Il y a quelques jours, s’abattait sur les Alpes-Maritimes un épisode pluvieux d'une rare violence. Je ne commenterais pas le malheur des gens et le désastre pour l'arrière pays, ce n'est pas le propos de ce billet.

Quelques heures avant que le désastre dans les vallées de la Roya et de la Vésubie ne surviennent, les média, alertés par les prévisions météorologiques, ont cherché des images du désastre annoncé. Où donc ces prévisions de catastrophe allaient bien pouvoir les mener ? Saint Laurent du Var, ville de l'embouchure du fleuve, a été élue, durant quelques heures, le symbole de la prophétie. Le maire a donc eut son heure de gloire sur les différentes chaînes de télévision, se prenant en vidéo devant l'unique endroit où le Var déborde à chaque crue à St Laurent du Var.

Certes, le Var est monté très vite et très haut, atteignant les 5m, et inondant naturellement les voies sur berge qui sont faites pour ça en cas de crue. Mais il est resté dans les clous, et toutes les digues refaites ces dernières années, à St Laurent du Var et à Nice ont joué leur rôle. Donc les média en recherche de catastrophisme pour leur édition du soir ont eu des images d'un élu dégoulinant sous la pluie, avec un cours d'eau boueux et féroce en arrière plan (enfin pas vraiment féroce sur certaines vidéos) pour leur journal du soir. Sauf que l'élu, tout ravi qu'il était d'être interrogé par tous les média nationaux ou locaux, n'avait pas grand chose à dire à part que le Var était haut et que les services municipaux étaient prêt, ce qui est déjà pas mal, mais rien de bien croustillant à se mettre sous la dent.

Comme d'habitude, les trains qui arrivent à l'heure n'intéressent personne (bientôt cette expression ne sera plus vrai, tant c'est bordélique de prendre le train dans cette région). Qui se satisfera de voir que les millions dépensés pour sécuriser les berges du Var de Carros à l'embouchure ont servis à quelque chose ? Même lorsque le Var est déchaîné, ben il reste dans son lit. Juste pour bien prendre la mesure de la chose, le Var est monté de 5m en 2h et est passé de moins de 4 à plus de 2700 m3 d'eau par seconde, soit environ le volume de 50cm d'eau sur un stade de foot toute les secondes. Les infrastructures ont tenue ! Au passage, on notera l'excellence des prévisions météo qui ont prédit assez précisément ce qui allait se passer.

Le deuil et les énormes dégâts dans l'arrière pays empêchent d'apprécier tous ces gens qui ont fait le job d'anticipation. Ils ne seront pas célébrés comme des héros, ils ont juste fait leur job.