Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 octobre 2021

Débranche tout, et revenons à nous

Bon ben voilà, je suis à nouveau dans une passe sans envie pour ce blog. Il est abandonné, délaissé, ignoré. Je sais c'est triste.

Nous approchons d'une échéance électorale majeure pour la vie politique de notre pays, et pourtant je n'arrive pas à m'y intéresser. Il est vrai que la médiocrité du discours politique est affligeant. Il est hallucinant d'entendre les oppositions incapables de se positionner autrement qu'en rejet systématique de l'action du gouvernement. Ces oppositions sont dans la surenchère pour exister médiatiquement. Il n'y a plus que de la communication faite par de mauvais communiquants, c'est pathétique. Que les choses soient bien claire, je n'ai pas le quart du début de la moindre hésitation quant à mon soutien pour Emmanuel Macron. Ce qu'il a fait pour notre pays est juste exceptionnel en terme d'efficacité et de vision. J'aurais tant aimé qu'il soit challengé sur sa vision et les choix pour la France et l'Europe... hélas, pour le moment rien à tirer des oppositions, aucune stimulation, aucun projet alternatif viable ou réaliste, rien, nada...

Je pourrais aussi parler sur ce blog de plein d'autres choses que la politique, mais même ça je suis à cours d'inspiration et plus important d'envie. Ma vie est ailleurs en ce moment. Ma reconversion professionnelle pour devenir enseignant est pour le coup un vrai challenge pour moi et je ne vous cacherais pas que je tire un peu la langue. J'ai aussi des quantités de projets personnels et familiaux qui ont été mis en attente durant cette période de reconversion, puis par la crise sanitaire, et qui ressurgissent maintenant.

Donc oui, ce blog est en stand by pour une période indéterminée. Je traîne bien sûr sur Twitter (vous pouvez lire mes tweets dans la colonne de droite sur ce blog). Je passerai de temps en temps vous mettre des nouvelles sur le blog, et puis un jour l'envie va revenir. À bientôt.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 23 décembre 2020

Covid, grippe, vaccination, z'y va ou pas ?

Schéma de brin de virusEn 2009, en pleine crise du H1N1, j'écrivais sur ce blog un billet extrêmement simplifié pour expliquer comment fonctionne la vaccination:

Vaut-il mieux avoir la grippe ou se faire vacciner ?

Je vais rebondir dessus pour étendre la réflexion au covid, suite à quelques tweets que j'ai commis sur le sujet.

Tout d'abord quelques mises à jour de ce texte:

  1. Le principe de vaccin décrit dans le billet de 2009 correspond à la technique de Pasteur et que les laboratoires français sont en train de mettre au point mais qui n'arriveront qu'à la fin du printemps au plus tôt: on prend le virus, on l'affaibli, dénature ou on le casse en morceaux et ce sont ces restes ou bribes qui sont injectées lors de la vaccination. C'est simple et peu coûteux, mais l’efficacité n'est pas toujours optimum et il peut y avoir des réaction chez certains patients. Par contre d'un point de vue sanitaire c'est super pratique car on peut vacciner contre plusieurs virus en une seule fois puisque l'on peut mélanger les vaccins, ce qui réduit encore le coût.
  2. Les nouveaux vaccins à ARN n'utilisent pas des morceaux de l'enveloppe du vaccin, mais certaines des molécules qui codent la fabrication du virus (l'ARN messager). L'intérêt c'est que l'on n'injecte pas des morceaux de virus, mais des brins d'ARN très spécifiques qui sont en plus faciles à produire à grande quantité avec moins de risque puisque l'on ne manipule pas un virus. Ces nouveaux vaccins annoncent des taux d'efficacité dépassant les 90%, ce que les autres vaccins classiques n’atteignent pas. Par contre ils coûtent beaucoup plus chers et surtout se conservent à -70°, ce qui est beaucoup moins pratique (les vaccin classiques se garde à 5°).
  3. Les virus à ARN coûte entre 10 et 20€ la dose. Les vaccins classiques, moins de 2€.
  4. Ce billet et le texte de 2009 ne traitent que des virus de type grippe, qui mutent beaucoup.
Différence entre grippe saisonnière (dont le H1N1) et covid ?

