Tweeter est gratuit comme vous le savez, et comme rien n'est gratuit, il y a bien une source de revenus, tout comme Facebook ou Google. Si vous ne payez pas c'est que c'est vous le produit.

En locurence, un des défaut de tweeter pour ses créateurs, c'est qu'il était beaucoup trop facile de s'affranchir de l'interface officielle de tweeter. Or courcircuiter cette interface c'est couper tweeter d'une source d'information indispensable dans son modèle économique. Lorsque vous consultez votre fil tweeter depuis l'application officielle sur votre smartphone, ou depuis la page d'accueil de tweeter.com, vous voyez apparaitre des tweet qui ne sont pas issus des personnes que vous suivez. C'est de la publicité insérée dans votre lecture. Et pour que ce soit discret et acceptable, il faut que ces tweets sponsorisés aient une chance de vous intéresser. Pour ce faire tweeter essai de vous proposer des tweets sponsorisés en phase avec vos centres d'intérêt.

Le premier moyen de découvrir vos centres d'intérêt consiste à analyser votre tweet-list (tous ceux que vous suivez), vos retweet, et éventuellement les centres d'intérêt de ceux qui vous intéressent. C'est déjà pas mal, mais cela ne suffit pas. Tweeter vous profile également avec les sites web que vous visitez.

- Quoi ? Comment ? Tweeter connait les sites web que je visite ?
- Oui monsieur.
- Mais comment ce peut-il ?

Tout comme les tags de trafic Google analytics utilisés sur 80% des sites web, les boutons "J'aime" de Facebook, tous les "machins" tweeter que vous croisez sur les sites web sont des mouchards: le bouton "Suivez-moi", la liste des derniers tweets, le bouton d'authentification avec votre compte tweeter... tous ces trucs, à chaque affichage disent à Tweeter sur quel site wous êtes.

Il est donc primordial pour le modèle économique de tweeter, que l'on utilise bien leur bouton, ou leur visionneur de tweets, sinon, c'est autant d'information précieuses qui ne sont pas collectées. Il y a donc 2 mois, tweeter a rendu inopérants tous les anciens outils qui permettaient de contourner leurs outils officiels. La plaisanterie a assez durée, maintenant il faut que ça rapporte !

Du coup, plus moyen de simplement récupérer la liste des tweet que JE produit, par exemple lors d'un live tweet du conseil municipal. Sincèrement, je n'étais pas loins d'envoyer ballader le truc. C'est moins fun, mais au moins le blog lui, j'en ai le contrôle. Et puis j'ai découvert Tweetledee.

Le nom de cette application est imprononçable, mais les services qu'elle rend sont géniaux. C'est un ensemble de script écrit en PHP qu'il faut installer sur son hébergement web et ensuite on peu récupérer très facilement ses tweets, au format RSS ou JSON. Et comme c'est en PHP, je me suis fait en moins de 5 minutes un script qui renvoi de l'HTML pour mes compilations de tweet. Je m'en suis servi pour le dernier live tweet du conseil municipal, et vraiment je remercie son auteur.