Avant de vous présenter ma proposition, je voudrais la mettre en peu en contexte. Il y a 3 ans, mon fils a émis le souhait de partir au Royaume Unis ou en Irlande, les murs de sa chambre lui semblant trop étroits (il a changé d'avis depuis d'un point de vue géométrique). Il est donc partis par le biais d'une association, faire une année scolaire à Portsmouth, hébergé dans une famille d'accueil.

Tous les parents peuvent imaginer le bienfait que cela peut apporter à un ado d'aller voir ailleurs comment ça fonctionne, tant familialement que scolairement, mais là n'est pas mon propos. A son retour, nous avons découvert toute la complexité administrative pour le réinscrire dans son lycée car il avait été sortit des effectifs. Lors du remplissage de son cheminement scolaire dans Parcourt-Sup, bien sûr ce n'était pas franchement prévu: son année scolaire en Angleterre ne comptait pas et il il était considéré comme redoublant de sa 1ère. Autant vous dire que même avec un excellent résultat au bac, sont dossier n'a même pas été mis en liste d'attente dans les formations sélectives qu'il avait choisi.

Parallèlement, pendant que mon fils est parti, nous avons reçu chez nous une jeune allemande de l'age de ma fille durant 3 mois qui est allé au collège avec elle. Contrairement à mon fils, elle a repris sa scolarité normalement à son retour en Allemagne, avec l'aide de ses enseignants pour lui permettre de rattraper quelques matières clés. Nous avons également reçu une lycéenne Brésilienne qui a validé son année scolaire à son retour au Brésil après 9 mois en France, a passé son bac là bas et poursuit aujourd'hui ses études universitaire à Paris. Cette année, nous recevons une lycéenne allemande, qui reste avec nous toute l'année et qui au regard de ses résultats scolaires ici en France est déjà assurée de ne pas avoir à refaire son année en Allemagne.

Ma proposition est la suivante:

  • Mettre en place un système d’équivalence pour toutes les classes de la 4ème à la terminale entre pays Européens, afin de favoriser les expériences avec nos voisins.
  • Cette équivalence doit être automatique et sans conséquence scolaire pour tous les séjours de moins d'un semestre.
  • Mettre en place, soit au sein des établissements, soit via le CNED, des modules de remise à niveau pour tenir compte des légères différences d'enseignement dispensées aux élèves.
  • Pour les séjours de plus d'un semestre, mettre en place un accompagnement par un enseignant de l'établissement d'origine, qui propose les modules de mise à niveau et qui valide l'année scolaire à l'étranger.

Les coûts sont insignifiants pour l'éducation nationale car de telle mécanismes existent quasiment déjà. Le coût pour la famille est d'environ 300€/mois qui pourrait facilement être sponsorisé pour les familles à faibles revenus par des associations, entreprises ou collectivités en échanges de quelques faveurs fiscales ou budgétaires. Ce coût peut même être revu à la baisse en cas d'échange, les familles recevant un jeune lorsque le sien est parti.

Je voudrais que les français arrêtent d'avoir peur des autres. On défend d'autant mieux sa culture et son identité que quand on est allé voir celle des autres et que l'on a appris à être tolérant en étant un peu l'autre.