La différence est sur la manière de se propager et sur la mortalité:

  • Le covid est le plus contagieux 2 jours avant l'apparition des éventuels symptômes, ce qui facilite grandement sa propagation dans la population. La grippe saisonnière est le plus contagieux une fois les symptômes déclarés, durant la semaine qui suit.
  • La mortalité de la grippe est de 0.1%, celle du covid est au dessus de 3% même s'il semblerait que les améliorations des soins l'ai faite un peu baisser.
  • Les 2 maladies sont beaucoup plus mortelles pour les personnes âgées, obèses ou avec d'autres maladies chroniques (comorbidité).

Du coup, si la question peut se poser de se faire vacciner contre la grippe saisonnière lorsque l'on est en bonne santé et pas une personne à risque, elle se pose tout de suite beaucoup moins pour le covid. Le risque d'en mourir ou de faire mourir un proche en le contaminant est beaucoup trop important pour le prendre à la légère.

Médicaments

Pour mémoire, il n'existe pas de médicaments contre les virus. La seule chose qui est faite par la médecine c'est de limiter les effets secondaires et les surinfections par des maladies opportunistes qui profitent que le corps est fragile. Notre organisme trouve tout seul le moyen de se débarrasser d'un virus, mais parfois il a du mal, voir même il s'auto-détruit au passage. Les traitements dispensés à l’hôpital sont donc juste pour aider. Si vous développez une forme bénigne de la maladie, vous pouvez prendre n'importe quoi durant votre convalescence: du paracétamol pour le confort, des huiles essentielles pour désinfecter, du grog pour la bonne humeur, du chocolat car c'est toujours bon. Vous pouvez aussi essayez le protocole du marseillais, mais ce n'est pas plus efficace aux dernières nouvelles.

Vaccination, ça va marcher ?

Le but de la vaccination est le même que le confinement, c'est de stopper les chaînes de contamination. Si le virus n'a plus assez de monde à infecter, il disparaît progressivement. Il faudrait 60% de la population qui ne soit plus infectables par le virus. Comme il y a déjà un peu moins de 10 millions qui ont été exposés au virus, il faut vacciner 25 millions pour couper l'herbe sous le pied du virus.

Si on se rappel de l'épisode du H1N1 de 2009-2010, il a fallut mettre en place une énorme organisation de vaccination qui n'a permis de ne vacciner que 5 millions de personnes. Le gouvernement va donc avoir un challenge logistique considérable pour vacciner 5 fois plus de personnes, d'autant que les premiers vaccins à ARN nécessitent une logistique très lourde pour leur conservation à -70°.

Du coup, les vaccins classiques qui se conservent au réfrigérateur et qui arriveront au printemps, permettront de passer à une autre vitesse de vaccination en impliquant tous les médecins, infirmières et infirmier de ville. Ceci permettra une massification de la vaccination.

Et après ?

Il est probable que le covid fasse comme la grippe, qu'il mute. Il faut donc s'attendre à devoir vivre avec un paquet d'années. Le problème c'est que l'on ne sait pas combien de temps l’immunité acquise par vaccination ou en ayant attrapé la maladie dure: si c'est seulement 6 mois, on est pas sorti des ronces...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 22 novembre 2020

USA: un modèle démocratique complexe

A l'occasion de ces élections américaines, nous découvrons, nous français qui savons toujours mieux que les autres, le modèle démocratique américain qui est sacrément complexe.

Il faut se rappeler la raison d'être de cette complexité, la distance

Les États Unis sont vastes, très vastes si on les compare à notre Europe et encore plus si on les compare à la France. Vous vous rappelez de la raison de la constitution des départements ? C'était une unité administrative dont les contours étaient à environ 1 jour maximum de cheval de la préfecture. Quant on imagine la taille des USA, du temps des transports à cheval et en chemin de fer, on réalise tout de suite qu'organiser un scrutin à l'échelle d'un tel pays est une autre affaire.

La France aussi a eut pendant longtemps de grand électeurs pour élire le président de la république, ce n'est que depuis 1958 que l'on vote au suffrage universel direct. Au USA, le processus électoral prenait plusieurs mois. Il y a donc une tradition du vote anticipé et du vote par correspondance, pour permettre aux électeurs du fin fond de l'Amérique de s'exprimer. Ils votent donc pour des représentants qui se déplaçaient ensuite à Washington pour élire le président de la fédération.

