Les lecteurs réguliers de ce blog notent que depuis des années je n'écris quasiment jamais le nom du président de la république sans l'amputer de toutes ses voyelles. Il reste parfaitement reconnaissable, cependant, car son nom est assez caractéristique.

La raison est simple. Certains outils mesurent le nombre d'apparition des noms des personnalité dans la blogosphère pour en évaluer l'influence. Même chose dans la twittosphère ou c'est encore plus simple, puisque le principe des hashtag est prévu pour ça.

En utilisant Srkz en lieu et place du nom du président candidat, cela me permet de ne pas participer au buzz autour du nom de ce candidat, tout en évitant d'être partisan avec les #sarkosasuffit et autres.

Je sais, c'est petit. Mais je suis partisan de l'action progressive, grain de sable par grain de sable, pour déplacer une montagne.