Deux nouvelles qui se suivent dans ma twitt list et qui se télescopent:

Je ne vais pas me faire l'écho des anti technologie, je ne serais pas crédible, il n'empêche qu'il suffit de faire une recherche sur le net pour voir des montagnes de reproches à ces compteurs communicants. Un des premier reproche étant bien entendu le fait qu'ils permettent d'espionner une partie de la vie privée des logements, en permettant notamment de monitorer les activités des membres de la maison grâce à la signature énergétique[1], en raison des failles de sécurité déjà relevé dans les protocole de collecte de ces données.

Et à côté de ça on nous parle des passoires en terme de sécurité des systèmes urbain dit intelligents. Certes éteindre l'éclairage public n'est pas un exploit très intéressant, mais en revanche, récupérer les information de paiement des parcmètres est autrement plus grave.

L’enthousiasme des élus pour certaines technologies novatrices doit absolument être tempéré par les impératifs de sécurité, des installations c'est sûr, mais aussi de notre vie privée. Cela fait 1 an qu’Edward Snowden nous a appris que nous étions numériquement épiés en permanence. Il serait temps d'en tenir compte.

Note

[1] Chaque appareil électronique a une manière propre de consommer de l'énergie, et il est donc possible de savoir quant et quel appareil est allumé ou éteint.