Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - durable

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 14 juin 2010

Réchauffement climatique


Les preuves du réchauffement climatique
Septique : "Regardez ! juste là, il y a une phrase avec une préposition !"
"Et , il a oublié un point sur le 'I'. Quelle magouille !"

Trouvé sur le blog The daily irrelevant :

Il y a encore 2 ans, la compagnie danoise Maersk envoyait ses bateaux cargos à travers les océan à toute vitesse, afin d'obtenir des chargements le plus vite possible à destination, toutes les autres compagnies maritimes faisant de même. Cela paraissait à l'époque le moyen le plus efficace de faire des affaires. Mais pour ce faire, la compagnie faisait naviguer ses cargo bien au dela de la consommation de carburant optimum. Il y a 2 ans, Maersk a décidé de calmer le jeu. Maintenant un trajet qui mettait 3 semaines, met 1 mois. Mais ils obtiennent de grosse économies de consommation de carburant, les coûts et la production des gaz à effet de serre ayant été réduits de prêt de 30%.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

mercredi 24 mars 2010

Michel Rocard : un historique de la taxe carbone

Michel Rocard est un animal politique que je ne cesse d'admirer. Prenez le temps de l'écouter. C'est un peu scolaire mais c'est explicite : le recul sur la taxe carbone est inacceptable. Une réflexion sur sa mise en œuvre oui, mais pas son abandon.

Lire aussi la réaction de Jean-Luc Bennahmias : "Pour ne pas agir du tout, on ne pouvait pas mieux s'y prendre !"

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

samedi 6 février 2010

Minorités et image globale

Le web est jeune, il a 20 ans et il entre dans l'age adulte. J'ai grandi avec lui et observé son évolution du web 1.0 comme on disait méprisant au web 2.0. Les enjeux économiques et la massification de l'usage ont complètement changés les moteurs de sa création.

En lisant l'article de nonovision, "Dans ce nouveau Web de masse, vous êtes plutôt hacker ou bien consommateur" j'ai pris conscience de ces 2 mondes qui cohabitent, les hacker et pseudo hacker qui produisent du contenu et sont viscéralement attaché à l'interopérabilité[1] et les consommateurs qui ne sont pas attaché à la finalité et à la pérennité.

On retrouve le même genre de minorité idéologiquement marquée dans la démarche bio, dans l'art, dans l'économie, dans les sports...

La caractéristique de toutes ces minorités c'est qu'elles marquent l'idée que l'on se fait de l'ensemble du secteur alors qu'elles ne représentent peut être que 1% de l'ensemble. Comme le dit Nonovision l'explosion des blogs, phénomène de mode, s'est fait en faisant croire que l'ensemble des personnes y participant se comporteraient comme la minorité. C'est la même chose pour la "consommation bio" qui se rêve généralisée. Les sportifs de haut niveau qui lorsqu'ils sont médiatisés, donnent envie à des milliers de gens de pratiquer le sport, et qui ne peuvent être accueilli que dans des structure qui ne conçoivent le sport que comme de la compétition, donc pour une minorité.

Toutes ces impostures conduisent à une représentation fausse de ce qu'est vraiment le web, vraiment la démarche bio, vraiment le sport... Elles sont entretenues par les médias qui ne se saisissent que des têtes qui émergent pour illustrer l'ensemble. Il faut des trais nets, des caractéristiques tranchées pour mieux illustrer la représentation qui en est faite et du coup, fausse complètement la perception.

Ah ces média, toujours fautifs...

Notes

[1] Gros mot pour dire que ce qui est sur le net doit pouvoir être utilisé quelque soit l'ordinateur ou le logiciel.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 28 décembre 2009

Picorage : europe efficace, politique, énergétique ou du chômage

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

mardi 10 novembre 2009

Évolution soutenable, interview de Corinne Lepage

En ce moment, les militants du MoDem se posent des questions sur les intentions de Corinne Lepage. Va-t-elle le quitter ou est-ce une marque d'autonomie pour peser plus fort ?

