Voici une compilation de tweet de @CorentinSellin sur les fakenews. Je n'ai fait que les remettre en forme.

Le génial R.Merton, dans son article de 1948 Self-Fulfilling Prophecy traduit par Mendras: "La prophétie autoréalisatrice est 1 définition d'abord fausse d'1 situation mais cette définition erronée suscite 1 nouveau comportement qui la rend vraie."#fakenews #récit #politique RT+

2) L'instrumentalisation de la #fakenews par D. #Trump ou d'autres dirigeants a précisément pour but de mobiliser les masses en confortant leurs croyances pour que la puissance de cette mobilisation,devenue 1 fait politique, justifie ensuite leur action.#prophétieautoréalisatrice

3) L'importance de la #fakenews comme outil politique pour #Trump ou 1 autre est qu'elle légitime ma croyance au rang de fait tout en le rendant beaucoup plus puissant dans le débat politique car justement chargé de la force univoque de ma croyance…

4)… d'où 2 conditions essentielles pour les producteurs politiques de #fakenews tel #Trump: d'1 part brouiller jusqu'à l'effacement la distinction entre fait et opinion. . D'autre part, délégitimer jusqu'à la destruction les producteurs et rapporteurs de faits, science et presse

5) Ce "surcroît"de mobilisation politique obtenu par la #fakenews grâce à la légitimation induite de la croyance, similaire à la puissance du mécanisme de prophétie autoréalisatrice- c'est 1 fait parce que je veux croire que c'en est un, explique l'attachement viscéral à 1 #Trump

#Postscriptum Lisez cet article prodigieux de @GuillaumeDaudin sur 1 producteur revendiqué de #fakenews pour sa communauté politique et cette phrase: "Vous dites que c'est faux, on dit que c'est vrai, chacun défend son truc." CQFD. #opinion #faits RT+

#Postscriptum (II) Dans la logique "protagorienne" de #Trump et des producteurs de #fakenews, le débat #politique ne se fonde plus des faits objectifs- chacun dispose des siens conformes à ses opinions- MAIS sur des récits concurrents du réel, où le plus mobilisateur l'emporte...

#Postscriptum (III) Bref, et c'est d'un chic, je vous jure