La journée de dimanche a été marquée par des variations d'humeur impressionnantes.

Le matin, le stress était difficilement supportable. Estomac noué, seulement 3h de sommeil, une envie de me terrer sous la couette et de ne pas sortir avant le soir. Je suis finalement parti pour Carros visiter les bureaux de vote en tant que délégué de François Bayrou. Au fur et à mesure qu'avançais la matinée, je découvrais des taux de participation énormes, près de 15% de plus que lors du précédent scrutin. Les gens étaient souriants malgré parfois de longues queues pour voter. Les assesseurs étaient ravis et ne voyaient pas le temps passé. C'était satisfaisant pour chacun d'eux de voir que ces longues heures passées au service de la collectivité n'étaient pas vides.

La matinée et l'après midi, j'étais sur un petit nuage. Les français se sont réapproprié leur vote. Avoir milité pour de tel taux de participation est gratifiant. J'étais ému et heureux. Le moment le plus émouvant pour moi a été le vote d'une vielle dame, d'origine étrangère, qui maîtrisait visiblement pas très bien l'écriture. Elle était fière d'avoir voté avec la machine électronique et signé méticuleusement le cahier d'émargement.

La fin de l'après midi approchant, le stress est revenu. Vers 18h30, j'ai jeté un oeil sur le net et découvert les premières estimations qui annonçaient Sarkozy et Royal à 26%, Le Pen à 17% et Bayrou à 16%. Coup de gourdin. Je rêvait d'un Bayrou et d'une Royal au coude à coude dans une fourchette de 2% et certainement pas d'un Le Pen devant. En route vers la permanence UDF, le moral en berne.

A 20h surgissent les estimations. Soulagement, Le Pen est loin derrière. Tristesse de constater la confirmation que Bayrou n'est pas au second tour. Colère de voir l'énorme score de Sarkozy qui a siphonné les voix de l'extrême droite. Rire aigre en entendant Sarkozy puis Royal faire leur discours. Dépit de voir que les français ont préférés la "Star académies" à "La marche du siècle".

22h30, nous partons en bande pour aller boire un coup dans le vieux Nice, le moral remonte. Les 18,5% de Bayrou sont une sacrée réussite. Finalement, ils ont été 7 millions à la suivre notre marche du siècle, c'est un bon score, un très bon score, que beaucoup d'autres rêveraient de faire. Le troisième tour, les législatives, est loin d'être joué.