Je n'ai personnellement aucune idée des rapports que les vice-présidents du Mouvement Démocrate ont entre eux, mais je ne serais pas étonné si l'on apprend que ce n'est pas toujours simple. Il paraitrait qu'il y a des problème de gros sous entre Cap21 et le MoDem, ce dernier n'ayant pas payé sa côte part au premier, côte part qui avait été négociée lors de la constitution du MoDem. Cap21 serait donc logé à la même enseigne que les mouvements départementaux qui n'ont toujours pas touché un seul centime du national (il faut avoir la foi pour être militant).

En attendant, si l'on fait abstraction de cette cuisine interne du MoDem, Corinne Lepage est reste une force de proposition. Son interview retranscrit sur le blog d'Olivier Lesage est très instructive. Je vous invite à la lire, notamment sa définition d'évolution soutenable :

Lire l'interview de Corinne Lepage, Présidente de CAP21, vice-présidente du MoDem, et eurodéputée

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

dimanche 25 octobre 2009

Ces plastiques qui tuent

Traduction d'un billet issu du site de Chris Jordan (plus de photos sur le site).

Ces photographies de poussins d'albatros ont été faites il y a à peine quelques semaines sur l'atoll de Midway, une fine bande de sable et de corail au milieu du Pacifique Nord. Les oisillons sont gavés au nid de plastique par leurs parents, qui les collectent sur le vaste océan pollué. Ils ramènent à leur petits ce qui leur apparait comme de la nourriture. Avec ce régime d'ordures humaines, chaque année, des dizaines de milliers de poussins d'albatros meurent de faim, d'intoxication ou d'étouffement sur l'atoll de Midway.

Afin de documenter le plus fidèlement possible ce phénomène, pas un seul morceau de plastique dans l'une de ces photographies n'a été déplacé, ajouté, manipulé, arrangé, ou modifié d'aucune façon. Ces images montrent le contenu de l'estomac réel d'oisillons dans l'un des sanctuaires marin le plus reculé, à plus de 2000 miles du plus proche continent[1].

Poussin d'albatros avec l'estomac plein de plastique

-> Voir les autres photos...

Notes

[1] Un mile marin fait 1852m, soit environ 3600km.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 19 octobre 2009

Terre Démocrate : 10 engagements. Peuvent-ils être miens ?

Lors des élections municipales de 2008, j'avais essayé de relire le projet des Verts pour Nice avec en ligne de mire ma commune, St Laurent du Var. Je renouvelle la chose avec une initiative portée par Corinne Lepage, Terre Démocrate, qui ne s'adresse pas cette fois-ci à un projet pour une collectivité, mais à un projet pour des citoyens, individuellement, c'est à dire vous ou moi.

En vert les points déjà acquis, sans aucun questionnement, en orange ceux où il va me falloir faire des efforts, en rouge les points d'achoppement ou d'interrogation. En gras ce qui me semble le plus important.

Les 10 engagements des membres de Terre Démocrate
  1. à faire vivre le projet pendant la durée de celui-ci. Son adhésion est donc active et l’engage. Elle est participative et égale à celle de chaque membre.
  2. à assurer la promotion des bonnes pratiques environnementales et des nouvelles éco-technologies.
  3. à appliquer ces bonnes pratiques à lui-même en premier lieu par la réduction significative de ses impacts personnels (eau, énergie, déchets, GES.).
  4. à promouvoir une laïcité forte, faire de la place des femmes dans les sociétés une question centrale afin d’assurer une égalité effective, renouer le dialogue inter générationnel, reconsidérer la prise en compte du handicap, la liberté de conscience et de parole, renforçant ainsi la citoyenneté comme valeur commune à toutes et à tous.
  5. à travailler à une indépendance réelle des pouvoirs médiatiques, économiques, politiques et judiciaires inscrite dans une nouvelle Constitution pour la France et favoriser l'extension des principes démocratiques au monde économique, médiatique et juridique.
  6. A repenser le lien social en prenant en compte les apports immatériels et les externalités positives. Repenser le lien à l’argent, son pouvoir, son image et ses écarts.
  7. à défendre et s’appliquer en cas de candidature la règle du non cumul des mandats à limiter dans le temps les mandats successifs. A favoriser la création d'un statut de l'élu assurant la déprofessionnalisation de la charge élective, un renouvellement de la classe politique et un accès pour tous aux fonctions électives.
  8. à assurer la non éligibilité d'un élu condamné pour des faits relevant de son action politique.
  9. à inventer un projet cohérent intégrant les limites physiques de notre éco-système terrestre et le nécessaire développement des pays émergents reposant sur le développement soutenable et partagé et non la croissance infinie, utopie dans un monde physiquement clos.
  10. à s'inscrire dans un avenir résolument européen.
Pourquoi tout n'est pas vert ?

