Durant les 3 jours et demi de ce forum démocrate, nous avons pu observer le ballet des journalistes autour des personnalité du MoDem. Le premier jour, 2 caméras, quelques radios, quelques journalistes de presse écrite. Les média qui ont décidé de rester les 3 jours sont là et commencent à prendre leurs marques. Les journalistes se baladent, discutent, mangent avec les militants, bref à part leur carte de presse autour du coup pas grand chose ne les différencie de la faune ambiante. Ils posent des questions tout comme ces centaines de nouveaux militants assoiffés de politique, comme ces anciens militants passionnés par la discussion politique, pour un rien, par dessus tout.

Et puis le moment médiatique approche, le discours, l'apparition en publique. Il est là, il faut une image, un son, un instant à capturer, vite une exclusivité. On marche sur les militants, on impose, on se bouscule, on court pour se placer, on interpelle, on est prioritaire sur l'horaire, on sue, on crie. L'essaim médiatique le suit en grappe comme les abeilles autour d'une reine. Les abeilles des premiers jour sont sereines, en retrait, laissant les autres, les nouvelles se précipiter, se marcher dessus. Ces images là sont déjà dans la boite, et de toute façon elles n'ont pas grand intérêt. Alors si, on va tout de même le suivre lorsqu'il marche sur la dune au lieu de prendre la voiture. « C'est une image qui bouge un peu plus et puis c'est plus sympa, déjà que c'est chiant les images de réunion politique » m'explique l'une d'elle, et il le sait le bougre, alors il se plie aux injonctions médiatiques. Que ne ferait-on pas pour ces abeilles là...

Et pourtant, nul besoin d'un tel affolement. François Bayrou est toujours disponible pour les journalistes. Il vient les voir à l'issu de toutes ses prises de parole et s'installe sur une table pour leur répondre. Mais même là, alors qu'il est disponible, tranquille, l'essaim excité se reforme. Après sont grand discours de rentrée, il fait une petite sortie par la grande porte, et revient tranquillement par la petite porte une fois la foule médiatique et militante dispersée pour finir un interview dans le calme. Il veut juste être bien compris. Il répète le message, le met en contexte. Les mots sont précis, comme dans ses discours. Que pensent-ils qu'il dira de plus ?

 

Tag : Forum-democrate-seignosse-2007