On m'a expliqué comment cela fonctionnait au PS[1] et naïvement je me disais qu'un parti neuf comme le MoDem serait épargné. C'est oublier que les détournements démocratiques ne sont pas l'apanage du PS, mais bien de tous les partis politiques et que c'est un travail colossal qu'il faut mettre en oeuvre pour organiser un scrutin vraiment démocratique, travail pas vraiment compatible avec les campagnes des élections municipales et cantonales.

Donc, je disais que je me suis fait avoir, voici comment le scrutin, tout en restant non contestable, a été gentiment biaisé au profit de la liste que je nommerais Establishment avec une représentante dans mon département, que je nommerais Sadia, pour faire référence à Starmania, les connaisseurs apprécieront l'éloge....

Donc Sadia est en 3ème position sur la liste Establishment, constituée d'une partie des cadres provisoires du MoDem, voir d'élus qui n'ont pas grand-chose à faire dans cette élection, puisque c'est l'élection du collège des adhérents, pas des élus[2].

Retour en arrière sur l'avant déclaration des listes. Lors du mois de décembre, elle utilise le fichier des adhérents pour demander à toutes les personnes désireuses de participer de se mettre en relation avec elle, c'est normal elle est une des 2 référents provisoire départemental. A ce moment, elle se garde bien de dire qu'elle sera sur une liste ou même qu'elle souhaiterait en constituer une. La dernière semaine de décembre, elle renvoie toutes les personnes désireuses de participer vers les autres listes ou vers l'autre référent départemental. En expliquant que c'est mal de faire une liste départementale.

L'autre référent du département, qui n'a pas envie de perdre du temps avec ce scrutin alors qu'il est en pleine campagne municipale, propose donc la constitution d'une liste départementale. C'est pas forcément le top, mais ça se fait vite, tous les militants se connaissent. Si le vote se passe bien, comme tout est à la proportionnelle, on aura 1 ou 2 sièges sur 13, ce serait très bien. Il refile le bébé aux plus actifs des militants et les propose en tête de liste. Mais c'est oublier un peu vite Sadia, qui elle sait comment va se passer le scrutin et anticipe tout ce qui pourrait ne pas lui être favorable :

  • Pas de campagne. Les informations sur l'organisation du vote sont envoyées 3 jours avant le scrutin dans un seul et unique message au fichier départemental. Pas de profession de foi, pas de propagande électorale, pas de liens vers les sites des listes. Les adhérents ont intérêt à être motivés pour trouver l'information pour qui voter.
  • Le seul email envoyé aux adhérents est signée par 2 membres de la liste Establishment. Le travail fourni par les autres (moi entre autre, mais aussi les membres des autres listes) n'est évidemment pas, ne serait-ce, qu'évoqué. Il ne faudrait pas que l'on croit que d'autres personnes se sont décarcassées pour ce scrutin.
  • Bien entendu, interdiction de diffuser de la propagande électorale aux adhérents. Ne surtout pas diffuser d'information. Même pour le site web que je gère, aucune information ne m'est donné, par contre on me reproche de diffuser de l'information parcellaire, donc partisane, CQFD.
  • Bien qu'elle possède, ou a les moyens d'obtenir facilement, les coordonnées de tous les exécutifs départementaux de la région, elle ne les communique surtout pas. Dès fois que l'on puisse organiser quelque chose dans les autres départements où une liste départementale n'a bien sûr pas de correspondants. Il suffit de chercher ou de demander au national répont-elle. Ils n'ont bien sûr que ça à faire au 133 de la rue de l'Université.
  • Même chose pour les coordonnées des autres listes, qui ne sont pas fournis par le national. Il aura fallu plus d'une semaine pour arriver à les obtenir au complet. On évite ainsi que les listes communiquent entre elles pour harmoniser leurs demandes auprès des exécutifs départementaux.
  • Le fichier départemental mis à jour n'est bien sûr par fourni à l'autre référent, dès fois qu'il s'aviserait de s'intéresser au scrutin, il pourrait avoir l'outrecuidance d'informer les électeurs.
  • Comme par hasard, Sadia regarde méticuleusement le listing pour trouver des problèmes administratifs dans la liste départementale. Au moins ça occupe la tête de liste et elle ne fait pas campagne.
  • Une campagne de diffamation est organisée la veille du scrutin pour bien décourager les militants. Il ne faut négliger aucune voix.

Bon, la campagne est donc inexistante, du moins pour celle visible. Pas moyen de donner envie aux adhérents de voter, pas d'information sur les listes, le taux de participation ne va pas crever le plafond. Pendant ce temps-là, 3 des 4 bureaux de vote sont imposés, sans négociation possible, chez 3 de ses colistiers. Et c'est là que le meilleur est réalisé : dans un bureau, sur 21 votants, 19 votent pour la liste Establishment, dans un autre, c'est toute la famille qui vote, papa, maman et les 2 étudiants, et dans le 3ème, on parle de GPS dans le mail pour trouver l'itinéraire.

Pendant que les autres listes faisaient gentiment campagne sur e-soutiens entre eux à défaut d'avoir accès aux adhérents, Sadia faisait ronfler le téléphone pour faire se déplacer les adhérents.

Et voilà. On tue la participation grâce à une campagne publique inexistante, et avec un faible taux de participation, il devient aisée d'influencer le vote lorsque l'on sait faire. C'est ça l'expérience. La bleusaille elle rêve de belle campagne comme lors de la présidentielle. Les routards savent eux comment il est difficile de faire se déplacer les électeurs et savent comment en tirer avantage.

Je ne connais pas le nombre d'adhérents du département, mais la participation doit être entre 8 et 15% pour mon département. Avec une centaine de votants, une après midi de phoning doit être très rentable, surtout avec le fichier des adhérents, même pas besoin de chercher les numéros ou les emails.

Je sais maintenant à quoi m'attendre pour les élections départementales d'avril. Même si nous avons perdu cette élection, au moins nous avons appris, et je ne suis pas le seul...

Notes

[1] Les adhérents qui débarquent de nul part et qui soudain votent comme un seul homme pour le baron local.

[2] Les élus sont élus au même conseil par leur pairs à hauteur de 60 sièges (180 pour le collège des adhérents).