Ben parce que sinon je n'écrirais pas ce billet !

1. Ce qui est proposé ici est une association de militants et non simplement d'adhérents. Si j'y adhère ce ne serait pas pour faire de la figuration. Cependant, je ne suis pas certain que l'on puisse attendre un engagement égal de tous les membres.

3. Si l'idée éco-citoyenneté me parle et fait partie de réalisation passée (isolation, double vitrage), du quotidien (trie, pédagogie auprès de mes enfants) ou des projections dans le futur proche (achat de voiture, chauffe eau solaire), je ne suis pas encore un éco-citoyen modèle.

6. Cette idée est merveilleuse, mais me semble tellement abstraite que je la range dans les utopies. Toutes les entreprises ou administrations sont gouvernées par une gestion comptable. La mutation me semble colossale pour inclure dans les grilles d'évaluation des critères comme le confort, l'épanouissement, la culture, l'implication dans son environnement (social, économique, urbain, écologique...), le bien être... bref touts sorte de notions que les comptables ne savent pas soit chiffrer, soit tout bêtement pas classer.

7. Le non cumul des mandats est un sujet terrible. Le bon sens, devrait nous dire qu'il faut s'en passer. La pratique nous rappel sans cesse que les électeurs votent pour les gens qu'ils connaissent et semblent rassurés de voter pour ceux qui sont déjà élus. Donc oui au non cumul des mandats à condition que ce soit pour tous et pas que pour les membres de Terre Démocrate. J'aurais juste un petit bémol, il faudrait préciser les type de mandats, car par exemple être conseiller municipal ou communautaire, ne me semble pas incompatible avec d'autres fonctions électives.

9. La décroissance. Je veux bien, mais comme pour le point 3, cela ne me semble pas encore à ma portée.

Bon ben voilà. Maintenant que j'ai commenté ces engagements, la question est de savoir si moi je peux m'engager ?

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

vendredi 4 septembre 2009

Fabien cause dans le poste

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

vendredi 17 juillet 2009

Nettoyage de la baie des fosses samedi 18 juillet à Saint-Jean-Cap-Ferrat

Le samedi 18 juillet 2009, l’association SOS Grand Bleu organise, cette année encore, un grand nettoyage des fonds marins de la baie des Fosses à Saint-Jean-Cap-Ferrat, dans le cadre des actions de protection de l'environnement marin.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 29 juin 2009

De la volonté politique sur les étiquettes

Nous apprenons que prochainement, l'empreinte carbone d'un produit sera affichée sur l'emballage. On aura donc d'indiqué sur le paquet, un nombre de mg d'équivalent carbone, sensé nous faciliter le choix entre les produits qui nécessitent de consommer plus ou moins de carbone[1]

Le consommateur se dit chouette, je vais pouvoir comparer les différentes boîtes de céréales. Soit. Si le truc est fiable, ce qui n'est pas gagné vu ce que cela représente de complexité pour obtenir des calculs fiables, pourquoi pas. Ça aidera dans le choix de produits similaires, si tant est qu'il y ait du choix.Mais soyons positif, l'environnement est tendance en ce moment, restons dans l'air du temps en croyant que ces nombres peuvent apporter quelques chose[2].

Mais alors, comment se fait-il que pour les OGM[3] se soit si difficile d'afficher sur la boîte si le produit en contient ? Entre nous c'est beaucoup plus simple à mettre en œuvre que ces calcules approximatif d'équivalent carbone : il y en a ou pas. Dès qu'un élément dans la chaine de production comporte des OGM, toute la chaine en comporte? Il n'y a aucun calcul à faire, c'est binaire : Oui ou Non. Sauf que visiblement les intérêts en jeu n'ont rien à voir, car cela fait un paquet de temps que cela est réclamé par les associations de consommateurs et certaines filières agricoles.

C'est ce genre de trucs qui me désespère de la politique, quant les intérêts sont trop forts et que les politiques se couchent, sans plus aucun principe ni volonté de préserver l'intérêt général. Comment voulez-vous après que des bonnes idées ne paraissent pas ridicules.

