Normalement, le but des primaires c'est de réduire le nombre de candidats de chaque camp et de favoriser le rassemblement au sein de chacun des camp.

Ça avait pas trop mal commencé pour Fillon qui avait fait taire toutes les dissidences au sein de la droite française. Patatra, les révélation du Canard enchainé sur les emplois fictifs de son épouse détruisent la confiance d'une partie de l'électorat (on attend les sondages), mais aussi des élus LR. Certains de ces derniers allant jusqu'à envisager qu'il se retire de la course à l'Elysée. A droite ça vacille...

A gauche, non seulement les primaires n'ont pas permis de rassembler le peuple de gauche derrière un seul étendard, mais une partie du PS est en train de lâcher Hamon, dans un gracieux retour d’ascenseur: Hamon était un des meneur de la fronde au PS contre le gouvernement qui a pourrie le quinquennat de Hollande, les Hollandistes se vengent en lui pourrissant sa campagne présidentielle. Indirectement, en essayant de tuer Hamon, ils soutiennent Macron. Pour le rassemblement de son camp, c'est loupé !

Un intéressant analyste sur Arte disait que les élus du PS n'ont que faire de la présidentielle. Leur priorité est de sauver leur implantation locale (législative et municipale en 2020). Hamon, tout comme Royale en 2007, ne pourra donc pas compter sur un soutien des éléphants du PS. Valls a donné ostensiblement rendez-vous dans 5 ans. Pendant que Hamon essaye de mettre en ordre de marche le PS, les élus sont en liberté.

Dans ce chaos, Bayrou se sent pousser des ailes. Il publie son livre en mode "La France à du talent" et prépare le terrain pour sa propre candidature. Il en meure d'envie, il ne reste qu'une inconnue: l'effet Macron va-t-il oui ou non retomber ?

Sortez le pop-corn, il va y avoir du spectacle avec des sondages en mode "j'y vois rien"...