J'ai été interpellé par Cyril sur twitter qui ne comprend toujours pas comment fonctionnent les partis politiques (pourtant j'ai essayé de lui expliquer) et qui plaque des fantasmes à partir de bribes d'informations. Alors je vais vous raconter comment la liste Saint Laurent du Var, La République Ensemble est arrivée jusqu'à vous:

Un peu d'histoire

En 2007, campagne pour l'élection présidentielle. Nathalie tracte toute seule (ben oui au PS ils n'assumaient pas le choix de leur parti et la discipline de parti est un truc à géométrie variable, surtout quand c'est une femme qui est candidate). Moi je tractais pour Bayrou, avec mon camion couvert d'affiches dans lequel j’offrais le café. Nous nous sommes donc retrouvés souvent sur le terrain, chacun avec notre pile de tracts, à papoter en buvant un coup. C'est à cette époque que j'ai découvert Nathalie et que je me suis dit que cette nana était intéressante.

Nous nous sommes à nouveau rencontrés durant d'autres campagnes, toujours avec notre pile de tracts différents, et toujours ravis de débattre avec réalisme sur les forces et faiblesses des candidats que nous soutenions. A cette époque, alors que je ne faisais que militer, Nathalie, elle, se présentait aux législatives ou départementales contre les plus durs de la droite du département (Lucas, Ciotti), vous savez, dans ces circonscriptions ingagnables où l'on envoie des femmes au charbon pour faire semblant de respecter la parité.

Lorsque sont arrivées les municipales de 2014, j'ai tenté de me rapprocher de Nathalie pour monter un projet et nous avons eu d'intéressants échanges, mais à cette époque, le PS 06 avait décidé que les discussions avec le MoDem était strictement interdites, genre "on va vous punir très méchant" si vous faites semblant d'essayer. Je ne parle même pas d'accord. C'est après ces élections que Nathalie a décidé de quitter définitivement le PS.

En 2017, nous nous sommes retrouvés pour la première fois avec la même pile de tracts lors de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron... et nous étions vraiment content que cela arrive. Le MoDem cherchait des candidats crédibles pour les législatives. J'ai poussé pour que Nathalie soit proposée et elle a été investie par le MoDem et La République En Marche pour défendre le projet de d'Emmanuel Macron aux législatives dans la circonscription où elle habite et où elle a été candidate aux cantonales (je précise, car certains croient qu'elle est parachutée). J'étais son suppléant.

Nous avons fait une très chouette campagne ensemble, durant laquelle nous avons appris à nous apprécier encore plus et à nous connaître. Lorsque la campagne s'est terminée, notre petite équipe de campagne avait en tête de poursuivre pour les municipales, et c'est ce qui s'est fait à La Colle sur Loup, à Cagnes sur mer et à St Laurent du Var.

Le projet, le terrain, la tête

Donc depuis 2017, nous avons construit les grands axes de notre projet pour les municipales, par morceaux, avec les uns ou les autres, lors de rencontres individuelles ou de réunions du comité En Marche de St Laurent du Var avec les autres militants. Nous étions sur le terrain pour la campagne des européennes, et j'ai continué mon action de citoyen engagé lors des conseils municipaux.

De ce travail a émergé, en plus d'un projet, des rôles, des compétences, pour le bénéfice de la réussite de l'équipe. Si pour ma part, cela fait des années que je considère Nathalie comme la meilleur candidate possible pour ma commune, la chose est devenue évidente pour tous les colistiers qui ont rejoint notre équipe. Il n'y a pas eut d'élection formelle pour désigner notre tête de liste, elle était naturelle. Nous l'avons tout d'abord désigné à mains levées et à l'unanimité porte parole de notre équipe. Le passage de porte parole à tête de liste s'est bien sûr fait tout seul.

Chefs de file

Au printemps 2019, nous étions prêt à nous lancer dans la campagne des municipales. Nous avions une bonne base de projet et une petite équipe. Nous avons présenté notre projet à chacun de nos partis politique (UDE, MoDem, LREM et Mouvement Radical). Dans notre équipe, un chefs de file a été nommé par chacun de l'UDE, du MoDem et du Mouvement Radical avec pour mission de représenter ces partis au sein de la liste et de négocier au nom de ces partis. Pour LREM, c'était encore plus simple, puisqu'un membre de la commission d'investiture 06 était dans l'équipe. C'est tout ce petit monde, mandaté pour ça, qui a discuté avec Joseph Segura.

Un chef de file est un représentant du parti, mandaté pour négocier. Ce n'est pas forcément une personne candidate, et sa présence sur la liste ne vaut pas forcément investiture du partis.

Soutien et investiture

Notre liste, quelque soient les soutiens ou investitures des partis, se présentera aux électeurs de St Laurent du Var, mais cela n'empêche pas de les demander. Notre équipe a donc aussi sollicité le soutien de partis politiques, mais pas seulement. A ce jour, nous avons l'investiture de l'UDE, ce qui est normal puisque c'est le parti de Nathalie, l'investiture du Mouvement Radical Social et Libéral et le soutien du Mouvement Démocrate. Pour ce qui est de La République En Marche, il est supposé être acquis, mais les tractations à Nice ont gelé tous les soutiens et investitures des communes de la métropole (voir du département), donc on verra quand ça se décoince. Nous avons aussi le soutien du Printemps Républicain qui est une association dans laquelle nous nous retrouvons et qui défend la République, la laïcité et la nation contre toutes les formes de communautarismes et d'archipellisations de la France notamment portées par les partis extrémistes.

Les sans parti

Après soyons clair, les membres de notre liste sont très très majoritairement rattachés à aucun parti. Ils ont en commun d'être plutôt favorables à Emmanuel Macron et à l'essentiel de la politique qu'il mène. Aucun des membre de notre liste n'est élu.

Donc certes cette liste est soutenu par les partis de la majorité présidentielle, et c'est une des rare qui regroupe toutes ses composantes, mais ce sont eux qui nous soutiennent, pas nous qui sommes à leur service:

  • ce sont les colistiers qui financent la campagne,
  • c'est nous qui rédigeons toutes nos propositions intégralement (on ne fait pas du copier/coller de prêt à tracter),
  • c'est nous qui produisons les contenus et maquettes graphiques de notre matériel de campagne,
  • c'est nous qui gérons et faisons vivre tous nos outils numériques.

Nos partis politiques nous aident pour l'assurance des salles, les conseils juridiques ou de stratégie média sur des sujets sensibles. Cela reste donc assez marginal. Avoir le soutien ou l'investiture d'un parti est pour nous avant tout, un moyen simple de dire en une image qui nous sommes, c'est tout.

Voilà vous savez tout.