Opus 3 : l'affichage

Les vieux militants racontent à qui veut l'entendre les bagarres pour recouvrir les affiches des autres partis. Je me suis un peu essayé à ce jeu au début de la campagne présidentielle avant la venue des panneaux officiels en essayant de rester le plus longtemps possible sur les affichages libres de ma commune. Le jeu est fatiguant, nécessite beaucoup d'affiche et d'essence et ne rapporte à mon avis pas grand chose, au vu des emplacement de la plus part des panneaux qui sont pour la grande majorité dans des coins où personne ne les voit, d'autant qu'à St Laurent du Var, la mairie s'ingénie à les supprimer un par un. J'ai très vite arrêté ce jeu pour focaliser mon énergie sur le boîtage qui permet de transmettre notre projet beaucoup plus efficacement.

Personne n'en a parlé, mais le premier tour de l'élection présidentielle a été marqué par une nouveauté : le premier affichage de tous les panneaux officiel réalisé par une société privée, Clearchanel. Une vaste fumisterie, puisque près de la moitié des panneaux n'ont pas été couvert dans notre circonscription. En général celui en face de la mairie et ceux autour des grands axes, comme si les colleurs n'avaient pas la carte des panneaux.

En plus cet affichage a été réalisé avec une colle blanche, qui présentait l'avantage de permettre de décoller facilement les affiches sans même qu'elles se déchirent. Conséquence, à Carros, bastion communiste, toutes les affiches des candidats qui n'étaient pas de gauche ont été méticuleusement enlevées.

Pour les législatives, ce sont les militants qui ont collé les affiches officielles. A la veille du scrutin, nombres de panneaux n'ont pas été couverts par les affiches des petits candidats.

Certaines communes comme St Laurent du Var ont dès les premiers jours de campagne mis en place une cellule de traque de l'affichage sauvage, avec photo et amende, là où d'autres n'ont absolument rien fait, découvrant rapidement tous les murs de la ville recouvert d'affichage sauvage, comme à Nice. Le plus attristant, c'est que ce n'est pas que le FN qui s'adonne au salissement de la ville, mais des partis comme le PS ou l'UMP ne se gênent pas non plus pour le faire et dans le même temps pour le dénoncer dans les médias. Le responsable du PS de St Laurent du Var, Marc Orsatti jouait la vierge effarouchée lorsqu'à la sorti d'un conseil municipal où il se plaignait de l'affichage sauvage d'autres partis, je lui faisais remarquer que ses colleurs ne se privaient pas de recouvrir poubelles et bornes EDF...

<< Opus 2 : internet