Ce matin, sur France Inter, l'invité de Patrick Cohen, Boutros Boutros-Ghali a méticuleusement démonté tous les messages que nous véhiculent les média ces derniers jours au sujet des évènements qui se déroulent en Égypte. Simple et efficace :

  • Non les mouvements de rue n'ont rien à voir avec ce qui s'est passé en Tunisie. Ce sont les média français sensibles aux évènement tunisiens qui font le lien. Les manifestations et défilés existent depuis des décennies en Égypte.
  • Non le président égyptien n'est pas en difficulté politique, car il est aimé par une grande majorité d'égyptiens.
  • Non, Mohamed ElBaradei le prix nobel de la paix n'a aucune chance car il n'existe pas politiquement dans son pays.

En quelques phrases, Boutros Boutros-Ghali a démonté les socles des agitations médiatiques parisienes. Je ne sais pas s'il a raison, mais c'était exemplaire.