Notes

[1] L'équivalent carbone correspond essentiellement à la dépense énergétique qui a été nécessaire pour que le produit arrive jusqu'au rayonnage, ou du moins jusqu'à la sortie de l'usine, incluant l'énergie de transport mais aussi de fabrication.

[2] Car tout le monde le sait bien, lorsqu'un consommateur regarde l'étiquette, ce n'est pas le prix qu'il regarde...

[3] OGM : organisme génétiquement modifié.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

mardi 2 juin 2009

Energie photovoltaïque : comme ça j'en veux

Découverte

Je suis allé à une semaine d'intervalle chez 2 personnes qui venaient d'installer des panneaux solaires photovoltaïques. Bien que ce ne soit pas ce type d'investissement que j'envisage pour ma maison, mais plutôt du solaire thermique, ma curiosité a été piquée au vif et après discussion, j'ai un peu mieux compris le modèle économique qui pousse à installer ces panneaux pourtant hors de prix.

Dans les 2 cas, une entreprise vient démarcher le futur acquéreur pour flatter (un peu) sa fibre écologique, et faire miroiter (beaucoup) son sens économique.

Principe économique

L'heureux possesseur d'une installation qui produit de l'électricité à partir d'une énergie dite propre, se voit proposé (imposé) de revendre l'intégralité de sa production à EDF tout en conservant son abonnement et en continuant d'acheter son électricité au même EDF. Cela n'a pas beaucoup de sens présenté comme ça.

Hors il se trouve, que tous les clients d'EDF payent depuis des années une contribution au développement des énergies propres. Avec cette cagnotte, EDF achète aux particuliers de l'électricité environ 5 fois plus chère que ce qu'il ne leur vend. Au final, notre producteur d'électricité photovoltaïque va donc vendre à EDF de l'électricité autour de 50 centimes le kilowatt/heure, et en racheter pour sa maison à environ 10 centimes.

Ainsi, l'investissement fait par notre petit producteur s'auto-finance-t-il dans le temps (2 à 5 ans annonce le vendeur). Sans cette subvention, la rentabilité de l'installation serait loin de motiver le passage à l'acte. En ce sens, cette subvention remplie son rôle.

Les panneaux solaires photovoltaïques sont loin d'être une technologie simple. Elle est couteuse à fabriquer, à installer, à entretenir, à dépoluer et pour le moment, hors subvention, elle n'est pas économiquement viable. Même avec une énergie renchérie dans les prochaines années comme on nous le prédit[1], si le photovoltaïque pouvait être rentable, nous aurions tôt fait de créer des champs photovoltaïques dans l'arrière pays, qui dispose d'espace en moyenne montagne avec la bonne exposition, loin des brumes de pollution du littoral. Contrairement à l'éolien qui peut être rentable, nous en sommes loin.

La pérennité d'un tel modèle économique est donc douteuse, même si EDF et le petit producteur signe un contrat pour 20 ans. Si les autres énergies propres se développent, les ressources de la subvention peuvent se tarir, sans parler de la durée de vie de l'installation.

Rendement de l'installation

Sans avoir les chiffres, j'ai cru comprendre que l'installation ne couvrait pas tous les besoins du logement. C'est donc en milieu journée que le bilan énergétique est légèrement positif, les extrémités de journée et la nuit il est forcément négatif. Le système est donc loin de l'autosuffisance même si l'on était capable de stoker l'énergie, du moins pour une maison moderne dont les habitants vivent à l'occidental.

Si l'on imagine une généralisation sur les toits du photovoltaïque, la production suivrait la courbe du soleil, ce qui n'est pas forcément celle de la consommation. A noter que pour l'éolien, le même problème peut se poser, puisque le vent tombe la nuit[2]

Je me pose cependant la question du sens écologique d'une telle subvention ?

Une autre approche de l'utilisation du photovoltaïque

Au delà du modèle économique de ces installations photovoltaïques, subsiste la question de l'intégration dans leur environnement. Ces panneaux sont rarement bien intégré dans le paysage urbain car souvent ajoutés comme des verrues aux bâtiments existants. Il y a bien pire, certains ont trouvés plus simple de les installer sur des terres agricoles bien exposées et surtout bien plates. Cela n'a pas beaucoup de sens.

