Extrait du discours de rentrée de François Bayrou lors de l'université de rentrée du Mouvement Démocrate 2011 à Giens :

Sont venus, d'horizon différents, des piliers de ce que l'on appel le centre. Ils sont venus par amitié, mais surtout parce qu'il y a le souci d'un peuple. Tout le monde perçoit les malaise de partout. Ils sont venu pour ça, car ils savent bien qu'il va falloir reconstruire.

Que disent-ils tous avec leur parcours différents : nous n'allons pas laisser notre pays continuer à s'affaiblir sans réagir. Ce rassemblement c'est une équipe pour la France, pas seulement pour le centre. Cette équipe va naturellement s'élargir. Quant tout deviendra clair du besoin impérieux d'un majorité nouvelle, d'une majorité centrale. Si ces compétences se revendiquent de la même famille d'esprit.

Ce n'est possible aujourd'hui que parce que nous avons été quelques uns à avoir refusé toutes les compromissions et n'avons été dans aucun accord sous-terrain.

Aujourd'hui peuvent se retrouver de bonne fois, sans crainte des gens d'horizons différents.

Tous les motif d'inquiétude ne sont que des symptômes, qui bien sur doivent être soignés, mais il faut trouver les causes, faire l'étiologie du mal français. « Les mauvais jours finirons », c'est tout le sens de notre engagement.

Nous avons l'exemple d'un pays similaire au notre, il y a 7 ans. En 60 mois, l'Allemagne a su prendre les décisions pour redevenir rayonnante et repasser devant la France. Il y a une vague de licenciement en Allemagne en ce moment, c'est à l'agence pour l'emploi !

Lorsque l'on est en temps de guerre on fait des majorités larges. C'est une guerre que nous avons à mener. C'est une guerre d'étranglement, d'enlisement, d'affaiblissement. Seul une majorité nouvelle peut mener cette guerre.

A gauche et à droite, il y a des gens qui disent que les problèmes viennent de l'extérieur (immigré, mondialisation), alors que pour nous c'est une certitude qu'il vienne de nous même. Ce sont des invitations à l'abstention. Cette nouvelle majorité sera composée de gens qui croient que c'est à nous de trouver des solution sans attendre que cela vienne de l'extérieur.

Il faudra à la France un agenda 2020 : instruire, produire et construire.