L'IFOP a sorti une très intéressante analyse de leurs chiffres concernant l’électorat d’Emmanuel Macron:

Et dans la conclusion de cette analyse, ils évoquent l'apparition d'un nouveau clivage fort dans l'électorat, qui ne serait plus gauche/droite mais par rapport au niveau d'étude. En substance, les diplômés seraient les bénéficiaires de la mondialisation et les autres les victimes. Ceci est illustré par le vote pour le brexit, l'élection présidentielle en Autriche et aux USA.

Et l'analyste évoque cette vision de la société basée sur l'acceptation ou le rejet de la mondialisation qui structure la campagne électorale et même les discours de campagne. Si on regarde les candidats en présence, on comprend alors mieux la dialectique du FN basée sur le "nous et eux" où "eux" c'est tous les autres. Le FN calquant son discours sur une cible, prétendument victime de la mondialisation.

Après, comme toujours avec ce genre d'étude, on peut se demander qui est le premier de l’œuf ou de la poule, car dire que le clivage est lié au diplôme, c'est un peu synonyme de lutte des classes, le diplôme étant en France un facteur important de réussite sociale, heureusement pas seulement, comme les chiffres de ce sondage qui donnent seulement une prééminence.