Demandez-moi au sujet du logiciel libre, c'est une histoire de libertéAu quotidien à la maison, j'ai imposé des logiciels open source[1]. Mais ce n'est pas le seul endroit, puisque ces logiciels se répandent autour de moi parmi les militants du MoDem qui me côtoient. Dès que j'ai une once de pouvoir dans ce domaine, en bon dictateur, j'impose des formats de fichier ouverts, et par extension, les gens essaient les logiciels libres pour se simplifier la vie.

Au bureau c'est plus dur, car il y a les habitudes entérinées par la direction qui font que l'on préfère bidouiller avec un logiciel dont on a pas la licence, plutôt que d'apprendre à utiliser un logiciel libre. Sans compter que les clients ou prestataires échangent des fichiers dans des formats propriétaires, donc business is business, il faut bien lire ces fichiers[2]...

Je venais tout juste de m'énerver avec mon chef qui m'envoie des emails illisibles car encodés dans le format propriétaire de merde de Micro$osft[3], quant je tombe par hasard sur ce témoignage qui fait chaud au cœur:

L'open source au service de l'humanitaire

Quant on vous dit que l'Open source c'est bien !

Notes

[1] Du système d'exploitation, Ubuntu, jusqu'aux jeux, en passant par la bureautique et les outils multimédia.

[2] J'ai fait dépenser 900€ à la boite pour acquérir la licence d'un logiciel que je n'utilise que 1h par mois, mais bon, au moins nous sommes en règle.

[3] Outlook, le logiciel de l'éditeur sus-cité, encode ses emails dans un format qui n'est lisible que par Outlook, sauf si on le force à ne pas le faire. Du coup j'ai été obligé d'ajouter un plugins pour lire ses messages, ce qui est quant même ballot quant il s'agit de communiquer par email.