cedric-augustin.eu.jpgJe dois reconnaitre au gouvernement Srkz d'avoir le pouvoir d'entretenir mon indignation et mon agacement. Qu'est-ce que c'est que cette connerie de vouloir abaisser la majorité pénal à 16 ans. Que l'on ne me fasse pas croire que c'est dans l'intérêt de la sécurité publique. C'est encore une idée de communiquant qui veux susurrer à nos ainés : "ayez peur des jeunes, craignez-les, et votez pour Srkz qui va vous en protéger".

Qui fera croire qu'à 16 ans un individu est suffisamment mature pour subir des sanction d'adultes sans un cadre spécifique. Tous ceux qui travaillent avec des ados savent que bon nombre ne sont toujours pas sec à 25 ans. Sans être un devin, on sait que les délinquants ne sont pas issus de milieux favorisés, qu'ils ne comprennent pas les mécanismes et référentiels de notre société. C'est du cadre, des guides, de l'exemple, de professionnels formés dont ces jeunes délinquants ont besoin, pas de plus de sanction, il y en a déjà assez.

Et dans le même temps, on supprime les filières de formation pour les élèves en difficulté, on supprime des postes d'enseignants, on paupérise l'enseignement professionnel et le tissus associatif qui fourni les éducateurs au service de la ré-incorporation[1] des jeunes à problème dans la société.

C'est à gerber, honnêtement je suis écœuré. Et personne n'évoque la probable raison budgétaire qui se trouve sous ce projet d'abaissement de la majorité pénal, sachant que la justice pour mineurs coûte assurément plus chère que la justice en général. Et que dire du manque de considération pour les juges pour enfants qui ne seraient pas capable de faire la différence entre un individu de 17 ans et 9 mois et un de 18 ans. C'est justement la spécificité du juge pour enfant d'avoir un petit peu plus de temps, de marge et une organisation pour adapter la loi à la spécificité du mineur.

Je n'y connais rien en matière de justice, mais de voir lancer encore et encore des boules puantes sur le fonctionnement de la justice me désespère. Comme si avec l'inflation législative, les juges n'avaient pas tout l'arsenal répressif à leur disposition. Je pense que c'est plutôt les moyens de l'écoute et de la mise en œuvre de sanctions originales ou pertinentes qui manquent.

Notes

[1] Vilain mot pour ne pas utiliser insertion, mot hélas connoté.