Beaucoup de systèmes de vote

En plus de ce principe des grands électeurs, il y a les spécificité de chaque État:

  • Certain ont introduit une dose de proportionnelle dans la désignation des grands électeurs (une partie des grands électeurs au vainqueur et l'autre à la proportionnelle), d'autres pas (le vainqueur emporte tous les grands électeurs envoyés par l'État à Washington).
  • Certains États disposent d'une surreprésentation en raison de l'histoire: les États du sud, qui avaient beaucoup d'esclaves, disposaient donc d'un poids supplémentaire pour choisir le président, bien que les esclaves ne votent pas. Cet avantage existe toujours et est farouchement défendu par les états du sud.
  • Le dépouillement des votes par correspondance se fait pour certain en avance, d'autres au contraire qu'une fois que les bureau de vote sont fermés.
Une facilité pour voter

Les américains sont considérés comme votant peu, et donc il y a beaucoup de facilité pour leur permettre de voter:

  • Ils peuvent voter par correspondance, un mois à l'avance et jusqu'au jour du scrutin, le cachet de la poste faisant foi.
  • Ils peuvent voter en avance dans leur bureau de vote, plusieurs semaines avant.
  • Ils peuvent voter sans justifier de leur identité le jour du vote ou par correspondance, mais doivent la justifier par la suite pour que leur vote soit comptabilisé. C'est pour ça qu'il y a des votes non comptabilisés et mis de côté.
Les grands électeurs versus le vote populaire

Pour nous français qui avons pris l'habitude du suffrage direct, ce n'est pas facile de comprendre qu'un président peut être élu avec moins de votes que son concurrent, s'il remporte la majorité des grands électeurs. C'est ce qui est arrivé en 2016, où Trump a eu moins de vote populaire que Clinton, mais plus de grands électeurs. Ceci vient du fait que le poids des grands électeurs n'est pas proportionnel à la population.

La crise Trump

Le président sortant Trump a décidé de remettre en cause le système électoral, en criant en permanence à la fraude. Il a pu le faire en raison de la complexité de ce système électoral. Cette complexité permet d’alimenter toutes les théories du complot. La confiance qui existait avant dans le système électorale est durablement corrompue par cette attitude de Trump, qui a convaincu des dizaines de million d'américains qu'ils ne pouvaient plus avoir confiance dans le système électoral. Je ne suis pas un spécialiste, mais je pense que le nouveau gouvernement devrait engager une réforme de simplification du système électoral des USA, pour tacher de reconstruire la confiance, mais c'est pas gagné.

Cette grande démocratie, certes diablement complexe, que sont les USA, a été salement amochée. Si elle n'est pas réparée, d'autres crises sont susceptibles de nous éclabousser jusqu'en Europe.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 6 octobre 2020

Et pourtant ça a résisté

Il y a quelques jours, s’abattait sur les Alpes-Maritimes un épisode pluvieux d'une rare violence. Je ne commenterais pas le malheur des gens et le désastre pour l'arrière pays, ce n'est pas le propos de ce billet.

Quelques heures avant que le désastre dans les vallées de la Roya et de la Vésubie ne surviennent, les média, alertés par les prévisions météorologiques, ont cherché des images du désastre annoncé. Où donc ces prévisions de catastrophe allaient bien pouvoir les mener ? Saint Laurent du Var, ville de l'embouchure du fleuve, a été élue, durant quelques heures, le symbole de la prophétie. Le maire a donc eut son heure de gloire sur les différentes chaînes de télévision, se prenant en vidéo devant l'unique endroit où le Var déborde à chaque crue à St Laurent du Var.

Certes, le Var est monté très vite et très haut, atteignant les 5m, et inondant naturellement les voies sur berge qui sont faites pour ça en cas de crue. Mais il est resté dans les clous, et toutes les digues refaites ces dernières années, à St Laurent du Var et à Nice ont joué leur rôle. Donc les média en recherche de catastrophisme pour leur édition du soir ont eu des images d'un élu dégoulinant sous la pluie, avec un cours d'eau boueux et féroce en arrière plan (enfin pas vraiment féroce sur certaines vidéos) pour leur journal du soir. Sauf que l'élu, tout ravi qu'il était d'être interrogé par tous les média nationaux ou locaux, n'avait pas grand chose à dire à part que le Var était haut et que les services municipaux étaient prêt, ce qui est déjà pas mal, mais rien de bien croustillant à se mettre sous la dent.

