Hier était rendu le verdict dans l'affreuse affaire du gang des barbares[1], et on lit dans l'article de l'AFP que les parties civiles jugent les peines pas à la hauteur du crime commis.

Si on peut essayer d'imaginer la douleur et la colère des proches de la victimes qui les conduisent à tenir de tels propos, il faut tout de même tacher de faire attention à ce que cela signifie.

27 personnes ont été jugées, et des peines de prison ferme ont été prononcées. Il y a un problème lorsque la mère de la victime considère que 5 années réelles de prison sont insuffisantes pour sanctionner une personne qui n'a pas tenu l'arme. C'est me semble-t-il un glissement de valeur. Quant les médias nous annoncent 150 ans de prison pour Madof et son escroquerie du siècle à 50 milliards de dollars, que sont 22 ans pour un assassin pervers ?

Je ne suis pas juriste, mais il me semble que la prison n'est pas là pour venger les victimes mais pour sanctionner les coupables, même si la sanction aide à la vengeance dans beaucoup de cas. L'objet est-il de faire oeil pour oeil ? A chacun de ces procès pour des crimes affreux, je me demande comment garder une certaine distance face à la sanction.

Passer 5, 10 ou 15 ans en prison ne me semble absolument pas anodin, et suffisamment long pour interpeller sur ses actes. La question pour moi porte plus sur ce qui est fait de ces années de privation de liberté : notre société se donne-t-elle les moyens de recycler ses ordures pour les réintégrer dans la société ?

A lire absolument : Une terrible leçon

Notes

[1] J'ai décidé de ne pas utiliser les noms de la victimes et des coupables délibérément.