Ceux qui aurons lu mon précédent billet sur le passage à Edgy savent que j'utilise des PCs sous ubuntu, une distribution GNU/Linux qui a remplacé les différentes versions de windows qui s'y trouvaient.

J'ai commandé au père Noël un ordinateur portable, et donc tout naturellement j'ai souhaité qu'il fonctionne avec le même système d'exploitation que les autres PCs de la maison. Sauf que lorsque l'on achète un ordinateur portable, il est impossible de l'acheter avec autre chose que windows pré-installé dessus. Dans la mesure où je ne compte pas l'utiliser, il est légitime de demander sa désinstallation et le remboursement (articles du code de la consommation) et je me suis renseigné sur le site www.detaxe.org qui explicite bien ce problème de vente forcée d'un logiciel avec un matériel.

J'ai donc commencé par la démarche inverse de tout achat plaisir. Puisque ce n'est pas facile d'obtenir le remboursement, je vais choisir un vendeur ou un constructeur qui respecte la loi. Et là c'est l'écoeurement. Si effectivement il existe quelques vendeurs en ligne qui propose une procédure de remboursement, c'est totalement dissuasif et le remboursement ridicule. Assurément, l'objectif est de décourager le consommateur et ne surtout pas remettre en cause la dîme prélevée par microsoft à chaque vente d'ordinateur.

Le site lapcorner.com (je ne met pas le lien pour pas leur faire de la pub) propose donc un remboursement de 10€ et un délais de livraison rallongé de 15 jours. D'après Guiom LDLC.com rembourse 20€. Une recherche sur les sites anglophones de vendeurs français de portables sous linux abouti à des offres disparues depuis longtemps ou des sites qui ont changés de politique et ne proposent même plus linux à leur catalogue. Le marchand rueducommerce.com est le seul à proposer pour le grand public un portable sous linux, mais c'est un produit qui ne correspond pas à mon projet d'achat (ordi de moins de 2kg). Et là on voit tristement la mentalité des acheteurs dans le forum du support où ils demandent ensuite comment mettre windows dessus...Y z'ont rien compris.

Changement de tactique. Puisque le cas est désespéré, revenons à un comportement normal de consommateur, je choisi le model qui me plait et ensuite je demanderais le remboursement.

Défenseur de la liberté, je me lance chez les marchands pour au moins poser la question de la procédure de remboursement, même si je sais d'avance que c'est peut probable qu'elle existe. Qui ne demande rien n'a rien.

  • L'assembleur de ma rue qui se fourni chez un grossiste Acer me dit que c'est impossible d'obtenir un remboursement à moins qu'il me fasse le portable sur mesure, ce qui double le budget. Je suis militant du logiciel libre mais ça fait un peu chers l'acte de militantisme.
  • Chez darty, la réponse est en substance "on ne sait pas faire et de toute façon, si vous effacez windows vous perdez la garantie". Devant l'énormité de l'assertion du vendeur, je pousse un peu. Il téléphone à Paris qui lui dit que les prix sont négociés avec le fabriquant, que c'est un package et qu'il n'ont pas les moyens de dissocier les éléments du package. La garantie ? Pas de problème, mais le service après vente réinstallera le cd d'origine pour trouver la panne et "VOTRE PROGRAMME" serait effacé. Arf ils n'ont peur de rien pour dire des conneries comme ça.
  • Je vais chez un revendeur pour professionnels et là il m'explique que les fabriquants ne lui permettent même pas à lui d'avoir des pc sans système sauf HP, sur commande pour un portable sur mesure, ce qui ne concerne que le haut de gamme. En fait il m'explique que les fabriquants achètent les numéros de licence collés sur les ordinateurs. Comme il est impossible de décoller l'étiquette comportant le numéro de licence sans la détruire, les fabriquants ne facilitent pas la démarche, car ils en sont de leur poche. Trop fort chez crosoft !!

J'ai ensuite téléphoné à Rueducommerce.com et le service client m'a expliqué qu'ils ne savaient pas comment respecter la loie, qu'il ne connaissaient pas d'ailleurs. Le technicien me donne le numéro du support de Samsung (c'est un samsung que je veux). Le technicien me reçoit extrêmement aimable en me disant que je suis le 2ème et qu'il est bien embêté, car en tant que consommateur il est d'accord avec moi, mais qu'il n'a aucune procédure à appliquer pour ce genre de demandes. Il prend mes coordonnées téléphonique et va voir avec sa hiérarchie Lundi (on est vendredi soir). Il souligne que c'est une boîte coréenne, et que même si c'est une loi française, la décision se prendra en Corée et que c'est pas gagné.

Articles et références :