Je ne parviens pas à comprendre pourquoi nous avons un système de calcul des droits à la retraite aussi "obsolète". Car enfin, la retraite c'est un coût pour la société que l'on peu statistiquement prévoir et donc planifier à long terme.

Je m'explique : lorsqu'une personne d'un certain âge décide de ne plus travailler. On est capable, approximativement (statistiquement) d'évaluer combien il lui reste à vivre, donc combien cette personne nécessitera de mois de pension. Donc ça c'est pour la durée.

De même, en fonction de la vie professionnelle d'un individu, on a une idée grossière de sa contribution à la collectivité, ce qui correspond aux annuités en fait. En ajoutant quelques coefficients pour les métiers dit pénibles ou la maternité, on a un montant.

On divise le montant par la durée et on a un montant de pension mensuelle. Jusque là c'est simple. Une fois que le mécanisme de calcul est connu et définis par d'âpres concertations avec les syndicats, on peut facilement déplacer le curseur : celui qui veut partir à la retraite à 45 ans, aura moins cotisé donc aura un montant de base plus faible, et comme il aura une durée de retraite plus longue, on divisera son montant par un plus grand nombre. Et c'est l'inverse pour ceux qui travailleront plus longtemps, qui diviseront un montant plus grand en moins de mensualités.

La réforme des retraite se résumerait alors à discuter de l'algorithme de calcul, et on n'aurait plus rien à faire de la date de départ à la retraite. Les syndicats, le parlement et le gouvernement s'écharperaient pour le définir, en toute transparence, et on s'éviterait les positions dogmatiques du style moi c'est 62 et moi je suis plus fort et se sera 60, et l'on débat du fond, à savoir combien la nation est prête à dépenser dans son système de retraite et comment on gère les cas particuliers.

Cela me semble tellement évident que je ne comprend pas le faux débat en cours, qui vise à péréniser un système qui date d'avant les ordinateurs, du temps où il fallait des paliers pour faire des calculs à la règle à calcul.