Comme d'habitude, les trains qui arrivent à l'heure n'intéressent personne (bientôt cette expression ne sera plus vrai, tant c'est bordélique de prendre le train dans cette région). Qui se satisfera de voir que les millions dépensés pour sécuriser les berges du Var de Carros à l'embouchure ont servis à quelque chose ? Même lorsque le Var est déchaîné, ben il reste dans son lit. Juste pour bien prendre la mesure de la chose, le Var est monté de 5m en 2h et est passé de moins de 4 à plus de 2700 m3 d'eau par seconde, soit environ le volume de 50cm d'eau sur un stade de foot toute les secondes. Les infrastructures ont tenue ! Au passage, on notera l'excellence des prévisions météo qui ont prédit assez précisément ce qui allait se passer.

Le deuil et les énormes dégâts dans l'arrière pays empêchent d'apprécier tous ces gens qui ont fait le job d'anticipation. Ils ne seront pas célébrés comme des héros, ils ont juste fait leur job.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 29 mars 2020

C'est le printemps

Toute cette anxiété sur le covid19 nous fait un peu oublier que c'est le printemps. J'ai la chance d'avoir un jardinet et tous les matins, lorsque j'ouvre les volets, je peux voir le printemps se matérialisé, par les fleurs qui s'ouvrent et la vigne qui bourgeonne.

L'autre jour, je suis monté sur une chaise et j'ai pris cette photo. Chacun des 2 orangers de mon immense jardinet a depuis 3 ou 4 jours une ou deux fleurs ouvertes, qui attend patiemment d'être butinée. Et puis soudain, les abeilles ont débarquée à plusieurs pour visiter toutes les fleurs du jardin, pourtant pas si nombreuses. Depuis, elles viennent tous les jours.

Ca y est, le printemps est officiellement commencé ;)

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 12 février 2020

Les contres-pouvoirs et le droit à l'erreur

Dans cette tribune, @NBelloubet plaide pour le droit à l'erreur, droit ici d'autant plus facile à lui accorder que ce n'est qu'un propos et non un acte. On ne peut pas reprocher tantôt d'user de la langue de bois en étant trop précautionneuse et ensuite lui reprocher une erreur de propos qui devrait être parfait tout le temps.

C'est schizophrénique d'attendre des responsables qu'ils soient parfaits et proches en même temps. Les responsables politiques ou d'entreprise font des erreurs, c'est à ça que servent les contres-pouvoirs. Les contre-pouvoirs sont justement là pour permettre aux responsables de se corriger. Ici @NBelloubet dit une connerie, elle est alerté et elle rectifie. Elle a fait le job.

Quand LFI bloque la commission parlementaire sur les retraites avec 20 000 amendements bidons, cela supprime un contre pouvoir qu'est le parlement supposé permettre de rectifier le projet du gouvernement.

De même quand les médias diffusent un brouillon de projet avant même que ne commence les négociations et annonçant que ce serait le projet final, ils suppriment le contre-pouvoir des partenaires sociaux. L'instantanéité des réseaux sociaux, la recherche de buz et de scoop cour-circuitent les contre-pouvoirs et ignorent le droit à l'erreur, la recherche d'amélioration, le tâtonnement.

La société a des attentes binaire, il n'y a plus de gris clair ou gris foncé.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 2 février 2020

Mes derniers tweets et retweets

Liste de mes derniers tweets et retweets, classés par ordre antéchronologique. Pour retrouver un tweet dans son contexte, cliquez sur l'image ou le lien twitt si elle ne s'affiche pas.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 23 décembre 2019

Star war: la déchéance d'un mythe

J'ai aimé Star War, la trilogie originale (épisode 4, 5 et 6). J'ai aimé aussi le pré-logie (épisodes 1, 2 et 3) et surtout l'épisode 3. J'ai aimé l'épisode "Rogue One" qui se situe juste avant l'épisode 4. En revanche, les épisodes 7, 8 et 9 ne sont pas, et de loin, à la hauteur de l'univers de Star War.