Et là, l'idée d'exploiter les parking est de mon point de vue, une idée de génie. En effet, ces surfaces sont proches des consommateurs, sont planes, n'attendent que ça d'être habillées avec des ombrillères qui peuvent même être élégantes.

Notes

[1] EDF vend sont électricité en France au prix le plus faible d'Europe, mais cela ne devrait pas durer.

[2] Ce sont les différences de températures qui génèrent le vent dit thermique dans bon nombre d'endroit.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

dimanche 8 février 2009

Politique énergétique

Il est des sujets sur lesquels les positions sont tellement dogmatiques des uns et des autres que bien souvent la question n'est pas abordable. Ainsi, lorsque l'on parle de centrale nucléaire, les défenseurs de l'environnement de gauche disent qu'ils faut les démanteler toutes, à cause des déchets radioactifs pour des millénaires, ceux de droite que au moins c'est autant de CO2 en moins rejeté dans l'atmosphère.

Ce n'est bien sûr pas aussi simple, mais il y a un point sur lequel ont peu les mettre tous d'accord : à quoi cela rime-t-il de construire sa petite centrale nucléaire franco-française à l'heure de l'Europe ?

Il est proprement ahurissant d'entendre la France, par la voix de son président, annoncer la construction d'un super réacteur sans même évoquer ne serait-ce que son intégration dans un projet supra national. Nous sommes en train de vivre une crise mondialisée qui démontre s'il le fallait le besoin d'Europe pour protéger nos modes de vie et nos économie. Nous avons assisté aux manœuvres Russe sur l'approvisionnement en gaz de l'Ukraine et par ricoché de l'Europe, la dernière année a vue le prix du pétrole varié à la hausse puis à la baisse d'un facteur 4, et notre super président ne se pose pas la moindre question d'une politique européenne de l'énergie !!

Au delà du bien fondé ou pas de la construction de ce super réacteur, j'aimerais que lorsque l'on investi des milliards dans la construction d'un projet qui nous engage pour au moins 30ans, cela se fasse au sein d'une réflexion globale de production et de distribution de l'énergie pour notre continent. C'est fini de penser franchouillard pour de tels projets. L'énergie, la transport, l'armée doivent se penser à l'échelle continentale.

Pfff que nos dirigeants et leur vision sont petits...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

vendredi 5 décembre 2008

La politique ne se résume pas à un axe gauche droite

Retour sur un article auquel j'avais fait souvent référence en 2007 : Pour un espace politique bidimensionnel

L'on parle souvent d'un échiquier politique, qui par essence est à 2 dimensions, alors que dans la pratique, les actions et les personnalités politiques sont toujours appréciés et commentées selon une ligne de lecture gauche droite, très réductrice.

Bien sûr en tant que militant du MoDem, cet écrasement de l'échiquier politique pose un réel problème d'identité, notamment lorsqu'il faut la défendre. Dans un bouquin que je lisait récemment, l'auteur passe énormément de temps à définir la droite[1] et ses subtilités entre la droite capitaliste, libérale, néo-libérale, néo-capitaliste, corporatiste, conservatrice, chrétienne, sociale, gauliste...

La même chose se passe lorsque l'on parle de la gauche, sociale, libérale, conservatrice, communiste, révolutionnaire, écologique, radicale...

Les positionnements de ces différents groupes de pensée sont circonstanciels la plus part du temps. Selon la question posée, l'axe gauche droite n'a plus de pertinence. Sur le graphique ci dessus on voit bien que le productivisme est une organisation de la société partagée par la droite corporatiste et la gauche communiste, et qu'elle est rejeté par la droite libérale et la gauche écologique, sans pour autant que ce soit pour les même raisons.

