En 1996 lorsque j'habitais dans un HLM à Nice et que les abonnements de bouquet télévisés satellites explosaient en nombre, je m'étonnait que les immeubles laissent fleurir des paraboles sur tous les balcons au lieu de proposer de raccorder le réseau existant d'antennes hertziennes à 2 ou 3 paraboles.

Il aurra donc fallu attendre près de 10 ans pour qu'une telle démarche pourtant évidente ne s'impose aux gestionnaires de l'OPAM. Je ne sais s'il faut mettre cela sur le compte de l'incompétence, du mépris des habitants et de leur cadre de vie ou tout simplement de restriction budgétaires ridicules. Car le prix cumulé de toutes les paraboles individuelles installées depuis 10 ans ne doit pas être loin de celui de l'installation de paraboles collectives. Un appel de charge motivé et étalé dans le temps aurait pu aboutir à cette réalisation il y a 10 ans dans l'intérêt de tous : meilleur qualité, pas de trous dans les façades et fenêtres et respect de l'environnement urbain.

J'ai une piètre opinion de la manière dont l'OPAM gère les immeubles que lui confient les villes. J'y reviendrais... il y a des progrès semble-t-il, ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain.