J'ai aimé Star War, la trilogie originale (épisode 4, 5 et 6). J'ai aimé aussi le pré-logie (épisodes 1, 2 et 3) et surtout l'épisode 3. J'ai aimé l'épisode "Rogue One" qui se situe juste avant l'épisode 4. En revanche, les épisodes 7, 8 et 9 ne sont pas, et de loin, à la hauteur de l'univers de Star War.

L'épisode 7 était une espèce de compilation des scènes cultes de la trilogie, avec zéro originalité, des quantités d'anomalies par rapport aux règles de l'univers et des incohérences scénaristiques, sans parler du jeu des acteurs médiocres. L'épisode 8 je ne m'en souvient pas tellement il m'a marqué et le dernier épisode, le 9 que je suis allé voir avant hier est juste agaçant à force de ne pas tenir la route et d'être déséquilibré.

J'ai passé tout l'épisode à me demander si le scénario allait essayer de nous surprendre, tellement les scènes étaient téléphonées et prévisibles, jusqu'à en devenir inutiles et longuettes, voir même stupides. Je vais tacher de ne rien divulgacher:

  • Il n'y a que 2 bisous, et le premier des 2 est une honte scénaristique.
  • Les combats au sabre laser sont médiocres. On se rappellera que la force permet de sentir le futur, ça serait bien de le sentir dans les combats.
  • On adore le personnage capable de léviter, mais qui a du mal à escalader une ruine.
  • Les retournements qui transforment des personnages en Jedi juste pour simplifier l'intrigue de cet épisode, mais qui casse le peu de cohérence des épisodes précédents.
  • Le général qui part en mission en première ligne, c'est tout à fait normal.
  • La mesure dans les proportions, avec une armée 10 000 fois plus grande que l'armée déjà 10 000 fois plus grande que la résistance, sans parler de d'où ils sortent autant d'équipages.
  • La miniaturisation des armes en 2 épisodes. Le machin qui a besoin d'un soleil pour fonctionner se balade maintenant sur un vaisseau.
  • Le pouvoir de guérison maîtrisé comme ça, à l'improviste.
  • ...

C'est réellement frustrant de se dire qu'avec un tel budget, Disney ne soit pas capable d'engager de bons scénaristes, de bon paroliers et accessoirement de bons acteurs. Au final on a des films avec une débauche d'effet spéciaux, qui n'arrivent même pas à camoufler la médiocrité du scénario.