mouvement_democrate.jpgJe sais le titre fait très Nice-matin. Je n'ai pas voulu reprendre le titre de son billet (il fallait bien que quelqu'un la fasse, autant lui en laisser la paternité), et je risque de dire la même chose que Fabien, c'est un peu normal, on l'a vécu ensemble (et nous ne sommes pas les seuls).

Cela fait 4 ans que je connais Loïc, et cela ressemble à une éternité tant la vie militante est engageante. Six campagnes électorales, ce n'est pas rien, ça vous construit une relation.

Je suis un peu triste de ce départ mais pas tant que ça, car je le comprend. En effet, lorsque l'on donne comme Loïc a donné au Mouvement Démocrate, on peu ressentir de la lassitude face à l'immobilisme du mouvement national sur l'organisation et le fonctionnement interne, mais aussi face à la mauvaise foi et l'inconséquence de certains "pseudo-militants" qui mettent un talent fou à pourrir la vie des autres. Je ne partage pas par contre son analyse sur les changement de ligne politique du MoDem, même si je conçois que vu de l'extérieur, c'est absolument incompréhensible pour l'électeur.

Aujourd'hui Loïc se recentre sur son engagement politique Vençois, et c'est pour moi la meilleure forme de militantisme qui puisse être, l'illustration qu'il poursuit ce qui a été commencé au MoDem, en ayant maintenant les mains libres pour mettre en œuvre le projet humaniste à sa sauce. Ça me va bien.

Je n'ai pour ma part aucune intention de tourner la page du MoDem et même si j'ai bien l'intention moi aussi d'accroitre encore mon implication dans les affaires de ma commune, je compte bien poursuivre mon action au sein du Mouvement Démocrate des Alpes Maritimes. Il y a encore des choses à faire dans ce mouvement en pleine mutation.