salle.jpg

Première table ronde de l'après midi qui suit un discours d'accueil du président des Jeunes Démocrates, François Xavier Pénicaud et du secrétaire du Mouvement Démocrate, Marc Fesneau[1].

Robert Rochefort qui a organisé et anime cette table ronde fait la présentation des invités et souligne que les 2 mots clés de ce titre sont au cœur des préoccupation de notre mouvement, et ancré dans notre famille politique depuis très longtemps.

Depuis 40 ans, près de 30 plans de sauvetage de la sécu ont été lancés, avec souvent des centristes pour les mettre en œuvre. Mais reconnaissons que ces plans ont beaucoup été du bricolage, pour sauver quelques millions par ci ou par là, fait sur le coin d'un bureau ministériel le soir, sans une vision globale.

Il y a 30 ans, la sécu n'avait pas le droit à la dette, et déjà à l'époque il y avait des angoisses chaque années pour savoir comment financer les hôpitaux. Et puis ont été créer des mécanismes qui permettent à la sécu de s'endetter.

Aujourd'hui, nous voulons être responsable, et il va falloir faire des efforts. Les décisions seront difficiles. Il faudra récupérer des recette supplémentaire et être vigilant sur les dépenses.

Il faut inventer un management de la dépense sociale et pas seulement comptable[2]. C'est une conception bien étrange de croire que l'on responsabilise les citoyens en augmentant le tiquet modérateur ou en donnant des primes ou des sanctions financières aux médecins.

La protection sociale a été faite avec les partenaires sociaux, malheureusement, la réforme des retraite a été faite sans eux[3].

La stigmatisation des chômeur qui seraient des fainéant est insupportable[4]. Nous voulons une protection sociale qui soit un ferment social et non qui stigmatise certains.

Notes

[1] Voici quelques notes prises à la volée, donc forcément imprécises et non exhaustives.

[2] J'adore cette assertion, c'est ça la politique. La politique ne peut pas se contenter de faire de la comptabilité, c'est pas pour ça que l'on vote, il y a des fonctionnaire nettement plus compétents que nos élus pour la compta.

[3] Et pas qu'elle...

[4] J'ai pas réussi à noter le mot, donc c'est le mien.