Voilà bien une prise de parole singulière de François Bayrou qui nous apprend qu'il a été approché par des porteurs de valises, mais qu'il ne les dénoncera pas afin d'éviter un incident diplomatique.

Comme Hugues Serraf dans son billet François Bayrou, Luc Ferry : « Je sais tout mais je ne dirai rien », j'ai un peu du mal à comprendre. Soit il ne dit rien soit il dit tout.

Je pourrais cependant faire des supputations du genre "si un de ces porteur de valise se retrouve prochainement devant la justice et lâche qu'il a rencontré Bayrou", il vaudrait mieux qu'il l'ai annoncé avant, plutôt que de se prendre la boule puante dans la figure durant la campagne. Vu comment la campagne est partie, mieux vaut prévenir que guérir. Que voulez-vous, j'ai tendance à défendre Bayrou.

Cependant il n'est pas le seul à faire des cachoteries. Je papotais hier soir avec un journaliste qui expliquait qu'il y avait des informations susceptibles "de faire tomber" une personnalité politique et qu'elles n'étaient pas toutes bonnes à publier. Certaines même ayant été publiées, faisant pshitttt. On se souviendra par exemple que tous les média connaissaient l’existence de la fille de Mitterrand mais n'en parlaient pas.

Sans aller chercher des choses graves passibles de poursuites judiciaires, nous avons tous des bribes d'informations sur untel ou unetelle, personnalités influentes. La mise en réseau de ces bribes, qui est le travail journalistique, pourrait en faire émerger des histoires pas très heureuses.

Je pense qu'avec l'accessibilité à internet pour le plus grand nombre[1] et le développement des réseaux sociaux, la mise en réseau de ces bribes d'info va se découvrir de nouveaux outils. L'information cachée risque de le rester de moins en moins.

Notes

[1] Certe tout le monde n'a pas accès à internet, il existe une fracture numérique, mais la portion de population connectée est grande.