Je ne suis pas bien vieux, mais je ne crois pas qu'un candidat arrivé 3ème au premier tour de l'élection présidentielle n'ai jamais occupé autant d'espace médiatique entre les deux tours, et ce, légitimement en plus, puisque c'est en débattant projet contre projet.

On a vu Sarkozy acerbe et méchant dans les médias car Bayrou lui volait la vedette avec l'organisation du débat entre ce dernier et Royal. Comme dirait Royal, c'est du gagnant/gagnant, puisqu'elle occupe le devant de la scène médiatique pour parler pour une fois de son projet et plus de ses bourditudes. Les journalistes enfin répètent, non plus les petites phrases, mais des passages entiers pour les comparer aux positions de Bayrou. En face on a des passages pathos du Sarkoshow à l'américaine et des phrases assassines de Sarkozy sur Bayrou et le débat. Point d'idées, pas plus de projet. Cette semaine, pour une fois c'est Royal qui est présentée avec de l'épaisseur, ça change un peu.

Bayrou aussi est gagnant, car il se présente comme constant. Il ne transigera pas sur son projet de société. Tout est négociable à condition de le respecter, et si futur il doit y avoir avec certains du PS, se sera sur les points de convergence. Il prépare le terrain pour les législatives. Il ne sera pas président cette fois ci, mais il veut se donner les moyens de son projet. Cohérence, cohérence... les électeurs apprécieront.

Et ne vous dites pas qu'il est maintenant enterré un fois le débat avec Royal retransmit. Bayrou reviendra jeudi, juste après le débat entre les deux finalistes, histoire de ne pas laisser vacant l'espace médiatique qui lui est offert. Bayrou ne parle pas de centriste mais de central, cela a tout son sens dans ce deuxième tour à trois.