Découverte

Je suis allé à une semaine d'intervalle chez 2 personnes qui venaient d'installer des panneaux solaires photovoltaïques. Bien que ce ne soit pas ce type d'investissement que j'envisage pour ma maison, mais plutôt du solaire thermique, ma curiosité a été piquée au vif et après discussion, j'ai un peu mieux compris le modèle économique qui pousse à installer ces panneaux pourtant hors de prix.

Dans les 2 cas, une entreprise vient démarcher le futur acquéreur pour flatter (un peu) sa fibre écologique, et faire miroiter (beaucoup) son sens économique.

Principe économique

L'heureux possesseur d'une installation qui produit de l'électricité à partir d'une énergie dite propre, se voit proposé (imposé) de revendre l'intégralité de sa production à EDF tout en conservant son abonnement et en continuant d'acheter son électricité au même EDF. Cela n'a pas beaucoup de sens présenté comme ça.

Hors il se trouve, que tous les clients d'EDF payent depuis des années une contribution au développement des énergies propres. Avec cette cagnotte, EDF achète aux particuliers de l'électricité environ 5 fois plus chère que ce qu'il ne leur vend. Au final, notre producteur d'électricité photovoltaïque va donc vendre à EDF de l'électricité autour de 50 centimes le kilowatt/heure, et en racheter pour sa maison à environ 10 centimes.

Ainsi, l'investissement fait par notre petit producteur s'auto-finance-t-il dans le temps (2 à 5 ans annonce le vendeur). Sans cette subvention, la rentabilité de l'installation serait loin de motiver le passage à l'acte. En ce sens, cette subvention remplie son rôle.

Les panneaux solaires photovoltaïques sont loin d'être une technologie simple. Elle est couteuse à fabriquer, à installer, à entretenir, à dépoluer et pour le moment, hors subvention, elle n'est pas économiquement viable. Même avec une énergie renchérie dans les prochaines années comme on nous le prédit[1], si le photovoltaïque pouvait être rentable, nous aurions tôt fait de créer des champs photovoltaïques dans l'arrière pays, qui dispose d'espace en moyenne montagne avec la bonne exposition, loin des brumes de pollution du littoral. Contrairement à l'éolien qui peut être rentable, nous en sommes loin.

La pérennité d'un tel modèle économique est donc douteuse, même si EDF et le petit producteur signe un contrat pour 20 ans. Si les autres énergies propres se développent, les ressources de la subvention peuvent se tarir, sans parler de la durée de vie de l'installation.

Rendement de l'installation

Sans avoir les chiffres, j'ai cru comprendre que l'installation ne couvrait pas tous les besoins du logement. C'est donc en milieu journée que le bilan énergétique est légèrement positif, les extrémités de journée et la nuit il est forcément négatif. Le système est donc loin de l'autosuffisance même si l'on était capable de stoker l'énergie, du moins pour une maison moderne dont les habitants vivent à l'occidental.

Si l'on imagine une généralisation sur les toits du photovoltaïque, la production suivrait la courbe du soleil, ce qui n'est pas forcément celle de la consommation. A noter que pour l'éolien, le même problème peut se poser, puisque le vent tombe la nuit[2]

Je me pose cependant la question du sens écologique d'une telle subvention ?

Une autre approche de l'utilisation du photovoltaïque

Au delà du modèle économique de ces installations photovoltaïques, subsiste la question de l'intégration dans leur environnement. Ces panneaux sont rarement bien intégré dans le paysage urbain car souvent ajoutés comme des verrues aux bâtiments existants. Il y a bien pire, certains ont trouvés plus simple de les installer sur des terres agricoles bien exposées et surtout bien plates. Cela n'a pas beaucoup de sens.

Et là, l'idée d'exploiter les parking est de mon point de vue, une idée de génie. En effet, ces surfaces sont proches des consommateurs, sont planes, n'attendent que ça d'être habillées avec des ombrillères qui peuvent même être élégantes.

Notes

[1] EDF vend sont électricité en France au prix le plus faible d'Europe, mais cela ne devrait pas durer.

[2] Ce sont les différences de températures qui génèrent le vent dit thermique dans bon nombre d'endroit.