dessus de la flamme, dans les ascendances, sans dommages, surtout sur le long terme.

Une nouvelle belle flamme approche, il va falloir la négocier, trouver le point d'équilibre pour ne pas trop se brûler les ailes...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

page 2 de 2 -