Et l'on peut poser des questions sur l'organisation de notre société selon une pléthore d'autres critères ou la notion de gauche droite n'aide pas à classer ces groupes :

  • La religion/laïcité de la société : finalité, moyen, nécessité ?
  • Organisation pyramidale ou en réseau de la société ? Aucun parti aujourd'hui ne répond à cette question explicitement, mais la doctrine libérale est la plus facilement adaptable, tout comme le principe de décroissance qui propose une organisation régionale.
  • La place de l'éducation ? Identité, investissement, service, diverse ou unifiée...
  • L'énergie ? Nationale (européenne) ou internationale (privée).
  • Finance libre ou contrôlée ? Avec une finalité ou sans ?
  • Rôle des taxes et impôts ? Outils de régulation (politique), de financement (uniquement budgétaire), d'investissement.
  • Limite des liberté individuelles ?
  • Armée ? Défense ou prévention ? Humanitaire ou militaire ? Professionnelle ou conscription ? Nucléaire ou conventionnelle ?
  • ...

Et la liste est très loin d'être exhaustive, mais on voit bien que la notion de gauche/droite est extrêmement réductrice, et qu'il faut absolument arriver à en sortir dans les réflexions sur notre société. Il y a un impératif devoirs de ne pas laisser les média nous enfermer sur cette ligne à une seule dimension là où notre société est multidimensionnelle.

Notes

[1] Je ne parle pas de la droite extrême, mais bien de la droite dite de gouvernement.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 25 février 2008

Gestes écolos au bureau... et à la maison

Avec l'assistante de direction de mon patron, nous avons devisé sur le volume de déchets que produit l'entreprise et notamment des déchets issus des produits jetables que sont les gobelets, les cuillères en plastiques, les essuie-tout...

J'ai donc fait une recherche pour un document interne pour rappeler quelques gestes évidents à pratiquer au bureau afin de réduire un peu l'empreinte écologique de l'entreprise.

Pour moi, les 2 gestes les plus faciles à mettre en œuvre et qui sont immédiatement visibles sont :

  • Ne plus utiliser de verre et couverts en plastique,
  • Eteindre son ordinateur le soir.

Le dernier point pose un problème pratique, car les sauvegardes des postes de travail sont effectuées la nuit, par des scripts qui traitent une machine après l'autre. Ma réponse partielle est donc de n'éteindre mon poste qu'un jour sur trois et systématiquement le we, mais du coup mon travail n'est pas sauvegardé tous les jours.

Le fait d'éteindre son ordinateur après chaque usage se pose aussi à la maison. En effet, j'utilise mon ordinateur personnel toute la journée en tant que serveur, le matin ou le soir comme station de travail ou de loisir, il fonctionne donc 24h/24. La question s'est donc posée pour moi de déplacer le service fourni par cet ordinateur personnel vers un serveur mutualisé, qui par essence partage sa consommation énergétique entre tous les clients qu'il héberge. Vous vous souvenez peut-être de ma tentative d'introduire de la publicité sur ce blog. C'était pour financer ce service entre autre. Aujourd'hui, la consommation énergétique de mon serveur personnel est dérisoire en cout par rapport au prix d'un hébergement mutualisé fournissant le même niveau de service.

J'ai donc fait un choix. Je ne suis pas un bon citoyen écolo, puisque ma consommation énergétique pourrait être réduite en éteignant cet ordinateur, mais pour un prix non négligeable à verser à un prestataire de service.

En matière d'environnement, le confort est souvent mis dans la balance. Il faut se faire un peu violence.

Quelques liens issus de mes recherches :

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

samedi 26 janvier 2008

Lecture du Pacte écolo pour Nice avec St Laurent du Var comme cible

Contrairement à tous les autres partis politiques qui ne veulent surtout pas donner d'élément de leur projet et programme dans les premiers stades de la campagne municipale, les Verts ont une démarche inverse et ont mis depuis longtemps leurs propositions en ligne pour la ville de Nice. Ce pacte écolo est transposable à bien des communes et je me suis essayé à une lecture avec comme cible Saint Laurent du Var.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

vendredi 11 janvier 2008

Un appel à manifestation contre les OGM

Je ne suis pas un fan des méthodes de désobéissance civile préconisées par José Bové, mais face au poids économiques des promoteur des OGM, il devient de plus en plus dur d'agir. Donc une fois n'est pas coutume, je relais cet appel à manifestation pour une cause que je soutiens totalement.

Cédric.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

mardi 23 octobre 2007

Publicité : allumez vos ampoules

Titre provocateur s'il en est au moment où l'on demande aux français d'éteindre ce soir de 19h55 à 20h toutes leurs ampoules et autres appareils énergivores.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

- page 3 de 4 -