Lors de l'université de rentrée du MoDem je me suis fait tagué par Smael SEBTI. Cela consiste en :

  1. citer la personne qui vous a "tagué"
  2. indiquer le règlement
  3. choisir un livre, l'ouvrir à la page 123
  4. recopier à la 5ème ligne, les 5 lignes suivantes
  5. indiquer titre, auteur, éditeur, année d'édition
  6. taguer 4 personnes et les prévenir sur leurs blogs

J'ai choisi un livre que j'ai acheté aux USA chez un libraire qui avait un rayon de livres d'occasion. Ça a été une véritable révélation et j'ai acheté son tout premier ouvrage dès que je suis rentré en France : "Le singe nu".

Le passage est donc en anglais : The only snag is that when the tribes became super-tribes, someone took away our biological safety-net. It is up to us now to make sure that we do not crash to our deaths. We have taken over evolution and have no one to blame but ourselves. The strength of our animal properties is still carried securely within us, but so are our animal weakness. Desmond Morris, The human zoo (Le zoo humain).

Ce qui donne dans une traduction approximative : Le seul soucis c'est lorsque que la tribu devient une super-tribu, ce qui nous enlève notre réseau de sécurité. Il ne tient qu'à nous maintenant que cela ne nous conduise pas à notre perte. Nous avons pris le dessus sur l'évolution et n'avons personne à blâmer sinon nous même. La force de notre animalité est toujours en sécurité en nous, mais aussi la faiblesse.

Cet auteur a choisi d'observer notre société au travers du prisme de sa formation de zoologue, traitant des relations et des comportements de nos sociétés modernes comme le ferait un primatologue. C'est fascinant de se regarder comme dans un documentaire animalié.

L'extrait ci-dessus conclus un chapitre sur l'organisation tribales des humains, rappelant que nous, les singes nus, sommes conçus pour vivre dans des tributs de maximum 50 individus. Nos agglomérations représentent des super tribus dans lesquelles l'on retrouve des comportements "anormaux" similaires à ceux des animaux en captivité, d'ou le titre de l'ouvrage.


Je tague donc Jean, Éveline, Louise et Nathalie