C'est la 2ème fois que j'écoute en entier un discours de cette homme. La première fois c'était en 1988 pour les élections municipales de Cannes, où je l'avais écouté de l'extérieur de la salle. C'était ma première élection et j'avais écouté 3 discours pour m'informer de la chose politique : Chirac, Léotard et Le Pen. Aucun ténor du PS n'avait fait le déplacement. Le sentiment de manipulation et de clan, m'avait éloigné de la politique des partis à cette époque.

Revenons à ce discours. Pour faire simple, c'est une succession de dénonciations de toutes les misères de la société pendant près d'une heure, imputé au quatuor UMP, UDF, PS et PC. Suivies d'un catalogue, comme les autres candidats Royale et Sarkozys de promesses intenables débité en moins de 10 min (pour que cela puisse être repris dans les journaux télévisés). Après ce catalogue, il reprend tranquillement les thèmes habituels de campagne du FN pour regalvaniser la salle qui s'endormait : préférence nationale, sortie de l'Europe, taxation douanière... et n'hésite pas à faire réver la salle avec des voyages dans la galaxie, Alice au pays des merveille, et les moutons sur les sur les flans noirs de l'Etna.

Le président du FN n'est pas seulement un tribun, il s'est aussi essayé à l'éducation de ses auditeurs en leur expliquant ce qu'est un ordinateur quantique. Heureusement que la salle lui était dévouée car c'était ridicule. J'imagine que lui qui ne comprend rien aux nouvelles techno, a jugé bon d'essayer de passer pour un connaisseur de l'informatique quantique. Pour le coup, il était sûr d'en mettre plein la vue à la salle, car je serait surpris qu'un seul de ses auditeurs sache ce que c'est.

Tous les mots clés étaient présents, tous les poncifs énoncés : sauver la planette, aider les pauvres gens et les vieux, revaloriser les salaires, aider les petites entreprises, investir dans la recherche, garantir la solidarité, la sécurité, protéger, éduquer...

Le principe de communication de ce personnage est de reprendre tous ce que vous avez déjà critiqué ou entendu critiqué dans votre entourage, et de le servir à l'auditoire agrémenté de quelques chiffres pour leur donner de l'importance. Pour le coup, tout le monde s'y retrouve. Il n'y a pas une personne qui ne peut se sentir non concerné par cette succession de généralités, forcément il y a en a une qui vous touche et qui pourrait vous amener à acquiescer à cette litanie. L'orateur ne laisse pas le temps d'intégrer son propos ni ne les explique. Il les assène. Les auditeurs qui n'auront retenu que la partie du discours qui les touchent, approuverons l'ensemble du discours et repartiront en soutenant tout un programme alors qu'ils n'auront qu'applaudit à le reprise de leur frustrations ou ralleries par l'orateur.

Du populisme tel que je le déteste. Hélas, il n'y a pas que le président du FN qui en use...