L'épisode 7 était une espèce de compilation des scènes cultes de la trilogie, avec zéro originalité, des quantités d'anomalies par rapport aux règles de l'univers et des incohérences scénaristiques, sans parler du jeu des acteurs médiocres. L'épisode 8 je ne m'en souvient pas tellement il m'a marqué et le dernier épisode, le 9 que je suis allé voir avant hier est juste agaçant à force de ne pas tenir la route et d'être déséquilibré.

J'ai passé tout l'épisode à me demander si le scénario allait essayer de nous surprendre, tellement les scènes étaient téléphonées et prévisibles, jusqu'à en devenir inutiles et longuettes, voir même stupides. Je vais tacher de ne rien divulgacher:

  • Il n'y a que 2 bisous, et le premier des 2 est une honte scénaristique.
  • Les combats au sabre laser sont médiocres. On se rappellera que la force permet de sentir le futur, ça serait bien de le sentir dans les combats.
  • On adore le personnage capable de léviter, mais qui a du mal à escalader une ruine.
  • Les retournements qui transforment des personnages en Jedi juste pour simplifier l'intrigue de cet épisode, mais qui casse le peu de cohérence des épisodes précédents.
  • Le général qui part en mission en première ligne, c'est tout à fait normal.
  • La mesure dans les proportions, avec une armée 10 000 fois plus grande que l'armée déjà 10 000 fois plus grande que la résistance, sans parler de d'où ils sortent autant d'équipages.
  • La miniaturisation des armes en 2 épisodes. Le machin qui a besoin d'un soleil pour fonctionner se balade maintenant sur un vaisseau.
  • Le pouvoir de guérison maîtrisé comme ça, à l'improviste.
  • ...

C'est réellement frustrant de se dire qu'avec un tel budget, Disney ne soit pas capable d'engager de bons scénaristes, de bon paroliers et accessoirement de bons acteurs. Au final on a des films avec une débauche d'effet spéciaux, qui n'arrivent même pas à camoufler la médiocrité du scénario.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 30 octobre 2019

Message de service: tag de trafic, https

Tag de trafic

Depuis que ce blog existe, j'ai en place différents tags de trafic qui me permettent d'avoir une idée de la fréquentation de ce blog. Le problème de ces tags c'est leur propriétaires. En effet s'ils sont gratuits pour moi, il faut bien que ceux qui les fournissent gagnent leur vie. Pour mémoire, sur internet, quand un service à valeur ajoutée est gratuit, c'est que c'est vous le produit. Ici pour le dernier tag de trafic encore en place, Google fourni une merveilleuse plateforme de suivi du trafic et des activité des internautes sur mon site en échange justement de ces activités, qui, elles, sont utilisées à des fin mercantiles par Google.

Cela fait un moment que je m'interroge sur l'incongruité de défendre la liberté sur le net et de mettre sur mon blog des outils de suivi. J'ai enfin décidé de renoncer à ces tags, dans la mesure où l'information qu'ils me fournissent a un intérêt assez limité et de moins en moins fiable. Car il est maintenant possible avec un navigateur comme Firefox ou divers plugins sur les autres navigateurs, de bloquer ces tags. Donc d'ici quelques temps, entre 10% et 20% des internautes vont sortir des statistiques fournies par Google. Sur mon blog, ce sera probablement plus, puisque les utilisateur de Firefox sont plus nombreux qu'ailleurs.

https

Le blog passe maintenant en HTTPS par défaut. Cela ne change pas grand chose pour vous, mais il parait que c'est mieux pour le référencement dans les moteurs de recherche. On verra si cela change quoique ce soit.

Il est probable que si vous allez sur de vieux billets de ce blog où je n'ai pas fait attention, vous ayez un message indiquant qu'il y a du contenu mixte, sécurisé et non sécurisé dans la page. Pas d'inquiétude, c'est normal. Vous pouvez de toute façon continuer à naviguer sur le blog en HTTP ou en HTTPS, les 2 fonctionnent toujours.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 2 août 2019

Mes derniers tweets et retweets

Blog tjs un peu en sommeil, mais une certaine activité sur twitter où j’essaie désespérément de trouver des tweets qui présentent un intérêt. Les tweets sont classées par ordre antéchronologiques. Si vous voulez aller sur le tweet, cliquez sur le lien ''Twitt'.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 31 janvier 2019

Mes derniers tweets et retweets

Ma production de tweet est en baisse. Comme indiqué dans mon précédent billet, je me détourne de Twitter que pourtant j'adore, car l'information pertinante devient de plus en plus difficile à trouver dans le flot de cagades.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 4 novembre 2018

