Alors comme ça "Le modèle économique des magasins Virgin est tout sauf dépassé" nous dit Jean-Luc Bennahmias, vice-président du Mouvement Démocrate. Qu'est-ce qu'il ne faut dire comme connerie pour essayer de passer dans les média.

Honnêtement, il n'est nul besoin d'être un grand économiste pour comprendre que le concept de vente par un marchand physique de disque ou de livre[1] est forcément en perte de vitesse avec la dématérialisation des biens culturels. Les consommateurs vont au magasin pour toucher la marchandise, mais l’achète moins chers sur internet, quant il ne la télécharge pas[2].

Ce n'est pas la consommation de biens culturel qui est le plus en baisse, mais les manières de les consommer qui changent. Et oui, les magasins comme la FNAC ou Virgin, mais aussi à Nice comme la Sorbonne, ne peuvent pas se contenter d'avoir un stock de livres ou de CD. La même chose est en train de se passer pour les marchands comme Darty ou Ubaldi qui sont également sévèrement concurrencés par Internet, leur magasins se transformant en showroom de leur site internet dans le meilleur des cas, quant ce n'est pas tout simplement en point relais pour les colis.

Donc oui, "le modèle économique des magasins Virgin est totalement dépassé". Le secteur économique de la culture est en pleine restructuration au plus profond de ses fondamentaux, il ne suffira pas de remplacer les caissières par des caisse automatiques[3] pour s'en sortir, voir même de vendre de l'électroménager[4] pour compenser les pertes.

C'est tout une économie et un métier qu'il faut réinventer, et il est dommage que ce ne soit pas un challenge qui motive le fondateur de Virgin, lui qui a su être si inventif au début de l'aventure de son groupe.

Notes

[1] Et de beaucoup d'autres choses.

[2] Légalement ou pas d’ailleurs.

[3] Projet fumeux de Virgin parait-il pour ne pas couler...

[4] Le magasin FNAC de Nice vent des cafetières.