En France, notre culture n'est pas trop celle de la coalition et de la négociation permanente. On le voit dans les relation avec les syndicats, que ce soit en entreprise où les chefs d'entreprise voient les syndicats comme un mal nécessaire et non comme un partenaire, mais aussi au niveau national, où on commence par montrer ses muscles avant de commencer ne serait-ce qu'à discuter.

Cette culture du rapport de force est aussi présente au niveau municipal. C'est ancré dans le processus électoral, qui en voulant dégager une majorité pour gouverner, écrase toute opportunité de négociations ou de tractations sur la politique de la cité. Ah le vilain mot que je vient d'employer, "tractation" jeter à la figure des traîtres et des lâches de l'autre camp. Car une des conséquence les plus forte de notre système électorale majoritaire, c'est qu'il est conçu pour être binaire : on est avec ou contre la majorité !

Si ce système permet de gouverner tranquillement pendant le mandat, il induit beaucoup d'effets de bord:

  • il fait fi de la représentativité de la population au sein du conseil.
  • il bâillonne les divergences et donc la créativité des élus.
  • il donne un pouvoir exorbitant au maire sur les élus de second niveau qui se doivent d'être le petit doigt sur la couture s'ils veulent garder leur délégation, surtout lorsqu'il y a une professionnalisation des élus..
  • il encourage la trahison pour ceux qui voudraient être libre de leur parole.
  • il isole le maire dans une tour d'ivoire entouré du noyau dur des fidèles.

On a vu l'ancien maire Henri Revel tomber pour cette dernière raison. Lors de son dernier mandat, il s'est replié sur son cercle de fidèles probablement à cause de la crainte des trahisons qui n'ont donc pas manquées d'arriver. Les réunions publiques n'existaient plus, probablement par lassitude de devoir se justifier toujours devants les même personnes. Bref, il s'est coupé de sa base militante atrophiée et des citoyens de sa commune.

Je pense que c'est la même chose pour tous les élus qui s'ils n'y prennent pas garde ou ne sont pas constamment rappelé à l'ordre par leurs colistiers risquent de s'isoler dans le confort des certitudes des sachants ou de ceux qui croient savoir.

C'est aussi le rôle de l'opposition de veiller à ce que cela n'arrive pas. Encore faut-il avoir des opposants qui jouent leur rôle. A St Laurent du Var, comment dire... On va dire que si le maire en vient à s'enfermer dans sa tour d'ivoire, il ne risque pas d'être déranger.