Il parrait que Dominique de Villepin aurait proposé de constituer un groupe à l'assemblée nationale avec les députés qui le soutiennent, Nicolas Dupont-Aignan et le MoDem.

Il faut déjà savoir ce que cela veut techniquement dire avant de regarder le symbole politique. Un groupe parlementaire permet de disposer d'un temps de parole plus important que lorsque vous êtes seul. C'est aussi la possibilité de participer à des commissions, dont les compositions sont déterminées à la proportionnelle. C'est aussi, je crois, des moyens supplémentaires. Enfin cela permet d'avoir une vice-présidence, et donc d'annimer certains débat[1] Bref, par rapport à un député seul, c'est beaucoup lorsque l'on veut participer à la vie de l'assemblée.

Politiquement c'est un autre problème. Les Verts qui sont aujourd'hui associés aux communistes pour constituer un groupe parlementaire[2] sont clairement étiquetés à gauche. Si Bayrou se retrouvait dans le même groupe parlementaire que Nicolas Dupont-Aignan et des députés de l'UMP soutenant Dominique de Villepin[3], il deviendrait difficile de soutenir qu'il n'est pas de droite. Car même si ce n'est qu'un groupe technique, comme celui des Verts et des communistes, les électeurs ne sont pas à mon avis suffisamment informés, et n'ont pas pas forcément envie de s'informer de ces subtilités. En terme d'image, siéger avec une personne qui appel à sortir de l'Euro lorsque l'on est europhile est électoralement difficile à défendre.

François Bayrou[4] explique que l'on peut avoir des idées différentes et travailler ensemble, pas la peine de cataloguer tout le monde comme un ennemi ou un ami, il y a moyen d'être plus subtile que cette approche binaire sarcozyste. Ce qui me fait soucis en fait c'est qu'une partie de l'électorat est justement binaire. Que l'UMP et le PS se complaisent dans un discours binaire[5].

Notes

[1] Intérêt très limité, mais c'est toujours flateur pour celui qui le fait, et en plus ça rapporte.

[2] Gauche démocrate et républicaine

[3] Dominique de Villepin n'est pas élu à l'assemblée.

[4] et moi aussi

[5] On l'a bien vu avec la réforme des retraites, où le débat PS-UMP porte sur 62 ou 60 ans alors que ce n'est absoluement pas le fond du problème.