On entend en ce moment que le président met en route le chantier du contrat de travail unique. Une proposition sur laquelle François Bayrou s'est déjà exprimé depuis longtemps, notamment lors d'un discourts sur le CPE en 2006. Il a fait parti de ceux qui proposaient une simplification de la jungle des contrats et la création d'un contrat de travail unique.

Danger Travail

J'en profite pour ressortir un billet qui présentait une de mes contribution écrite au tout début de la présentation du projet de loi sur le CPE, avant que le premier ministre de l'époque n'arrive à se mettre tout le monde à dos, même le patronat[1].

Contrat de travail

Il est important de noter que l'on entend pas aborder le sujet du contrat de travail sous cet angle, à savoir du partage du risque (la précarité <=> risque économique) entre le salarié et l'employeur. Dans la pensée unique actuelle, il n'y aurait que l'employeur qui prend des risques, le salarié serait un fainéant qu'il faut mettre au travail en lui faisant miroiter plus de profit. Le monde idéal serait un monde de patrons et d'artisans où tout le monde serait responsable. C'est vraiment une vision détestable, une dérive vers la loi du plus fort, les faibles devenant corvéables à souhait.

Bon j'arrête là, on va finir par croire que je suis contre les patrons, alors que comme je le dit dans le billet cité, c'est plutôt la tournure d'esprit qui leur est imposée notamment par une dialectique élitiste et clientéliste[2] au lieu de parler de responsabilité[3]. Dans le même genre un billet d'Eric Mainville sur la précarité.

Notes

[1] Ce qui est un sacré tour de force lorsque l'on propose un projet de loi qui remet en cause une partie du droit du travail jugé trop contraignant par le même patronat.

[2] Encore des ist et isme, ça aussi faut arrêter, c'est de la facilité syntaxique pour faire plus court.

[3] N'allez pas m'accuser de dire qu'il n'y a pas de patrons responsables. Je parle ici de ce qui est dit pas de ce qui est fait. Une tendance, une manière d'aborder les sujets, une manière de faire des simplifications.