Dans ton chat: feinter la prof

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 29 octobre 2018

Et un de plus qui tombe aux mains de l'extrême droite

Voilà, ça y est, le Brésil, le plus grand pays d'Amérique du sud, 9e puissance économique mondiale avec 209 millions d'habitants, vient de voter à 56% pour un président de la république d'extrême droite. Les brésiliens avaient le choix entre 2 courants extrêmes, d'une part le représentant d'un ex-président corrompu de gauche, un Mélenchon local, mais déjà en prison lui, et un ex-militaire au discourt radicalisé mais au casier judiciaire vierge. Dans un pays miné par la corruption, le dégagisme l'a emporté encore une fois.

Dans le même temps en Allemagne, les partis traditionnels de gauche et de droite se prennent des claques dans les scrutins régionaux, élection après élection, avec des -10% par rapport aux précédents scrutins. La chancelière allemande ne pourra bientôt plus gouverner et prendre des décisions structurantes pour son pays, mais surtout pour l'Europe, engluée dans une contestation interne l'obligeant à une politique de moins en moins audacieuse pour ne serait-ce que garder sa majorité. Au moment où l'avenir de l'Europe se joue, un de ses pilier est obligé de regarder son nombril politicien au lieu de se projeter dans l'avenir.

Et ne nous leurrons pas, c'est exactement ce qui est tenté en ce moment en France par les oppositions agonisantes, qui au lieu de se battre pour un modèle de société, le leur, dépensent toutes leurs énergies à déconstruire non pas la politique du gouvernement, mais le pouvoir régalien. Casser les symboles de l'état, distiller le doute, remettre en cause le fonctionnement au lieu de l'action menée.

Toutes ces graines semées du dégagismes qui germent à chaque élection, permettent certes à ces oppositions de revenir au pouvoir, mais certainement pas de gouverner par la suite. Une fois que le parlement, les syndicats, les corps intermédiaires, la police, les fonctionnaires sont discrédités, allez reconstruire quelque chose...

Je n'écris pas beaucoup en ce moment, mais ce qui sort ressemble à de salles idées noires...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 19 octobre 2018

Je kiff ma langue maternelle

Voici un échange avec un collègue il y a quelques mois, suite au très bon texte publié par l'ex secrétaire d’État chargée du développement et de la francophonie, Annick Girardin: Cher Monde du Travail

JM: Je kiff ma langue maternelle mouaaa !!
JM: Ne pas confondre la langue de Shakespeare avec ceci : http://fr.wikipedia.org/wiki/Globis...
JM: et tu me rejoindras (peut-être ? sans doute ?) sur le fait que le globish est l'antichambre de ceci http://fr.wikipedia.org/wiki/Novlan...
CA: pas tout à fait
CA: la novlangue est une démarche pour reformater les esprit, alors que le globish, qui est plus réel, est une paresse intellectuelle recouverte d'une couche de snobisme
CA: la novlangue n'est utilisée qu'en politique, et certes elle gagne du terrain, mais c'est du terrain regagnable avec le temps
CA: le globish au contraire n'est utilisé que par les entreprises et par extension par les publicitaires, et comme il flatte les bas instincts, il est adopté facilement contrairement à la novlangue qui est laborieuse à implanter
JM: novlangue=démarche + Globish=paresse = même résultat : on oublie la finesse, les traits d'esprits, la culture puis la révolte
CA: je ne suis pas d'accord avec cette dernière assertion
JM: l'un c'est un outil et l'autre une auto mutilation
JM: Parles en à Voltaire
CA: je le fréquente pas des masse en ce moment
JM: Moi si, j'ai des absences

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 23 septembre 2018

Mes derniers tweets de septembre

En ce moment, et je ne sais pas encore pour combien de temps, c'est sur twitter que cela se passe. Quelques uns de mes derniers tweets.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 25 mai 2018

Mes derniers tweets

A défaut de billets en ce moment sur le blog, il y a toujours Twitter sur lequel je suis actif.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 16 mars 2018

Pôv bête

J'ai eu très honte de rire du malheur de cet animal, mais qu'est-ce que j'ai ri :D

Heureusement la chatte va bien...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

- page 1 de 15