Depuis que nous somes arrivés, nous nous attendions a nous faire chiquer par les petites bêtes. Nous n'avons quasiment pas été piqué, et même lors de notre ballade dans les canaux, nous n'avons pas subit le désagrement des suceurs de sang, du moins, beaucoup moins qu'en ce moment chez nous avec les moustiques, tigres ou pas, qui font des descentes saignantes tous les soirs.

Le soir ne notre arrivée au camp des éléphants, j'ai voulu profiter de la jolie terrasse avec vue sur le lac pour y rédiger ma prose. Si là non plus je n'ai pas eut à subir les désagréments piquants des moustiques, je me suis retrouvé dans une nuée de moucherons, petits cafards verts brillants et papillons de toute sorte, attirés par la lumière ou peut être tout simplement visibles dans le halo du tube de néon.

Et pour profiter de tous ces insectes volants, en plus des chauve souris, plusieurs petits lézards, très similires à nos gékos, se faisaient une ventrée de papillons ou moucherons.

J'ai finalement abandonné. Même sans être piqué, ce n'est pas naturelle pour moi d'avoir autant d'insectes qui me volent autour, ou se posent sur moi. Je continuerai à écrire demain.